Le parti d’Erdogan perd la reprise controversée des élections à Istanbul

23 juin 2019

Lecandidat à la mairie d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, vainqueur de l’AFP / Bulent Kilic, vu voter ici, a promis une « bataille pour la démocratie »

Le candidat de l’opposition à la reprise controversée de l’élection à la mairie d’Istanbul se dirigeait vers une victoire confortable dimanche, portant un coup dur au parti au pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan.

Le candidat d’Erdogan, Binali Yildirim, a reconnu sa défaite, les premiers résultats montrant son adversaire devant avec 53,69% des voix et plus de 95% des votes comptés.

« D’après les résultats, mon concurrent Ekrem Imamoglu est en tête de la course. Je le félicite et lui souhaite bonne chance », a déclaré Yildirim.

Imamoglu, maire de district peu connu au début de l’année, avait qualifié le nouveau scrutin de test de la démocratie turque après avoir été controversé lorsqu’il avait été privé de sa première victoire en mars.

Les autorités électorales ont annulé ce résultat après que Erdogan ait déclaré des irrégularités dans le dépouillement – mais cela a galvanisé Imamoglu, qui a promis « une bataille pour la démocratie » pour reprendre la ville de 15 millions d’habitants.

Les critiques affirment que M. Erdogan était simplement réticent à abandonner le contrôle d’Istanbul, puissance économique de la Turquie et une source essentielle de soutien pour les conservateurs islamiques depuis son accession à la mairie il y a un quart de siècle.

Imamoglu, qui représente le Parti populaire républicain laïque, a déclaré après avoir voté dimanche matin: « Aujourd’hui, notre peuple prendra la meilleure décision … dans l’intérêt de notre démocratie, pour Istanbul et pour la légitimité de toutes les élections futures. »

Recep Tayyip Erdogan, président de l’AFP / Adem ALTAN, a déclaré des irrégularités dans le décompte du vote du maire de mars

Son message optimiste sous le slogan « Tout ira bien » contraste avec le nom agressif habituel de la politique turque et touche les électeurs.

Mais il a fait face au mastodonte de l’AKP, qui dirige la Turquie depuis 2002 et reste la force politique la plus populaire du pays, grâce à des années de croissance spectaculaire et de soutien aux conservateurs religieux jusqu’alors exclus.

Yildirim, un loyaliste modéré d’Erdogan qui a supervisé plusieurs grands projets de transport et a occupé le poste de Premier ministre, avait déjà pris un ton conciliant plus tôt dimanche.

« Si nous avons fait du tort, consciemment ou inconsciemment, à l’un de nos camarades Istanbulites ou à nos challengers, si nous avons commis un acte injuste, je vous demande pardon », a-t-il déclaré.

– ‘Situation perdante-perdante’ –

Selon des analystes, cette reprise était une proposition perdue-perdante pour Erdogan: une seconde défaite minerait son image d’invincibilité et encouragerait les rivaux au sein de son parti, tandis qu’une victoire serait toujours perçue comme volée par l’opposition.

AFP / Bulent KilicLa nouvelle élection n’a que galvanisé Imamoglu, photographié ici dimanche devant la presse

Cette crise économique est survenue alors que la hausse des prix avait terni la réputation de gestion économique du président, l’AKP ayant également perdu la capitale, Ankara, en mars.

Pour de nombreux conservateurs, Erdogan reste un héros qui a apporté la prospérité et a farouchement défendu les intérêts du pays.

La plupart ont accepté la ligne indiquant que la reprise était nécessaire.

AFP / Bulent KILICLa ville de 15 millions d’habitants est lemoteuréconomique de la Turquie

« S’il y a quelque chose comme des votes volés, je pense qu’il est préférable de refaire l’élection au nom de la démocratie », a déclaré Huseyin, âgé de 45 ans, en faisant la queue pour voter.

Erdogan a maintenu ses allégations d’irrégularités lors de son vote de dimanche, affirmant que les dernières élections « n’auraient pas dû se dérouler de la sorte ».

Mais la controverse autour de la reprise du scrutin pourrait expliquer son silence relatif, sans répète le rallye inlassable des élections de mars, qui comprenait 102 comparutions en seulement 50 jours.

Erdogan a minimisé l’importance de la reprise, affirmant la semaine dernière que le choix du maire n’était «qu’un changement dans la vitrine», l’AKP contrôlant près des deux tiers des quartiers de la ville.

Craignant la fraude, l’opposition a mobilisé une armée d’avocats de toute la Turquie pour surveiller les élections de dimanche, l’association du barreau d’Istanbul déployant une énorme banderole au siège indiquant «Garde la démocratie».

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch