Trump lance sa candidature pour 2020 en promettant de « garder l’Amérique belle »

19 juin 2019

Leprésident de l’AFP / MANDEL NGAN, Donald Trump, lors du lancement officiel de sa campagne de réélection de 2020 à Orlando, le 18 juin 2019

Le président Donald Trump a lancé mardi sa campagne de réélection pour 2020 de la même manière qu’il avait accédé au pouvoir en 2016: un rassemblement nationaliste et tapageur a fait craindre l’immigration clandestine et s’est engagé à se battre pour les cols bleus.

Frappant ses opposants démocrates en tant que gauchistes radicaux alimentés par la « haine » et désireux de « déchirer votre pays », Trump a promis un « tremblement de terre aux urnes » l’année prochaine.

« Nous l’avons fait une fois et nous allons le faire à nouveau », a-t-il promis à quelque 20 000 supporters extatiques à Orlando, en Floride.

« Et c’est pourquoi je me présente devant vous ce soir pour lancer officiellement ma campagne pour un second mandat en tant que président des États-Unis. »

Dans son discours de près de 80 minutes dans l’arène d’Orlando, Trump n’a présenté aucune idée nouvelle ni aucun projet pour l’avenir, où la foule a formé une marée de casquettes de baseball rouges de la campagne Trump, scandant « USA » et « Four More Years ».

AFP / MANDEL NGANLa foule lors du rassemblement de réélection du président Donald Trump a formé un océan de casquettes de baseball rouges, scandant « Etats-Unis » et « Quatre années supplémentaires »

Au lieu de cela, le républicain non conventionnel a fait son discours de réélection en vantant les gains économiques, en renouvelant son engagement de longue date à construire un mur le long de la frontière mexicaine.

Dans un discours empli de ses vanteries usuelles et de ses exagérations rhétoriques, Trump a déclaré – sans toutefois donner de détails – qu’il surveillerait les remèdes contre le cancer et le sida et ouvrirait la voie à l’envoi d’astronautes américains sur Mars.

Mais son discours ne portait que sur les griefs et les craintes des mêmes électeurs blancs de la classe ouvrière et moyenne qui étayaient sa victoire surprise en tant que politicien totalement inexpérimenté contre Hillary Clinton en 2016.

AFP / MANDEL NGANDonald et Melania Trump, peu avant le coup d’envoi officiel de la campagne de réélection du président

Frappant une note sombre, Trump a encouragé à plusieurs reprises la foule à huer les journalistes couvrant l’événement, les appelant « fausses informations ».

Ensuite, Trump s’est tourné vers les démocrates, qui selon lui sont « devenus plus radicaux, plus dangereux et plus déréglés qu’à aucun moment de l’histoire moderne de notre pays ».

« Ils veulent vous détruire et ils veulent détruire notre pays tel que nous le connaissons », a-t-il déclaré. « Pas acceptable. Cela n’arrivera pas. »

Même si les premiers chiffres des sondages montrent qu’il est confronté à une course difficile, Trump se lance dans un combat soutenu par cette base de droite farouchement fidèle.

Trump – lui-même accusé par des opposants d’une multitude de crimes graves – a déclaré à la foule qu’ils avaient formé ensemble « un grand mouvement politique » qui « avait jeté les bases d’un établissement politique brisé et corrompu ».

« Nous allons garder l’Amérique à nouveau », a déclaré Trump à l’aréna bondée d’Orlando, en Floride. « Oh, nous allons le garder si bien. »

– Economie et immigration –

Les supporteurs ont passé la journée sur les trottoirs du centre-ville d’Orlando, attendant sous la tente et sur des chaises toute la nuit pour être les premiers à franchir la porte.

Les supporters de l’AFP / MANDEL NGAN ont passétoute la journée sur les trottoirs du centre-ville d’Orlando pour être les premiers à participer au rallye d’Orlando marquant le lancement de la campagne de réélection de Donald Trump.

« C’est un événement historique, nous ne le raterions pour rien », a déclaré à l’AFP un fan, David Meloney.

En 2020, la Floride sera l’un des États-clés décisifs si Trump veut vaincre le candidat choisi parmi un groupe de 23 candidats démocrates.

La carte la plus solide de Trump est la santé actuelle de l’économie américaine, qu’il décrit comme « l’envie du monde ».

Mais Trump a déclaré que le « rêve américain » lui-même était menacé par les immigrants clandestins, insistant sur le fait que son projet de murmure du mur de Mexico allait encore se réaliser.

« La migration illégale en masse amène des millions de travailleurs à bas salaires à se disputer des emplois, des salaires et des opportunités contre les Américains les plus vulnérables, leur empêchant ainsi de réaliser leur rêve américain », a-t-il déclaré.

AFP / MANDEL NGANLe président américain Donald Trump a déclaré lors du rassemblement marquant sa réélection que le « rêve américain » lui-même était menacé par des immigrants clandestins

Bizarrement, il n’a pas mentionné son annonce plus tôt dans la journée, selon laquelle il ordonnait l’expulsion de « millions d’étrangers en situation irrégulière ».

La menace surprenante a été annoncée dans un tweet dans la matinée mais a rapidement été suivie par les médias selon lesquels les responsables gouvernementaux n’avaient aucune idée de ce que le président prévoyait.

Quelques heures avant le rassemblement, le président avait insisté sur le fait que des responsables étaient effectivement impliqués dans le projet.

« Ils vont commencer la semaine prochaine », a-t-il déclaré aux journalistes à la Maison Blanche.

– Les sondages indiquent une course serrée –

Après plus de deux années dramatiques à la Maison-Blanche, le vendeur d’immobiliers qui parle vite fait le pari que les républicains et suffisamment de cols bleus centristes se retrouveront en 2020.

AFP /2020 bataille pour la Maison Blanche

Mais il ne fait aucun doute qu’une longue enquête sur les relations troubles de Trump avec la Russie et sur son style de division et de meurtrissures l’a laissé blessé.

Un grand nombre de sondages montrent que Trump est loin derrière le leader démocrate Joe Biden, qui fait campagne pour promettre de ramener le pays dans ce qu’il décrit comme les jours plus calmes et plus doux de Barack Obama, sous lequel il était vice-président.

Un autre grand candidat démocrate, le sénateur de gauche Bernie Sanders, a méprisé Trump après le discours de Floride.

« En écoutant Trump, j’ai vraiment le sentiment qu’il est un homme vivant dans un univers parallèle (…) et qu’il doit être vaincu », a déclaré Sanders.

AFP / MANDEL NGANLe président américain Donald Trump a promis à Orlando (Floride) un « séisme dans les urnes » en 2020

Un sondage de l’université Quinnipiac publié mardi a montré que Biden menait Trump de 50 à 41% en Floride, tandis que le sénateur Bernie Sanders avait une avance de 48 à 42% sur le président de l’État.

Les sondages antérieurs ont une valeur limitée et en 2016, ils ne parvenaient pas à prédire la défaite du démocrate Hillary Clinton par Trump. Les enquêtes suggèrent une autre course âpre, la course serrée.

Mais dans un signe de nerfs effilochés, Trump a critiqué ce qu’il appelle un « faux sondage », alors que plusieurs médias américains ont rapporté que sa campagne avait renvoyé plusieurs de ses propres sondeurs.

Source

À propos Lahcen Hammouch