La Nouvelle-Zélande amorce le rachat des armes après l’assassinat d’une mosquée

20 juin 2019

AFP / File / DOMINICK REUTERLes propriétaires d’armes à feu titulaires d’une licence disposeront de six mois pour rendre les armes désormais considérées comme illégales en vertu du programme. Une amnistie leur garantit de ne faire l’objet d’aucune poursuite pendant cette période.

La Nouvelle-Zélande a ouvert jeudi un programme de rachat d’armes visant à débarrasser le pays d’armes semi-automatiques similaires à celles utilisées lors des attaques de la mosquée de Christchurch, qui ont tué 51 fidèles musulmans.

Dans les heures qui ont suivi les tueries du 15 mars, la première ministre Jacinda Ardern a promis que les lois de la Nouvelle-Zélande sur les armes à feu seraient durcies et que son gouvernement avait accéléré le changement en trois mois seulement.

« Le rachat et l’amnistie ont un objectif – retirer les armes les plus dangereuses de la circulation après les pertes en vies humaines dans les mosquées Al Noor et Linwood », a déclaré le ministre de la Police, Stuart Nash.

L’homme australien accusé du meurtre, Brenton Tarrant, aurait utilisé un arsenal de cinq armes, dont deux fusils semi-automatiques de style militaire, lors de l’attaque de deux mosquées à Christchurch.

Les législateurs ont voté en faveur de l’interdiction des MSSA, qui permettent le tir rapide de balles de haut calibre, par une marge de 119-1 à la suite du pire massacre de l’histoire de la Nouvelle-Zélande moderne.

Les propriétaires d’armes à feu titulaires d’un permis disposeront de six mois pour rendre les armes désormais considérées comme illégales, et bénéficieront d’une amnistie leur permettant de ne pas être poursuivis en justice pendant cette période.

Après l’expiration de l’amnistie, la détention d’une arme à feu prohibée est punissable d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.

L’indemnisation sera basée sur le modèle et l’état de l’arme à feu, son coût total étant estimé à 218 millions de dollars néo-zélandais (143 millions de dollars).

Cela comprend 18 millions de dollars néo-zélandais pour couvrir les coûts d’administration de ce que Nash a qualifié de « grand exercice logistique ».

Il a ajouté que la police était au courant de 14 300 fusils enregistrés MSSA et qu’il y aurait environ 1,2 million d’armes à feu dans la communauté, la grande majorité étant toujours légale en vertu des nouvelles règles.

La police a déclaré qu’ils organisaient des « événements de collecte » dans tout le pays où les propriétaires d’armes à feu pouvaient soumettre leurs armes.

La semaine dernière, Tarrant a plaidé non coupable d’actes de terrorisme, ainsi que de 51 chefs de meurtre et de 40 tentatives de meurtre.

Il devait être jugé en mai prochain.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch