La Grande-Bretagne dit que l’Iran a essayé « d’empêcher » le pétrolier britannique dans le Golfe

11 juil 2019

AFP / File / –Le ministère britannique de la Défense a déclaré que le navire de guerre britannique HMS Montrose avait été contraint de se positionner entre des navires iraniens

La Grande-Bretagne a déclaré jeudi que des navires de l’armée iranienne avaient tenté « d’empêcher le passage » d’un pétrolier britannique, mais avaient été mis en garde par un navire de guerre britannique dans le cadre d’une escalade dramatique des tensions avec Téhéran dans le Golfe.

L’incident survenu dans le détroit d’Hormuz, étroit mais animé, s’est produit mercredi après que le président Donald Trump ait renforcé les pressions de son gouvernement en annonçant que les sanctions contre la République islamique seraient « sensiblement renforcées » prochainement.

CNN avait initialement annoncé que des bateaux iraniens avaient tenté de s’emparer du pétrolier britannique, mais avaient été chassés par une frégate de la Royal Navy.

Le ministère britannique de la Défense a seulement déclaré que les bateaux iraniens avaient tenté de « bloquer » un navire commercial appelé British Heritage, qui appartient au géant britannique de l’énergie BP.

« Contrairement au droit international, trois navires iraniens ont tenté d’empêcher le passage d’un navire de commerce, British Heritage, dans le détroit d’Hormuz », a déclaré le ministère britannique de la Défense dans un communiqué.

« Le HMS Montrose a été contraint de se positionner entre les navires iraniens et British Heritage et de lancer des avertissements verbaux aux navires iraniens, qui ont ensuite fait demi-tour. »

Il a également exhorté « les autorités iraniennes à désamorcer la situation dans la région ».

Les gardiens de la révolution iraniens – une vaste et puissante organisation de sécurité que les États-Unis accusent d’avoir organisé plusieurs attaques de pétroliers depuis mai – ont nié avoir tenté de saisir ou d’entraver le pétrolier britannique.

« Il n’y a eu aucun affrontement au cours des dernières 24 heures avec des navires étrangers, y compris britanniques », ont déclaré les Gardiens de la révolution dans un communiqué.

– ‘Sentier de la diplomatie ouvert’ –

L’épisode ajoute à l’essence d’un mélange volatil de brinkmanship et de coups de sabre dans une région déjà perturbée par l’impasse nucléaire de l’administration Trump avec la République islamique.

AFP / File / Nicholas KammLe président américain Donald Trump a sorti les États-Unis d’un accord nucléaire avec l’Iran et a réimposé les sanctions à l’encontre de Téhéran, frappant durement les secteurs bancaire et pétrolier

Le président iranien Hassan Rouhani a averti mercredi la Grande-Bretagne des « conséquences » indéterminées de la détention de l’un de ses pétroliers au large de Gibraltar la semaine dernière.

Des responsables à Gibraltar – un territoire britannique d’outre-mer situé à l’extrémité sud de l’Espagne – ont déclaré que la cargaison serait destinée à la Syrie.

Damas est soumise aux sanctions de l’UE tandis que les États-Unis ont leurs propres séries de restrictions commerciales sur le pétrole iranien.

L’Iran a condamné la détention comme une « interception illégale ».

La Grande-Bretagne a démenti les affirmations de responsables de Gibraltar selon lesquelles elle agissait sur ordre des États-Unis.

L’Iran a intensifié son enrichissement en uranium en réponse à la décision prise par l’administration Trump, l’année dernière, de se retirer d’un accord historique signé par les puissances mondiales après des décennies de pourparlers avec Téhéran en 2015.

Il a dépassé la limite fixée dans cet accord il y a un mois et en a dépassé une seconde lundi.

Le conseiller diplomatique du président français Emmanuel Macron, Emmanuel Bonne, a rencontré Rouhani mercredi dans le but de trouver une solution de rechange dans l’impasse grandissante.

Rouhani a déclaré à Bonne que Téhéran « a complètement gardé la voie de la diplomatie et des pourparlers ouverts », selon un communiqué publié par la présidence iranienne après les pourparlers.

Il a appelé les autres parties à l’accord sur le nucléaire à « mettre pleinement en œuvre leurs engagements » pour le maintenir en vie.

– Conformité totale ‘sans délai’ –

La Grande-Bretagne et d’autres pays européens ont essayé de sauver l’accord en mettant en place leur propre mécanisme commercial indépendant qui échappe à la sanction américaine contre Téhéran.

LA PRESIDENCE IRANIENNE / AFP / File / HOLe président iranien Hassan Rouhani a averti la Grande-Bretagne des « conséquences » de la détention d’un pétrolier iranien au large de Gibraltar

Mais la décision de l’Iran de poursuivre l’enrichissement à des niveaux sans cesse croissants met la stratégie européenne sous tension.

Les parties européennes à l’accord ont publié mardi une déclaration commune ferme affirmant que l’Iran devait inverser ses activités et revenir à une conformité totale « sans délai ».

La Russie et la Chine, coauteurs de l’accord, ont imputé la confrontation aux États-Unis.

L’accord de 2015 promettait un allégement des sanctions et la fin de l’isolement international en contrepartie de restrictions sévères au programme nucléaire de la république islamique.

Téhéran dit qu’il a perdu patience face à l’inaction ressentie par les pays européens plus d’un an après que Trump ait unilatéralement retiré les États-Unis de l’accord et commencé à imposer des sanctions punitives.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch