La Turquie recherche le consulat saoudien alors que Trump parle de « tueurs malhonnêtes »

15 octobre 2018

AFP / BULENT KILICDes policiers et d’autres responsables turcs pénètrent dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul pour effectuer une perquisition dans les locaux de l’enquête sur le journaliste saoudien disparu, Jamal Khashoggi

La police turque a perquisitionné lundi pour la première fois au consulat saoudien à Istanbul depuis la disparition du journaliste Jamal Khashoggi, alors que le président américain Donald Trump avait lancé l’idée que des « assassins malhonnêtes » pourraient être à l’origine de sa disparition.

Khashoggi, ressortissant saoudien et résident américain, qui est devenu de plus en plus critique à l’égard du puissant prince héritier Mohammed bin Salman, n’a pas été vu depuis qu’il est entré au consulat d’Istanbul pour trier les documents relatifs au mariage le 2 octobre.

Des responsables turcs ont affirmé croire que l’Arabie saoudite avait été tué – une affirmation réfutée par l’Arabie saoudite – avec la controverse qui porte un coup dur à l’image du royaume et les efforts déployés par son jeune prince héritier pour mettre en avant une réforme.

Trump a envoyé le secrétaire d’État Mike Pompeo dans le royaume à la suite de ce que le Département d’Etat a décrit comme « des rencontres face à face avec les dirigeants saoudiens » pour découvrir ce qui s’est passé.

Jusqu’à présent, Riyad n’a pas autorisé les enquêteurs turcs à perquisitionner le consulat – officiellement sur le territoire saoudien -, des rapports indiquant que les deux camps étaient en désaccord sur les conditions.

AFP / Bulent KILIC Desresponsables saoudiens arrivent pour ouvrir une enquête sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul

Mais tard lundi soir – après que les autorités turques aient placé de hautes barrières de fer devant le consulat – un cortège de six voitures s’est arrêté et la police et les procureurs turcs sont entrés dans les locaux.

Certains policiers portaient l’uniforme tandis que d’autres fonctionnaires portaient des costumes d’imprimantes et de dossiers, a déclaré un correspondant de l’AFP.

Des dizaines d’organisations de médias – dont certaines avaient installé des tentes – ont veillé en permanence devant le consulat dans l’espoir que les recherches commenceraient enfin.

Une délégation saoudienne était entrée au consulat une heure avant l’arrivée de la police turque et semblait encore être à l’intérieur pendant la perquisition.

– ‘Pas de connaissances’ –

Les commentaires de Trump sont intervenus après une conversation téléphonique avec le roi Salman, père du prince héritier, les premières discussions de ce type depuis le début de la crise.

« Je viens de parler au roi d’Arabie saoudite qui nie avoir la moindre connaissance de ce qui est arrivé » à notre citoyen saoudien « , » a déclaré Trump sur Twitter.

Les commentaires les plus récents de Riyad se sont concentrés sur le fait de n’avoir eu connaissance d’aucun meurtre ni d’aucune négation d’un tel ordre.

« Le déni était très, très fort », a déclaré plus tard Trump aux journalistes à la Maison Blanche. « Il me semblait que ces tueurs pourraient être des escrocs. Qui sait? »

AFP / File / OZAN KOSE Des personnes de ménageont été aperçues lundi dans le bâtiment du consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul

Les recherches ont eu lieu après les premières conversations téléphoniques entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le roi Salman, depuis l’éclatement de la controverse, lors d’une conversation qui semblait être une conversation de conciliation, selon des informations officielles.

Alors que des rumeurs loufoques ont été publiées dans les médias turcs – y compris que Khashoggi a été torturé et démembré – les dirigeants turcs se sont jusqu’ici abstenus de pointer du doigt directement Riyad dans des commentaires publics.

Le roi Salman a souligné l’importance des relations entre la Turquie et l’Arabie Saoudite et a déclaré que personne ne devrait être en mesure « de saper la force de cette relation », ont rapporté les médias officiels saoudiens.

– « Davos in Desert » se défait –

La controverse a troublé les alliés occidentaux traditionnels de l’Arabie saoudite – qui sont des fournisseurs clés d’armes au royaume – et a également sapé les efforts déployés par Mohammed bin Salman pour se présenter comme un dirigeant modernisateur.

Une conférence sur les investissements considérée comme une plate-forme pour le prince héritier et baptisée « Davos in the Desert », qui devait se dérouler à Riyad la semaine prochaine, a été frappée par une série d’annulations importantes.

AFP / File / OZAN KOSEDes manifestants tiennent des photos du journaliste Jamal Khashoggi lors d’une manifestation devant le consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul le 5 octobre 2018

Les milliardaires britanniques Richard Branson et Dara Khosrowshahi, PDG de Uber, ainsi que les médias Bloomberg et CNN se sont retirés de la Future Investment Initiative (FII).

Jamie Dimon, PDG de JPMorgan Chase, et Bill Ford, président de Ford, ont également annulé leur projet, ainsi que Larry Fink, responsable du géant des investissements BlackRock, et Steve Schwarzman de Blackstone.

Une section du site Web de l’événement, contenant des photos des intervenants, a été supprimée.

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré qu’il envisageait toujours d’y assister mais qu’il « prendrait cela en compte » si davantage d’informations étaient publiées la semaine prochaine.

Les actions saoudiennes ont également été touchées, subissant plusieurs journées de lourdes pertes, mais ont fortement rebondi lundi avec la hausse de plus de 4% de l’indice Tadawul All-Shares (TASI)

Trump a menacé le royaume de « punition sévère » s’il est démontré que Khashoggi a été tué dans le cadre de sa mission à Istanbul.

Mais Riyadh a promis dimanche de riposter contre toute mesure punitive, tandis que Trump a également fait savoir qu’il hésitait à freiner les ventes d’armes d’importance capitale à l’Arabie saoudite.

La Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne ont également publié une rare déclaration commune dans laquelle ils déclaraient qu’ils traitaient la disparition de Khashoggi « avec le plus grand sérieux » et réclamaient une « enquête crédible ».

Source: AFP

À propos Lahcen Hammouch