Turquie: la presse américaine à Riyad pour expliquer le sort d’un journaliste porté disparu

12 oct 2018

AFP / File / Jim WATSONDes manifestants ont organisé des manifestations devant l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington pour obtenir justice du journaliste saoudien porté disparu, Jamal Khashoggi

La Turquie et les Etats-Unis ont renforcé jeudi la pression sur l’Arabie saoudite pour qu’elle explique comment un journaliste s’est évanoui après être entré dans son consulat à Istanbul la semaine dernière, les législateurs américains ayant averti que leurs liens avec l’armée étaient en danger.

Le président Donald Trump est devenu plus énergique dans son appel aux réponses de l’Arabie saoudite, mais il a également rejeté les appels du Congrès américain à se montrer plus déterminés, affirmant qu’il ne mettrait pas en péril les ventes d’armes à son proche allié.

Khashoggi, un ressortissant saoudien dont les articles critiquent le prince héritier Mohammed bin Salman, n’a plus été vu depuis le 2 octobre, date à laquelle il s’est rendu au consulat à Istanbul pour obtenir des documents officiels attestant de son prochain mariage.

Des responsables turcs ont déclaré qu’il avait été tué – apparemment par une « équipe d’assassinats » composée de 15 personnes, arrivé à bord de deux avions, mais Riyadh a insisté pour dire qu’il avait quitté le consulat en toute sécurité.

Sabah Newspaper / AFP / – Unevidéo de vidéosurveillance de l’aéroport Ataturk d’Istanbul mise à disposition par le journal turc Sabah aurait des suspects dans l’affaire du journaliste saoudien disparu, Jamal Khashoggi

Le président Recep Tayyip Erdogan, dans ses remarques les plus détaillées sur Khashoggi, a mis l’Arabie saoudite au défi de fournir des images de vidéosurveillance pour sauvegarder ses informations.

« Est-il possible qu’il n’y ait pas de système de caméra dans un consulat, dans une ambassade? » Il a demandé.

« Si un oiseau volait, ou si une mouche ou un moustique apparaissait, les systèmes le saisiraient; ils (l’Arabie saoudite) possèdent les systèmes les plus avancés », a-t-il déclaré à des journalistes turcs.

Le consulat a déclaré que les caméras de vidéosurveillance ne fonctionnaient pas ce jour-là et a qualifié les accusations de meurtre de « sans fondement ».

Le Washington Post a toutefois rapporté que le gouvernement turc avait déclaré à des responsables américains qu’il disposait d’enregistrements audio et vidéo montrant comment Khashoggi avait été « interrogé, torturé puis assassiné » dans le consulat avant que son corps ne soit démembré.

L’AFP n’a pas pu vérifier le rapport de manière indépendante et les responsables du département d’État américain n’étaient pas immédiatement disponibles pour commenter.

– ‘Nous sommes très durs’ –

Cette affaire vient menacer la relation solide établie entre l’administration Trump et le prince Mohammed, initialement saluée par les partisans américains comme un réformateur qui souhaite transformer le royaume conservateur, riche en pétrole, en une plaque tournante de l’innovation.

Les deux parties ont travaillé ensemble pour faire face à l’Iran malgré l’inquiétude grandissante suscitée par la campagne du prince contre les dissidents, qui, selon les critiques, a révélé le vrai visage de son gouvernement.

AFP / File / MOHAMMED AL-SHAIKHLe journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été porté disparu le 2 octobre

Faisant passer le ton de la réponse discrète initiale de Washington, Trump a exprimé sa détermination à aller au fond des choses.

« Nous ne pouvons pas laisser faire cela. Et nous sommes très durs et nous avons des enquêteurs dans les pays. Nous travaillons avec la Turquie et, franchement, nous travaillons avec l’Arabie saoudite », a déclaré Trump dans une interview avec « Fox and Friends « .

Cependant, une source diplomatique turque citée par l’agence de presse gouvernementale Anadolu a nié que des enquêteurs américains aient été chargés de l’affaire. La porte-parole du département d’État, Heather Nauert, a demandé par la suite que les États-Unis avaient offert leur aide mais qu’ils refusaient de fournir des informations supplémentaires.

Trump, cependant, essaya rapidement de soustraire un moyen majeur d’influence américaine à la table – la vente d’armes.

« Ce ne serait pas acceptable », a déclaré Trump au bureau ovale. « Ils dépensent 110 milliards de dollars en équipements militaires et en éléments créateurs d’emplois ».

Les Saoudiens « prendront cet argent et le dépenseront en Russie, en Chine ou ailleurs. Je pense qu’il existe d’autres moyens. S’il s’avère aussi mauvais que cela puisse être, il existe certainement d’autres moyens de gérer la situation ».

Mais le Congrès américain, qui dispose de larges pouvoirs de contrôle et peut bloquer temporairement les ventes d’armes, a clairement indiqué que les relations avec l’Arabie saoudite étaient en danger.

Cory Gardner, un sénateur du Parti républicain de Trump, a déclaré aux journalistes que la vente d’armes serait « une préoccupation majeure » si l’Arabie saoudite était jugée responsable.

« Nous ne pouvons pas laisser même un allié croire qu’il a carte blanche pour faire tout ce qu’il veut », a ajouté Bob Menendez, le plus grand démocrate du Comité des relations extérieures du Sénat.

Les législateurs ont également invoqué une loi portant le nom de Sergueï Magnitski, le comptable anti-corruption russe décédé en détention, qui pourrait entraîner des sanctions à l’encontre de tout fonctionnaire responsable du tort causé à Khashoggi.

– La Grande-Bretagne met en garde contre les « conséquences graves » –

Jeremy Hunt, secrétaire britannique aux Affaires étrangères, autre allié et partenaire commercial saoudien clé, a déclaré à l’AFP qu’il était « extrêmement inquiet ».

« Si ces allégations sont vraies, les conséquences seront graves, car nos amitiés et nos partenariats sont fondés sur des valeurs communes », a-t-il déclaré.

Les responsables des Nations Unies ont à leur tour fait part de leurs « préoccupations concernant Khashoggi et son sort » aux contacts saoudiens, a déclaré Stephane Dujarric, porte-parole du secrétaire général Antonio Guterres.

Khashoggi est un ancien conseiller gouvernemental qui a fui l’Arabie saoudite en septembre 2017 et a vécu dans la banlieue de Washington, craignant d’être arrêté chez lui.

Dans ses chroniques pour le Washington Post et ses commentaires, il a critiqué certaines politiques du prince Mohammed ainsi que le rôle de Riyad dans la guerre sanglante au Yémen.

AFP / Thomas SAINT-CRICQDétails du meurtre présumé de Jamal Khashoggi

Human Rights Watch a appelé le prince Mohammed à « divulguer toutes les preuves et toutes les informations » concernant le statut de Khashoggi

Les autorités turques ont reçu l’autorisation de perquisitionner le consulat – territoire souverain saoudien -, mais cela n’a pas encore eu lieu.

AFP / OZAN KOSELe consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul a déclaré que les caméras de vidéosurveillance ne fonctionnaient pas ce jour-là et a qualifié les allégations de meurtre de « sans fondement »

Ankara et Riyad ont travaillé ces dernières années pour maintenir des relations cordiales malgré des différends sur des questions clés, telles que le renversement du gouvernement islamiste égyptien et le blocus imposé au principal allié régional de la Turquie, le Qatar, Qatar.

Les relations entre la Turquie et les Etats-Unis ont, quant à elles, été en crise après la détention de deux ans du pasteur américain Andrew Brunson. Mais s’il devait être libéré lors de sa prochaine audience vendredi, cela contribuerait à rétablir la confiance entre les alliés de l’OTAN.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch