MOHORIC A SURVÉCU À TOUTES LES ATTAQUES MALGRÉ LA FAIBLESSE DE SON ÉQUIPE

BINCKBANK TOUR

GRAMMONT 18:48 (BELGA)

Le Slovène Matej Mohoric (Bahrain-Merida), 23 ans, treizième à 14 secondes de Michael Matthews (Sunweb) de la 7e et dernière étape du 14e BinckBank Tour cycliste (WorldTour), dimanche au Mur de Grammont, a ainsi conservé 5 secondes d’avance sur l’Australien, et 20 sur Tim Wellens, au classement général final. Une victoire qu’il n’a pas reçue en cadeau sur un plateau d’argent, mais en repoussant pratiquement sans soutien, les multiples attaques pour le faire chuter de la plua haute marche du podium dont il a fait l’objet. Il avait pris le pouvoir lors de la troisième étape de mercredi entre Aalter et Anvers. Mais personne ou presque, à l’époque, n’imaginait qu’il allait le conserver jusqu’au bout.

« Dans la première partie de la course », a-t-il raconté à sa descente du podium, « il fallait tenter d’empêcher que les attaques fusent. Mais à la fin elles se multipliaient. Sören Kragh Andersen et Michael Matthews notamment, m’ont causé bien du souci. L’Australien m’a distancé et a en outre raflé la bonification en remportant l’étape. C’est donc finalement de toute justesse que j’ai gardé ce maillot… »
Il faut bien convenir que le Slovène a été peu soutenu pas ses équipiers dans ses héroïques combats. « Je me sentais bien », esquive-t-il. « Je l’ai montré, et mes adversaires l’ont vu. J’étais attentif et concentré mais aussi confiant. J’ai en outre bien profité de la rivalité entre Michael Matthews et Greg Van Avermaet qui avaient quand même avant tout l’envie de gagner l’étape. Ils ont mis leurs équipiers à contribution, mais leur travail servait également ma cause. Ce fut en tout cas une dure mais aussi très belle semaine, dont je me souviendrai longtemps. On n’avait peut-être pas la meilleure équipe, mais son état d’esprit était en revanche exemplaire… », conclut Mohoric, après sa première victoire dans une course par étapes de niveau WorldTour.
Il succède au Néerlandais Tom Dumoulin, vainqueur avec 17 secondes d’avance sur Tim Wellens (3e cette année) et 46 sur Jasper Stuyven, en 2017. (SPF, GEN, MAK, CER

Source Belga

À propos Lahcen Hammouch