Trump affronte l’Iran au Conseil de sécurité de l’ONU

26 sept. 2018

AFP / Don EMMERTLe président des États-Unis, Donald Trump, en compagnie de l’ambassadeur américain Nikki Haley, a présidé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la lutte contre la prolifération et l’a utilisé pour attaquer l’Iran

Le président Donald Trump a été confronté mercredi à une réprimande de sa politique extrémiste de l’Iran lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU qui a mis à nu une rupture entre les Etats-Unis et les autres puissances mondiales.

Présidant pour la première fois au cours d’une réunion de l’organe des Nations Unies, Trump a dénoncé l’accord nucléaire « horrible et unilatéral » avec l’Iran qu’il a abandonné en mai, au grand dam des alliés européens.

Trump a également critiqué la Chine, accusant Pékin de travailler contre son parti républicain lors des prochaines élections de mi-mandat comme récompense de la guerre commerciale croissante, accusation du ministre des Affaires étrangères de Chine « injustifiée ».

Les Etats-Unis ont décidé de réimposer les sanctions qui avaient été levées dans le cadre de l’accord pour freiner le programme nucléaire iranien et ont promis d’isoler Téhéran, accusé d’alimenter des conflits en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen.

La France a cependant riposté, le président Emmanuel Macron ayant déclaré que les préoccupations concernant l’Iran ne pouvaient être abordées avec « une politique de sanctions et d’endiguement ».

Défendant également l’accord de 2015 qui a été approuvé dans une résolution du Conseil de sécurité, le Premier ministre britannique Teresa May a déclaré que « reste le meilleur moyen d’empêcher l’Iran de développer une arme nucléaire ».

Trump a soutenu que depuis la signature de l’accord en 2015, « l’agression iranienne n’a fait que croître » et que les fonds libérés par la levée des sanctions ont été utilisés « pour soutenir le terrorisme, construire des missiles à capacité nucléaire et fomenter le chaos ».

Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, a souligné que « le droit de tous les pays à commercer avec l’Iran devrait être respecté » après que l’Union européenne eut déclaré qu’un système de paiement spécial serait mis en place pour entretenir des relations commerciales avec l’Iran.

L’Iran n’a pas demandé à prendre la parole lors de la réunion du conseil, mais le président iranien Hassan Rouhani a déclaré lors d’une conférence de presse que les Etats-Unis rejoindraient l’accord sur le nucléaire et ont promis que Téhéran resterait attaché à cet accord.

« Pour la première fois, le président américain demandait aux autres membres de ne pas adhérer à une résolution du même Conseil de sécurité qu’il présidait », a lancé M. Rouhani.

« Nous ne sommes pas isolés, l’Amérique est isolée », a-t-il déclaré.

La réunion de mercredi a mis en évidence les divisions entre les Etats-Unis et leurs alliés européens sur l’accord nucléaire iranien, mais la politique étrangère de Trump a également été vivement critiquée.

Le président bolivien de gauche, Evo Morales, a déclaré sans ambages que « les États-Unis ne se préoccupent ni des droits de l’homme ni de la justice ».

Si ce n’était pas le cas, at-il affirmé, « il n’abandonnerait pas le Conseil des droits de l’homme de l’ONU et ne séparerait pas les enfants migrants de leurs familles et les mettrait en prison ».

– Accusations « injustifiées » –

Dans une attaque brutale contre la Chine, M. Trump a déclaré au conseil que Pékin tentait de s’ingérer dans les prochaines élections, espérant le voir subir un revers en raison de sa ligne dure sur le commerce.

« Ils ne veulent pas que nous ou nous gagnions parce que je suis le premier président à avoir défié la Chine en matière de commerce », a déclaré Trump.

Les républicains pourraient perdre le contrôle à la fois du Sénat et de la Chambre des représentants lors des élections de novembre, mettant ainsi en péril les chances de Trump de réaliser des réalisations législatives.

Le ministre chinois des Affaires étrangères a répondu catégoriquement que Beijing avait strictement respecté une politique de non-ingérence.

« Nous ne nous sommes pas mêlés et nous n’interférerons pas dans les affaires intérieures d’un pays. Nous refusons d’accepter des accusations injustifiées contre la Chine », a déclaré Wang.

Les tensions ont grimpé entre Beijing et Washington après que Trump a imposé cette semaine de nouveaux tarifs couvrant 200 milliards de dollars de marchandises chinoises exportées vers les États-Unis.

Au sujet de la Corée du Nord, Trump a demandé que les sanctions soient strictement appliquées à Pyongyang – un message adressé à la Russie et à la Chine, qui réclament un assouplissement des mesures punitives pour récompenser le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Sans nommer les pays, le président des États-Unis a noté que « certains pays violent déjà les sanctions de l’ONU », y compris les transferts pétroliers illicites de navire à navire et ont déclaré que le respect était « très important ».

Ses commentaires sont intervenus peu de temps avant que son diplomate, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, ne signale son retour en Corée du Nord le mois prochain pour faire avancer les négociations sur la dénucléarisation.

AFP / Angela WeissLe président français Emmanuel Macron, reflétant les divisions avec Washington, prévient lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU que la politique iranienne ne peut être réduite à des sanctions et à un endiguement 

Ce n’est que la troisième fois dans l’histoire de l’ONU qu’un président américain a présidé une réunion du Conseil de sécurité. Barack Obama a présidé deux réunions en 2009 et 2014.

Source : AFP

À propos Lahcen Hammouch