Des milliers de personnes assistent aux funérailles pour une attaque par l’Iran morte

24 sept. 2018

AFP / ATTA KENARE LesIraniens portent un cercueil lors d’une cérémonie publique de funérailles le 24 septembre 2018 pour des personnes tuées lors d’un week-end lors d’un défilé militaire à Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran

Des dizaines de milliers de personnes ont assisté lundi à des funérailles dans la ville d’Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, à la mémoire de soldats et de civils tués lors d’une attaque militaire.

Quatre militants ont attaqué le défilé de samedi marquant le début de la guerre Iran-Irak de 1980 à 1988, projetant des coups de feu sur la foule et tuant 24 personnes.

Les responsables iraniens ont accusé les séparatistes arabes, soutenus par les alliés arabes du Golfe des États-Unis, de cette opération.

Les journalistes de l’AFP ont vu lundi des membres du public et des militaires portant des cercueils drapés dans le drapeau iranien, certains portant des photos du défunt.

Les personnes en deuil, pour la plupart vêtues de noir, portaient des images des morts ainsi que des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « nous irons jusqu’au bout » et « non au terrorisme ».

Sous un soleil de plomb, des foules affluaient des quatre rues principales menant à la place du centre-ville où se déroulaient les funérailles, dont trois consacrées aux hommes et la quatrième aux femmes.

Sur la place elle-même, également isolée, une femme vêtue du chador traditionnel de style arabe se lamentait bruyamment et tenait une photo de son fils, Reza Shoaibi, un conscrit qui était parmi les morts.

AFP / ATTA KENAREDes femmes iraniennes pleurent lors d’un enterrement à Ahvaz, dans le sud-ouest du pays, le 24 septembre 2018, pour des personnes tuées lors d’une attaque militaire le week-end dernier

Au fur et à mesure que les funérailles progressaient, ses lamentations et ses expressions de chagrin devenaient de plus en plus fortes jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse.

La chaleur est devenue tellement intolérable que les camions ont pulvérisé de l’eau sur la foule lorsque les températures ont atteint 40 degrés Celsius (105 degrés Fahrenheit).

Les personnes en deuil ont agité des drapeaux rouges, verts et noirs avec des messages révolutionnaires, ainsi que les drapeaux des tribus arabes de la région environnante du Khuzestan.

Les autorités iraniennes ont accusé les séparatistes arabes et accusé les États-Unis, Israël et les monarchies arabes du Golfe de soutenir l’attaque « terroriste » de samedi.

Le groupe État islamique a également revendiqué la responsabilité.

Le Khuzestan, qui compte une importante communauté ethnique sunnite, a été un champ de bataille majeur dans la guerre des années 1980 contre l’Irak et a connu des troubles en 2005 et 2011.

Les rebelles kurdes attaquent fréquemment des patrouilles militaires à la frontière plus au nord, mais les attaques contre des cibles gouvernementales dans les grandes villes sont rares.

– Vengeance «dévastatrice» –

La cérémonie de lundi a commencé devant la mosquée de Sarallah avec des discours de généraux et de responsables de la sécurité.

Le ministre des Renseignements, Mahmoud Alavi, a déclaré que des arrestations avaient déjà eu lieu.

AFP / ATTA KENAREministre du Renseignement iranien Mahmoud Alavi traite pleureuses à un enterrement le 24 Septembre 2018 pour les personnes tuées lors d’ une attaque de week – end sur une parade militaire dans la ville iranienne du sud – ouest de Ahvaz

« Les terroristes eux-mêmes ont péri, nos agents identifieront leurs restes et leurs partisans au dernier homme. Une grande partie d’entre eux ont déjà été arrêtés », a-t-il déclaré à la foule.

Le général de brigade Hossein Salami, chef adjoint du corps des gardiens de la révolution islamique, a promis de se venger.

« Nous promettons que notre réaction sera dévastatrice, nous avertissons tout le monde que nous allons nous venger », a-t-il déclaré aux personnes en deuil.

Après la fin des discours, un chantre religieux célèbre pendant la guerre a chanté des chansons de lamentation alors que des milliers de personnes endeuillaient leur poitrine à l’unisson, une pratique de deuil traditionnelle des musulmans chiites.

Plus tard, les cercueils ont été transportés au cimetière de la ville et mis au repos.

Les morts allaient d’un garçon d’âge préscolaire à un ancien combattant attaché à un fauteuil roulant.

AFP / ATTA KENAREDes responsables militaires et des religieux iraniens assistent à des funérailles le 24 septembre 2018 pour les victimes d’une attaque de fin de semaine lors d’un défilé militaire à Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran

Les images de femmes et d’enfants qui se bousculent pour trouver une couverture évoquent une réaction émotive des Iraniens.

Abdolzahra Savari, un Arabe de souche qui avait assisté aux funérailles, a qualifié les infidèles d’agresseurs.

« Ce sont des gens sans pitié sans humanité en eux », a-t-il déclaré.

Sabah Abiad, un employé de banque d’âge moyen qui a assisté aux funérailles, a déclaré que l’unité entre les différents groupes de la région était évidente.

« Comme vous pouvez le voir maintenant, tous les gens, qu’ils soient Lor, Arabes, Shushtari ou Dezfuli, sont tous présents aujourd’hui et disent tous la mort aux terroristes », a-t-il déclaré à l’AFP.

AFP / AFPUne carte de l’Iran localisant Ahvaz

L’Iran organise régulièrement des défilés militaires pour marquer les anniversaires nationaux et montrer son dernier matériel militaire, notamment des missiles.

Les défilés de cette année ont eu une signification particulière alors que les tensions avec les États-Unis ont atteint leur point culminant depuis le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire de 2015 en mai et ont commencé à imposer des sanctions économiques unilatérales à Téhéran.

La présence de l’Iran en Syrie a également déclenché des tensions croissantes avec Israël

Source : AFP

À propos Lahcen Hammouch