Trump dit qu’il a annulé les frappes iraniennes à la dernière minute

21 juin 2019

US AIR FORCE / AFP / File / HandoutTéhéran insiste sur le fait qu’un drone de surveillance américain Global Hawk se trouvait dans son espace aérien lorsqu’il a été abattu, une plainte que les États-Unis nient

Le président Donald Trump a déclaré vendredi que les Etats-Unis étaient « armés » et « armés » pour frapper l’Iran mais se sont retirés à la dernière minute parce que cela n’aurait pas été une réponse « proportionnée » au fait que Téhéran ait abattu un drone américain.

La chute du drone – qui, selon l’Iran, est une violation de l’espace aérien iranien – a démenti Washington – a provoqué un regain de tension entre les deux pays après une série d’attaques contre des pétroliers que les États-Unis ont imputées à Téhéran.

Sous pression pour réagir à l’incident impliquant de gros enjeux près du détroit stratégique d’Ormuz, Trump a déclaré que les Etats-Unis étaient prêts à frapper « 3 sites différents » jeudi soir, mais qu’il avait annulé les frappes « 10 minutes » avant leur lancement.

« J’ai demandé combien de personnes mourraient. 150 personnes, Monsieur, était la réponse d’un général », a tweeté le président sur Twitter, affirmant que cela n’aurait pas été « proportionnel à l’abattage d’un drone sans pilote ».

Selon des extraits d’une interview accordée à « Rencontrez la presse » de NBC, vendredi à la Maison Blanche, Trump a déclaré qu’il n’avait pas donné son accord final aux frappes contre l’Iran et qu’aucun avion n’était dans les airs.

« Mais ils l’auraient été très bientôt. Et les choses seraient arrivées à un point tel que vous ne reviendriez pas ou ne reviendriez pas », a-t-il déclaré.

Leprésident de l’AFP, File / MANDEL NGAN, Donald Trump, a déclaré qu’il avait conclu qu’une grève faisant 150 morts ne serait pas une réponse « proportionnée » à la destruction par l’Iran d’un drone américain sans pilote.

Jeudi, le président américain avait adopté un ton combatif dans ses propos selon lesquels l’Iran avait abattu l’avion de surveillance Global Hawk, mais lorsque l’incident survenu avant l’aube a attisé les craintes d’un conflit ouvert, Trump a décidé d’atténuer les tensions.

L’Iran a promis vendredi de défendre ses frontières après le drone, le commandant de la branche aérospatiale de ses Gardes de la révolution élite a déclaré que l’avion avait été averti à deux reprises avant qu’il ne soit engagé dans le golfe d’Oman.

Et il a démenti un rapport selon lequel Trump l’avait prévenue via Oman d’une attaque imminente à moins qu’elle ne soit disposée à négocier.

AFP / Olivier LEVRAULTCartemontrantla position d’un drone américain abattu par l’Iran – Téhéran et Washington diffèrent sur leur emplacement

Le représentant spécial américain sur l’Iran, Brian Hook, a accusé Téhéran de rejeter les ouvertures diplomatiques visant à réduire les tensions régionales.

« L’Iran doit rencontrer la diplomatie avec diplomatie, pas avec la force militaire », a déclaré Hook aux journalistes en Arabie saoudite.

Trump et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman ont discuté vendredi de la « menace » posée par Téhéran, et les Etats-Unis ont demandé lundi la tenue d’une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur l’Iran.

Les prix du pétrole ont légèrement reculé vendredi après la hausse de plus de six pour cent de la veille, tandis que le prix de l’or – considéré comme un actif refuge – a atteint un sommet de près de six ans.

Dans les rues de Téhéran, l’inquiétude était palpable chez les habitants déjà frappés par les sanctions paralysantes des États-Unis.

« Pour moi, la situation est déjà préoccupante car la situation économique du pays est mauvaise et la possibilité d’une guerre me fait peur », a déclaré Amir, un commerçant qui a retenu son nom de famille.

– Vols redirigés –

L’Iran a déclaré vendredi avoir présenté à l’ambassadeur de Suisse, dont le pays représente les intérêts américains en Iran, des preuves « indiscutables » du drone violant l’espace aérien iranien.

IRAN STATE TV IRIB / AFP / HOSelon la chaîne de télévision iranienne Téhéran, il s’agit de débris d’un drone américain abattu dans ses eaux territoriales.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, a déclaré à l’envoyé, « que l’Iran ne cherche pas une guerre et un conflit dans le golfe Persique », tout en prévenant qu’il « défendrait son territoire de manière décisive contre toute agression ».

La Federal Aviation Administration des États-Unis a interdit aux aéronefs civils américains de se rendre dans la région « jusqu’à nouvel ordre », et d’importantes compagnies aériennes non américaines, notamment British Airways, KLM, Lufthansa, Qantas, Emirates et Etihad, ont également annoncé qu’elles modifiaient également les trajectoires de vol pour éviter le délicat Détroit. d’Hormuz.

Selon le Pentagone, le drone Global Hawk – l’un des équipements les plus coûteux de l’arsenal américain, coûtant plus de 120 millions de dollars chacun – se trouvait à 34 kilomètres de l’Iran après avoir été détruit par un missile sol-air dans une « attaque non provoquée. »

Il a publié une carte indiquant la trajectoire de vol indiquant qu’il évitait les eaux iraniennes et une photo indiquant ses coordonnées au moment où il a été touché.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a fourni des coordonnées différentes pour l’attaque du drone par une batterie de défense aérienne Khordad 3 de fabrication nationale.

LE SITE INTERNET D’IRANIAN SUPREME LEADER / AFP / File / HO L’Iran affirme avoir abattu le drone américain à l’aide de son système de défense anti-aérienne Khordad 3 de fabrication nationale.

La fusillade s’est produite avec l’Iran déjà accusé par Washington d’avoir mené des attaques sur des pétroliers dans les voies de navigation encombrées en direction du Golfe par le détroit d’Hormuz.

Téhéran nie toute implication.

Trump a répété à plusieurs reprises qu’il ne préconisait pas la guerre avec l’Iran, à moins que ce ne soit pour empêcher le pays de se doter d’une arme nucléaire – ce que les dirigeants iraniens insistent pour ne pas poursuivre.

Les critiques expliquent que sa politique de « pression maximale » – notamment l’abandon d’un accord international visant à réglementer les activités nucléaires de l’Iran, des sanctions économiques paralysantes et le déploiement de troupes supplémentaires dans la région – rend la guerre encore plus probable.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a mis en garde vendredi une « situation extrêmement dangereuse et délicate ».

Les candidats à l’investiture démocrate à la présidence ont également exprimé leurs inquiétudes. Le sénateur Bernie Sanders a également averti que la guerre avec l’Iran « conduirait à un conflit sans fin dans la région », et la sénatrice Elizabeth Warren a appelé Washington à « se retirer du bord de la guerre ».

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch