La police saoudienne élimine les crocs de la police mais envisage de faire respecter la «décence»

19 juin 2019

AFP / FAYEZ NURELDINELe roi saoudien Salman et son fils, le prince héritier Mohammed, apparaissent à côté d’un drapeau saoudien sur un panneau d’affichage à Riyad

L’Arabie saoudite a démoli la police religieuse jadis redoutée dans le cadre de la libéralisation, mais une loi sur la «décence publique» planifiée suscite la controverse, certains craignant un regain de maintien de l’ordre moral.

Le prince héritier Mohammed bin Salman a cherché à se débarrasser de l’image ultra-conservatrice de son pays avec la réouverture de cinémas, des concerts mixtes et des extravagances sportives animées par des fêtes, tout en promettant de diriger le royaume vers un islam modéré.

De nombreux Saoudiens, dont les deux tiers ont moins de 30 ans, se sont félicités des normes sociales assouplies d’un royaume rarement associé à la distraction dans le passé, au milieu de douloureuses réformes économiques axées sur un avenir post-pétrolier.

Toutefois, l’Arabie saoudite souhaite à présent contrôler le comportement de ses citoyens grâce à une nouvelle loi sur la décence publique approuvée par le gouvernement en avril, bien que le moment de son application reste encore incertain.

La loi cherche à défendre les « valeurs et principes » saoudiens, interdisant les vêtements de cérémonie jugés « offensant les goûts du public » – y compris les shorts pour hommes – et les graffitis pouvant être interprétés comme « nocifs », selon les médias locaux.

Les auteurs d’infractions risqueraient une amende maximale de 5 000 riyals (1 333 dollars).

« La haia (police religieuse) est de retour sans barbe », a déclaré le sultan universitaire Al-Amer sur Twitter.

Les responsables barbus de la police religieuse étaient réputés depuis longtemps pour patrouiller les rues et les centres commerciaux afin de châtier les femmes vêtues de vernis à ongles brillants et pour imposer une ségrégation sexuelle rigide, mais leurs pouvoirs ont été réduits ces dernières années.

– ‘Effectuer un changement est un art’ –

La loi, largement perçue comme vague, a suscité l’inquiétude du public quant à sa possibilité d’interprétation, donnant lieu à des sanctions arbitraires et, plus léger encore, à une plaisanterie amusante sur les médias sociaux.

Le hashtag arabe « Les shorts ne portent pas atteinte à la morale publique » a gagné du terrain aux côtés des mèmes d’hommes qui transpirent sur des tapis de course en robes traditionnelles amples.

« C’est l’Arabie Saoudite à la rencontre de Singapour », a déclaré à l’AFP Kristin Diwan, de l’Institut arabe des États du Golfe à Washington.

AFP / File / –Un projet de loi sur la « décence publique » attise la controverse en Arabie saoudite, certains craignant une renaissance de la police morale

« Les dirigeants saoudiens veulent saper la base islamiste du pouvoir social tout en maintenant le contrôle politique absolu et l’ordre public ».

Les médias saoudiens progouvernementaux ont rapporté que la loi devait être appliquée à partir du 25 mai, le ministère de l’Intérieur et les autorités du tourisme faisant respecter les règles.

Mais le 27 mai, les médias officiels ont déclaré que la loi devait encore être appliquée. Il n’a pas spécifié de nouvelle date.

« Cette (loi) est un effort pour équilibrer la pression des éléments conservateurs de la société qui accusent le (gouvernement) d’autoriser les choses à devenir » incontrôlables «  », a déclaré Ali Shihabi, fondateur de la base de réflexion pro-saoudienne Arabia .

« Effectuer un changement social est une forme d’art – vous voulez pousser aussi vite que possible sans provoquer de contre-réaction. Pas facile! »

– Projet de modernisation –

Le prince Mohammed, qui a accumulé des pouvoirs inconnus des précédents dirigeants, a réduit le rôle politique de l’establishment religieux ultra-conservateur tout en promouvant l’hyper nationalisme dans le cadre d’une réorganisation historique de l’État saoudien.

Le dirigeant de facto du royaume s’est présenté comme un réformateur des temps modernes, tout en arrêtant plusieurs clercs – dont certains étaient perçus comme modérés – et en contrôlant étroitement le discours religieux dans le cadre de ce que les observateurs appellent une large centralisation du pouvoir.

De nombreux autres religieux semblent suivre la ligne officielle, accordant une sanction religieuse à la modernisation du prince.

Ayedh al-Qarni, éminent érudit salafi, a récemment publié des excuses télévisées pour ses interprétations radicales et bien connues de l’islam, alors qu’il appuyait le jeune prince.

Lesréformes de l’AFP / File / Fayez Nureldine lancéespar le prince héritier saoudien Mohamed bin Salman incluent la décision historique d’autoriser les femmes à conduire dans le royaume

Alors que le religieux saoudien Adil al-Kalbani, ancien imam de la Grande Mosquée de La Mecque, a contesté le sujet longtemps tabou du mélange des sexes en dénonçant la ségrégation sexuelle dans les mosquées comme une « sorte de phobie ».

Néanmoins, la transformation sociale semble susciter le ressentiment dans les quartiers conservateurs, beaucoup appelant l’État à contrôler le comportement de la population.

L’année dernière, une vidéo virale montrant une femme saoudienne voilée et un homme dansant et tournant sur une rue animée a provoqué la fureur, beaucoup demandant: « Où sont les policiers religieux? ».

De tels appels ne pourraient que devenir plus forts, disent les observateurs, dans un élan jusque-là impensable pour créer un secteur des loisirs et du divertissement à la Dubaï.

En testant les eaux, de soi-disant érudits religieux plaident ouvertement contre la fermeture d’entreprises pendant les heures de prière et soutiennent l’ouverture d’une boîte de nuit temporaire sans alcool lors d’un festival culturel à l’ouest de la ville de Jeddah.

« Ils (les Saoudiens) créent un domaine plus large d’expression personnelle, mais uniquement au gré de l’Etat », a déclaré Diwan.

« Les graffitis doivent être autorisés. »

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch