Un juge italien déclare que le capitaine d’un sauveteur migrant allemand est libre de partir

juillet 2019

AFP / File / Giovanni ISOLINOUn juge italien a estimé qu’un décret de sécurité n’était « pas applicable » en cas de sauvetage, ce qui signifie que la capitaine de Sea Watch, Carola Rackete, était libre de partir

Un juge italien a déclaré mardi que la capitaine de Sea-Watch 3, Carola Rackete, était libre de partir trois jours après son arrestation pour amarrage avec 40 migrants à bord de son bateau de sauvetage, au mépris d’une interdiction italienne.

Rackete a été arrêtée après avoir heurté un bateau de la police alors qu’elle entrait dans le port de l’île de Lampedusa, dans le sud du pays, à bord de son bateau, qui avait été interdit d’accostage par les autorités italiennes.

Le déménagement a mis fin à une impasse de deux semaines en mer.

Le juge a déclaré qu’un décret de sécurité italien n’était « pas applicable en cas de sauvetage » dans la décision.

« J’ai été soulagé par la décision du juge, ce qui constitue à mes yeux une grande victoire pour la solidarité avec toutes les personnes en mouvement, notamment les réfugiés, les migrants et les demandeurs d’asile, et contre la criminalisation des aides dans de nombreux pays d’Europe », a déclaré Rackete dans un communiqué. de Sea-Watch.

« J’ai été très touché par la solidarité exprimée par tant de personnes », a déclaré l’allemand, avant de rendre hommage à l’équipage.

« Même si toute l’attention est sur moi, c’est en tant qu’équipe que nous avons sauvé les gens, pris soin d’eux et les avons mis en sécurité. »

Le ministre d’extrême droite italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, qui a pris une ligne dure contre les migrants, a réagi avec fureur.

« Cette pauvre femme a seulement essayé de tuer cinq soldats italiens. Je suis sans voix! Qu’est-ce que vous devez faire pour être envoyé en prison en Italie? » Salvini a déclaré dans une vidéo sur Facebook, en promettant d’éliminer ce « danger pour la sécurité nationale » le plus rapidement possible.

Cependant, sa décision doit d’abord être annulée par le tribunal.

– ‘Acte de désobéissance’ –

Rackete, 31 ans, a défendu ses actions, affirmant qu’elle était obligée d’éviter une tragédie humaine et de ramener les migrants à terre après plus de deux semaines de mer.

dpa / AFP / Federico GambariniL’affaire a attisé les tensions entre Rome et Berlin, alors que la politique en matière de migration au sein de l’Union européenne continue de faire défaut

« Ce n’était pas un acte de violence, mais seulement un acte de désobéissance », a déclaré Rackete au quotidien italien Corriere della Sera dans une interview publiée dimanche.

Elle avait déjà été inculpée d’incitation à l’immigration clandestine et d’être passée de force par un navire de la police qui tentait de bloquer Sea Sea Watch 3 – ce dernier crime passible de 10 ans de prison.

Sea-Watch a déclaré que le juge avait estimé qu’elle avait agi « dans l’exercice de ses fonctions » pour sauver des vies en mer et n’avait d’autre choix que de venir en Italie, la Libye et la Tunisie ne pouvant être considérées comme des ports sûrs.

Rackete fait également l’objet d’une enquête distincte pour avoir aidé à l’immigration illégale, comme c’est souvent le cas lorsqu’un navire d’une ONG débarque des migrants en Italie.

L’affaire doit être entendue le 9 juillet et, selon ses avocats, il est peu probable qu’elle soit déportée avant cette date.

L’affaire a déclenché une querelle diplomatique entre Rome et Berlin alors que la politique en matière de migration au sein de l’Union européenne faisait défaut.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a appelé lundi à la libération de Rackete à l’issue d’une procédure judiciaire « sur la base de l’état de droit ».

Salvini a répondu que Maas devrait « inviter ses concitoyens à ne pas enfreindre les lois italiennes ».

Les migrants ont été autorisés à débarquer à Lampedusa et emmenés dans un centre d’accueil alors qu’ils se préparaient à se rendre soit en France, où le ministère de l’Intérieur l’annoncerait, soit en Allemagne, en Finlande, au Luxembourg ou au Portugal.

Deux autres navires de sauvetage humanitaires, Open Arms et Alan Kurdi, sont toujours en mer.

Salvini a déclaré qu’il avait tenu une autre réunion mardi dans son ministère pour discuter de la manière de les empêcher de faire venir des migrants en Italie.

« Nous continuerons à les arrêter, un par un. Nous allons trouver un juge, il y en aura un en Italie, qui aura enfin le courage de dire … ces gens ne sont pas des sauveteurs, ils sont des complices, des meurtriers, des criminels et dans un pays normal, les criminels vont en prison « , tonna-t-il.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch