Erdogan, de la Turquie, met en garde les Etats-Unis contre la menace de sanctions

29 juil. 2018

AFP / Dossier / –Brunson dirigeait une église protestante dans la ville égéenne d’Izmir

Le président Recep Tayyip Erdogan a averti les Etats-Unis que les sanctions ne forceraient pas Ankara à « reculer » après que Donald Trump ait menacé de punir la Turquie si un pasteur américain n’était pas libéré, dans des commentaires publiés dimanche.

« Vous ne pouvez pas faire reculer la Turquie avec des sanctions », a déclaré M. Erdogan dans ses premiers commentaires depuis que les relations se sont détériorées après que M. Trump ait menacé les mesures jeudi si le pasteur Andrew Brunson n’était pas libéré.

« Les Etats-Unis ne devraient pas oublier qu’ils pourraient perdre un partenaire fort et sincère comme la Turquie si cela ne change pas son attitude », a déclaré le quotidien Hurriyet.

Les relations entre les alliés de l’OTAN se sont aggravées à la suite de l’emprisonnement de Brunson, qui dirigeait une église protestante dans la ville égéenne d’Izmir.

Il a été détenu dans une prison turque pendant près de deux ans pour terrorisme, mais a été placé en résidence surveillée mercredi.

Trump a riposté jeudi, appelant à sa libération immédiate et avertissant que les Etats-Unis imposeraient « de lourdes sanctions à la Turquie pour leur détention à long terme » de Brunson.

Les liens étaient déjà tendus sur de multiples questions, y compris le soutien de Washington à une milice kurde syrienne que la Turquie considère comme un groupe terroriste et l’échec de l’extradition du prédicateur musulman basé en Pennsylvanie, Fethullah Gulen.

– Pas de « monnaie d’échange » –

Ankara accuse Gulen d’avoir ordonné le renversement raté de 2016 d’Erdogan, une affirmation qu’il nie catégoriquement.

Le Washington Post a rapporté vendredi qu’un accord avait été conclu entre Ankara et Washington pour obtenir la libération d’une femme turque emprisonnée en Israël en échange de la libération de Brunson.

Ebru Ozkan, 27 ans, avait été détenu pendant plus d’un mois par Israël pour avoir passé des centaines de dollars à un groupe « terroriste » mais il est retourné en Turquie le 16 juillet.

Selon le journal, l’accord a été « scellé personnellement » par Trump, mais s’est effondré lorsque Brunson a été transféré en résidence surveillée.

Erdogan a abordé les revendications, soulignant que la Turquie n’avait « jamais fait Pastor Brunson une monnaie d’échange ».

Cependant, il a déclaré qu’Ankara avait demandé l’aide de Washington pour assurer le retour d’Ozkan chez lui.

« Mais nous n’avons pas dit: » En retour, nous allons vous donner Brunson. « Rien de tel n’a été discuté », a insisté M. Erdogan lors d’une visite en Afrique du Sud.

Brunson risque jusqu’à 35 ans de prison s’il est reconnu coupable d’avoir mené des activités au nom de deux groupes considérés par la Turquie comme des organisations terroristes – le mouvement Gulen et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Brunson rejette les accusations alors que les responsables américains ont insisté à plusieurs reprises sur le fait que le pasteur est innocent.

Erdogan, en septembre, a suggéré que la Turquie pourrait libérer Brunson si les Etats-Unis lui remettaient Gulen – une offre balayée par Washington

Source: AFP

À propos Lahcen Hammouch