L’Iran demande à la Grande-Bretagne de libérer un pétrolier détenu à Gibraltar

juil 2019

AFP / JORGE GUERREROLe Grace 1 a été arrêté aux premières heures de jeudi

L’Iran a demandé vendredi à la Grande-Bretagne de libérer immédiatement un pétrolier qu’il avait arrêté à Gibraltar, l’accusant d’agir à la demande des Etats-Unis.

Un haut responsable du ministère des Affaires étrangères « a qualifié la démarche britannique d’inacceptable » lors d’une réunion avec l’ambassadeur du Royaume-Uni, Rob Macaire, convoqué pour assister à une manifestation officielle, a annoncé le ministère dans un communiqué.

Il a « appelé à la libération immédiate du pétrolier, sachant qu’il a été saisi à la demande des Etats-Unis, sur la base des informations actuellement disponibles », ajoute le communiqué.

Le secrétaire du Conseil d’expertise iranien, un organe clé de conseil et d’arbitrage, a averti que si la Grande-Bretagne ne libérait pas le pétrolier, l’Iran serait obligé de prendre des mesures équitables contre un navire britannique.

« Si la Grande-Bretagne ne libère pas le pétrolier iranien, les autorités compétentes seront tenues de prendre des mesures réciproques et de saisir un pétrolier britannique », a déclaré le secrétaire du Conseil Mohsen Rezai.

Les autorités de Gibraltar, un territoire britannique d’outre-mer situé sur la pointe sud de l’Espagne à l’entrée ouest de la Méditerranée, ont déclaré soupçonner que le pétrolier transportait du pétrole brut en Syrie en violation des sanctions imposées par l’UE.

La détention du Grace 1 de 330 mètres (1 000 pieds) arrive à un moment critique dans les relations entre l’Union européenne et l’Union européenne, alors que le bloc réfléchit à la manière de réagir à l’annonce par Téhéran de son intention de dépasser la limite d’enrichissement d’uranium convenue dans une année 2015 troublée accord nucléaire.

AFP /Carte localisant la zone où un pétrolier présumé se diriger vers la Syrie a été saisi au large de Gibraltar

Le Grace 1 a été arrêté aux premières heures de jeudi par la police et les services des douanes de Gibraltar, aidés par un détachement de Royal Marines britanniques.

La Cour suprême de Gibraltar a déclaré vendredi que le navire pouvait être retenu pendant 14 jours supplémentaires, a déclaré le procureur général du territoire.

– ‘Banditisme maritime’ –

Le navire a été arrêté à quatre kilomètres au sud de Gibraltar dans ce qu’il considère comme des eaux britanniques, bien que l’Espagne, qui revendique ce territoire, affirme qu’ils sont espagnols.

L’Iran insiste sur le fait que le navire a été intercepté dans les eaux internationales et que le responsable du ministère des Affaires étrangères a accusé la Royal Navy britannique de prendre des mesures « équivalant à un banditisme maritime ».

Les autorités de Gibraltar ont indiqué que le pétrolier avait été embarqué après avoir ralenti dans une zone désignée utilisée par les agences de transport maritime pour acheminer des marchandises vers des navires.

« Nous avons des raisons de croire que le Grace 1 transportait sa cargaison de pétrole brut à la raffinerie de Banyas en Syrie », a déclaré le Premier ministre de Gibraltar, Fabian Picardo.

Dans un communiqué, le ministère britannique des Affaires étrangères a déclaré qu’il se félicitait des autorités de Gibraltar, « agissant pour faire respecter le régime des sanctions de l’Union européenne contre la Syrie ».

Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Borrell, a déclaré à la presse que le navire avait été arrêté à la demande des États-Unis.

Mais Gibraltar a insisté sur le fait qu’il agissait de son propre chef.

MOD / CROWN COPYRIGHT 2019 / AFP / DocumentLe Grace 1 a été stoppé par la police et les services des douanes à Gibraltar, secondé par un détachement de Royal Marines britanniques photographié ici par le ministère de la Défense.

« Il n’y a jamais eu de demande politique de la part d’un gouvernement quelconque », a déclaré le gouvernement de Gibraltar dans un communiqué.

« Les décisions du gouvernement de Sa Majesté de Gibraltar ont été prises en toute indépendance, sur la base de violations du droit en vigueur et non du tout sur des considérations politiques superflues ».

– ‘Excellente nouvelle’ –

Les sanctions de l’Union européenne contre la Syrie déchirée par la guerre sont en vigueur depuis la fin de 2011.

Le bloc de 28 membres a imposé des sanctions aux responsables syriens, y compris aux ministres, pour leur rôle dans la « répression violente » des civils.

La Russie a déclaré que la détention du pétrolier était une « action ciblée visant à compliquer davantage la situation autour de l’Iran et de la Syrie ».

Les « remarques enthousiastes » des responsables britanniques et américains à la suite de la saisie « montrent que cette action est planifiée depuis longtemps », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

La décision des autorités libanaises intervient quelques jours à peine après que l’Iran a annoncé qu’il dépasserait la limite d’enrichissement d’uranium fixée dans l’accord sur le nucléaire de 2015.

Téhéran a agi en réaction à l’abandon de l’accord par Washington l’année dernière et aux sanctions contre les exportations de pétrole et les transactions financières cruciales de l’Iran.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU, a annoncé vendredi la tenue d’une réunion d’urgence sur l’Iran le 10 juillet.

Cette annonce fait suite à une demande des États-Unis qui, sous la présidence du président Donald Trump, ont poursuivi leur politique de « pression maximale » contre l’Iran en coordination avec ses alliés Israël et l’Arabie saoudite.

AFP / JORGE GUERREROSelon Lloyd’s List, une publication spécialisée dans le transport maritime, qui analyse les données de suivi des navires, le navire construit en 1997 est chargé de pétrole iranien

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton, un partisan de la politique belliciste à l’égard de Téhéran, a tweeté que l’interception du supertanker était une « excellente nouvelle ».

Selon la publication Lloyd’s List, spécialisée dans les transports maritimes, qui analyse les données de suivi des navires, le navire construit en 1997 est chargé de pétrole iranien.

Il a rapporté que le navire avait chargé du pétrole au large de l’Iran en avril et avait contourné le cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch