L’aggravation de la faim dans le monde affecte 821 millions de personnes, selon l’ONU

15 juil 2019

AFP / File / –Un enfant souffrant de malnutrition et soigné dans un hôpital du Yémen: un rapport de l’ONU a déclaré que plus de 821 millions de personnes dans le monde souffraient de la faim en 2018

L’année dernière, plus de 821 millions de personnes ont souffert de la faim dans le monde, a annoncé lundi l’ONU – une troisième année de suite.

Après des décennies de déclin, la malnutrition a commencé à augmenter en 2015, principalement à cause du changement climatique et de la guerre. Inverser la tendance est l’un des objectifs 2030 des objectifs de développement durable des Nations Unies, qui vise à améliorer la planète et ses habitants.

Mais parvenir à un monde où personne ne souffre de la faim reste un « défi immense » « , a indiqué le rapport, soulignant que le nombre de personnes sans repas était passé de 811 millions en 2017.

« Nous ne parviendrons pas à lutter contre la faim zéro d’ici 2030 », a déclaré David Beasley, chef du Programme alimentaire mondial, l’une des agences des Nations Unies contribuant au rapport.

« C’est une mauvaise tendance. Sans sécurité alimentaire, nous n’aurons jamais la paix et la stabilité », a déclaré Beasley, déplorant que les médias parlent davantage du Brexit et de Donald Trump que des enfants mourant de faim.

Il a averti que les groupes extrémistes utilisaient la faim et le contrôle de l’approvisionnement alimentaire comme une arme pour diviser les communautés ou recruter de nouveaux membres.

Le rapport « La situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde » a été produit par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et d’autres organismes des Nations Unies, dont l’Organisation mondiale de la santé.

« Pour préserver la sécurité alimentaire et la nutrition, il est essentiel de mettre en place des politiques économiques et sociales permettant de contrecarrer à tout prix les effets des cycles économiques défavorables, tout en évitant de réduire à tout prix les services essentiels, tels que les soins de santé et l’éducation. » Ça disait.

Une « transformation structurelle » était nécessaire pour inclure les personnes les plus pauvres du monde, ont déclaré les auteurs.

Cela nécessiterait « d’intégrer les préoccupations de sécurité alimentaire et de nutrition dans les efforts de réduction de la pauvreté » tout en s’attaquant aux inégalités de genre et à l’exclusion de certains groupes sociaux, ont-ils déclaré.

– Malnutrition généralisée en Afrique –

La malnutrition reste répandue en Afrique, où environ 20% de la population est touchée, et en Asie, où plus de 12% des personnes en souffrent. En Amérique latine et dans les Caraïbes, moins de 7% de la population est touchée.

En ajoutant les personnes touchées par l’insécurité alimentaire, on obtient plus de deux milliards de personnes, dont 8% en Amérique du Nord et en Europe, qui n’ont pas régulièrement accès à des aliments sains et nutritifs en quantité suffisante, a indiqué le rapport.

La FAO a déclaré que les efforts en cours étaient insuffisants pour atteindre l’objectif consistant à réduire de moitié le nombre d’enfants dont la croissance est freinée par la malnutrition d’ici 2030.

Robin Willoughby, responsable de la politique alimentaire et climatique chez Oxfam GB, a déclaré que les femmes étaient les plus durement touchées par la montée de la faim.

« Un mélange toxique de chocs climatiques, d’inégalités et de conflits met en péril des années de progrès », a-t-il déclaré.

« Si nous voulons atteindre l’objectif de mettre fin à la faim d’ici 2030, les gouvernements doivent réduire de toute urgence les émissions de gaz à effet de serre, fournir un soutien accru à la petite agriculture et intensifier ses efforts pour mettre fin aux conflits violents. »

Le groupe non gouvernemental français CCFD-Terre Solidaire a déclaré qu’en Afrique et en Amérique latine, l’insécurité alimentaire affectait également les économies émergentes, et pas seulement celles considérées comme les moins avancées.

Environ 149 millions d’enfants dans le monde souffrent actuellement de retards de croissance liés à la faim.

Dans le même temps, le rapport des Nations Unies note que l’obésité et le surpoids sont en hausse dans toutes les régions, les enfants d’âge scolaire et les adultes étant particulièrement touchés.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch