« Stop aux violences sexistes »: les féministes dans la rue à Paris et dans 50 villes

24 Nov 2018

AFP/Archives / –Manifestation contre les violences faites aux femmes, à Paris le 6 octobre 2018

« Stop aux violences sexistes, stop à l’impunité »: des femmes mais aussi des hommes sont descendus dans les rues samedi à l’appel d’un collectif citoyen qui espérait un « raz-de-marée féministe », un an après la vague #MeToo.

A l’écart des « gilets jaunes », les défilés, prévus dans une cinquantaine de villes (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Nantes…), devaient se parer de violet, couleur choisie par le mouvement #NousToutes.

A Rennes, plusieurs centaines de personnes ont marché en fin de matinée derrière des banderoles de tête « Ras le viol » et « Stop aux violences sexistes, stop à l’impunité ». Parmi elles, une majorité de femmes, mais aussi de nombreux hommes.

Des manifestants portaient des pancartes clamant « on veut des droits, pas des roses », « abuse de l’amour, pas des femmes », « facho, macho, ils nous cassent le clito »…

« C’est très important d’être là aujourd’hui, de rendre visibles les violences sexistes et sexuelles » car même si « on en entend parler tout le temps, sans arrêt (…) elles ne sont pas toujours suffisamment visibles auprès du plus grand nombre », a expliqué à l’AFP Iris, 20 ans, membre du collectif #NousToutes35.

Pour Tanguy, un étudiant de 19 ans, « c’est un mouvement qui n’a pas de sexe, ce n’est pas un combat des femmes contre les hommes mais un combat des hommes et des femmes, ensemble, contre les inégalités ».

– « Mobilisation inédite » –

« Cette mobilisation est inédite » dans son ampleur, a souligné samedi matin sur France Inter Caroline De Haas, une des instigatrices de ces marches féministes.

« D’habitude », à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes (25 novembre), « on est quelques centaines, quelques milliers. Là on va être partout en France des dizaines de milliers de personnes », a poursuivi la militante féministe.

À Paris, le défilé doit partir à 14H00 d’Opéra, jusqu’à République, pour réclamer la fin de « l’impunité des agresseurs », ainsi que « des mesures ambitieuses et des moyens financiers suffisants pour que l’action publique mette la lutte contre les violences en top des priorités ».

AFP / FRANCOIS GUILLOTL’hôtel de ville de Paris illuminé en orange pour s’associer à la lutte contre les violences faites aux femmes, le 23 novembre 2018

Né en septembre et appuyé par plusieurs associations, le mouvement #NousToutes entend « passer du témoignage à l’action », un an après #MeToo, qui a fait bondir de 23% le nombre de cas de violences sexuelles signalées à la police, et six semaines après la mobilisation d’un millier de femmes à Paris autour de Muriel Robin. La comédienne sera d’ailleurs de nouveau dans la rue samedi, aux côtés d’autres actrices comme Eva Darlan et Vanessa Demouy ou de la responsable CGT Sophie Binet.

En France, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon, selon des chiffres 2017 officiels. En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

Il y a un an, le président Emmanuel Macron avait décrété l’égalité femmes/hommes « grande cause du quinquennat », lors d’un discours à l’Élysée.

Mais « s’il n’y a pas d’argent, les politiques publiques ne suivront pas », a prévenu Caroline De Haas. « En Espagne, ils ont sorti un milliard d’euros supplémentaire en cinq ans pour en finir avec les violences. En France, il faudrait deux milliards », selon elle.

Les fonds consacrés à aider les femmes victimes de violences conjugales devraient être portés à au moins 506 millions d’euros par an, contre 79 aujourd’hui, ont plaidé cinq organisations, dont la Fondation des femmes, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) et le Conseil économique, social et environnemental (CESE).

AFP/Archives / Philippe LOPEZManifestation à Paris, le 6 octobre 2018

Des centaines de personnalités, de syndicalistes et de femmes journalistes ont annoncé dans des tribunes se joindre au mouvement de samedi.

A Paris, la gent masculine sera cependant exclue d’un « petit espace non-mixte » pour rassurer des « femmes victimes de violences diverses qui ne se sentaient pas à l’aise à l’idée de défiler avec des hommes autour d’elles », selon Marion Schaefer, coorganisatrice de #NousToutes. Une initiative critiquée sur les réseaux sociaux, y compris par des militantes féministes

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch