Le prix Nobel de la paix honore les champions de la lutte contre la violence sexuelle

octobre 2018

AFP / File / JOEL SAGET, MARK WILSONDenis Mukwege et Nadia Murad ont reçu le prix Nobel de la paix pour leur action visant à mettre un terme à l’utilisation de la violence comme «arme de guerre»

Le docteur congolais Denis Mukwege et la militante yézidie Nadia Murad ont reçu vendredi le prix Nobel de la paix 2018 pour leur travail dans la lutte contre la violence sexuelle dans les conflits dans le monde.

Le couple a remporté le prix « pour leurs efforts visant à mettre fin à l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre et conflit armé », a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, dans un communiqué salué par la communauté internationale.

L’un des médecins, l’autre un ancien esclave sexuel de l’État islamique, sont tous deux devenus le symbole de la lutte contre un fléau mondial qui dépasse de loin tout conflit, comme l’a montré le mouvement # MeToo.

Le prix a été annoncé car #MeToo marque son premier anniversaire après une année au cours de laquelle des allégations d’abus sexuel, de viol et de harcèlement ont renversé des dizaines d’hommes puissants.

AFP / Kun TIAN Lauréats duPrix ​​Nobel de la paix depuis 2012

En reconnaissant le travail des deux hommes, le comité Nobel a mis en lumière l’utilisation de la violence sexuelle en temps de guerre en tant que problème mondial.

– ‘Le monde t’entend’ –

Mukwege, qui était opéré dans son hôpital de l’est de la République démocratique du Congo lorsque le gagnant a été annoncé, a dédié son prix à toutes les femmes victimes de violences sexuelles en temps de guerre.

« Ce prix Nobel est une reconnaissance des souffrances et du manque d’indemnisation adéquate des femmes victimes de viols et de violences sexuelles dans tous les pays du monde », a-t-il déclaré devant l’hôpital de Panzi à Bukavu.

NTB Scanpix / AFP / Fredrik HagenSurnommé « Docteur Miracle », Denis Mukwege est un critique virulent des abus commis sur les femmes pendant la guerre, décrivant le viol comme « une arme de destruction massive ».

S’adressant aux femmes victimes, il a déclaré: « Je tiens à vous dire qu’avec ce prix, le monde vous entend et refuse de rester indifférent. Le monde refuse de rester assis les bras croisés face à vos souffrances. »

Au cours des deux dernières décennies, ce médecin âgé de 63 ans aide les femmes à se remettre de la violence et des traumatismes liés aux abus sexuels et au viol dans l’est de la RDC déchirée par la guerre.

Mukwege a soigné des dizaines de milliers de victimes – femmes, enfants et même des bébés âgés de quelques mois à peine – à l’hôpital Panzi qu’il a fondé en 1999 dans le Sud-Kivu.

Connu sous le nom de « Docteur Miracle », il critique ouvertement les abus subis par les femmes pendant la guerre, décrivant le viol comme « une arme de destruction massive ».

– ‘Une voix pour toutes les femmes’ –

dpa / AFP / File / Julian StratenschulteLe comité Nobel a salué le « courage peu commun » de Nadia Murad, affirmant qu’elle avait « refusé d’accepter les codes sociaux exigeant que les femmes se taisent et aient honte des abus dont elles ont été victimes » 

Le comité Nobel a également rendu hommage à Murad, une Iraquienne de la communauté yézidi âgée de 25 ans qui a été kidnappée en 2014 par des militants de l’État islamique et qui a enduré pendant trois mois son esclavage sexuel avant de réussir à s’échapper.

Elle faisait partie des milliers de femmes et de filles yézidies enlevées, violées et brutalisées par les djihadistes lors de l’assaut de cette minorité cette année-là, qualifié de génocide par les Nations Unies.

Après son évasion, elle est rapidement devenue une figure de proue des efforts déployés pour protéger la communauté yézidi et a ensuite été nommée ambassadrice des Nations Unies pour les victimes de la traite des êtres humains.

Réagissant au prix, elle a déclaré qu’il s’agissait d’une victoire importante pour toutes les femmes victimes de violences sexuelles.

« Cela signifie beaucoup, pas seulement pour moi, pour toutes ces femmes en Irak et dans le monde entier », a-t-elle déclaré au site Web de la Fondation Nobel, en anglais.

Passant au kurde, avec une traduction donnée par son fiancé Abid Shamdeen, elle a déclaré: « Pour les petites communautés qui sont persécutées, ce prix me dit que leurs voix sont entendues.

« Nous espérons que ce sera une voix pour toutes les femmes victimes de violences sexuelles lors de conflits dans de nombreux autres pays. »

Le comité Nobel a salué son « courage hors du commun », affirmant que Murad avait « refusé d’accepter les codes sociaux qui obligent les femmes à garder le silence et à avoir honte des abus dont elles ont été victimes ».

– Un hôpital éclate en fête –

AFP / File / Marc JOURDIERDenis Mukwege était en chirurgie lorsque le prix Nobel a été annoncé

Lorsque cette annonce a été faite, le personnel de l’hôpital Panzi a pris part aux célébrations extatiques, en applaudissant et en applaudissant follement.

« J’étais juste à la fin de la deuxième opération quand tout à coup (des gens) ont commencé à pleurer et à faire du bruit » à l’extérieur, a déclaré Mukwege au site Web de la Fondation Nobel.

La responsable des droits de l’ONU, Michelle Bachelet, a déclaré qu’il était « difficile d’imaginer deux autres gagnants dignes », décrivant le prix comme « une reconnaissance amplement méritée de deux militants extraordinairement courageux, persistants et efficaces ».

AFP / File / ANGELA WEISSNadia Murad, vue ici avec l’avocate Amal Clooney, est désormais devenue une voix mondiale qui milite pour que justice soit rendue et que les actes commis par les djihadistes soient reconnus à l’échelle internationale comme un génocide.

Le nouveau président irakien Barham Saleh a salué la victoire de Murad comme une « reconnaissance de la situation tragique » des Yazidis, ainsi que de « son courage dans la défense des droits fondamentaux des victimes de la terreur et des violences sexuelles ».

À Kinshasa, le gouvernement du président Joseph Kabila a félicité Mukwege mais l’a mis en garde de ne pas politiser son travail humanitaire.

– Laisser la honte, parler –

La violence sexuelle en tant qu’arme de guerre existe depuis des siècles, mais ce n’est que récemment qu’elle a été reconnue comme un crime contre l’humanité avec l’adoption par la résolution 1820 de l’ONU en 2008.

Et le mouvement #MeToo, qui s’est formé il y a un an à la suite d’allégations de viol, de sévices sexuels et de harcèlement à l’encontre du réalisateur hollywoodien Harvey Weinstein et qui a balayé le monde depuis, a également eu un effet très décevant.

« #MeToo et les crimes de guerre ne sont pas tout à fait la même chose. Mais ils ont cependant un point commun: il est important de voir la souffrance des femmes », a déclaré Reiss-Andersen.

Le prix sera remis à Mukwege et Murad lors d’une cérémonie à Oslo le 10 décembre, date anniversaire du décès du créateur du prix, Alfred Nobel, philanthrope et scientifique suédois décédé en 1896.

Source : AFP

À propos Lahcen Hammouch