Le Congrès américain bloque les ventes d’armes saoudiennes réprimandées par Trump

18 juil 2019

AFP / File / SAUL LOEBLes résolutions de la Chambre bloquant les ventes d’armes à l’Arabie saoudite ont déjà été blanchies par le Sénat américain et vont maintenant à la Maison Blanche, où Trump devrait exercer son droit de veto, le troisième de sa présidence

La US House a voté mercredi pour bloquer des ventes d’armes de 8,1 milliards de dollars à l’Arabie saoudite et à d’autres alliés, une réprimande de Donald Trump qui conduira probablement à un veto du président.

Les législateurs, dont beaucoup sont scandalisés par le rôle joué par Riyad dans l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi l’année dernière, ont approuvé trois résolutions qui empêcheraient les ventes controversées annoncées plus tôt cette année par Trump dans le cadre de mesures d’urgence.

Les résolutions bloquant les ventes ont déjà été approuvées par le Sénat américain et vont maintenant à la Maison Blanche, où Trump devrait émettre un veto, le troisième de sa présidence.

Bien que la Chambre ait bloqué les ventes à une majorité confortable, elle ne disposait que d’une cinquantaine de voix sur les deux tiers nécessaires pour passer outre le droit de veto de Trump.

Trump recherche 22 ventes distinctes de maintenance d’appui pour aéronefs, de munitions à guidage de précision et d’autres armes et équipements en Arabie saoudite, dans les Émirats arabes unis et en Jordanie à un moment de tension exacerbée au Moyen-Orient.

Les critiques disent que les ventes d’armes aggraveraient la guerre dévastatrice au Yémen, où l’Arabie saoudite dirige une coalition soutenue par les États-Unis dans une bataille contre les rebelles Huthi soutenus par l’Iran et qui, selon l’ONU, a déclenché la pire crise humanitaire dans le monde.

« Quand on voit ce qui se passe au Yémen, il est très important que les États-Unis prennent position », a déclaré le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, Eliot Engel.

Le vétéran démocrate a reconnu que les menaces des Huthis soutenus par l’Iran étaient réelles, « mais cela ne signifie pas que nous devrions simplement regarder de l’autre côté face à la violence et au massacre de civils ».

L’administration de Trump a pris la décision extraordinaire de contourner le Congrès pour approuver la vente en mai, son administration ayant déclaré que l’Iran était une « menace fondamentale » pour la stabilité du Moyen-Orient.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo avait déclaré que son gouvernement répondait à une urgence provoquée par l’Iran, son rival, l’Arabie saoudite, qui soutient les rebelles huthis au Yémen.

Les législateurs, y compris certains républicains du Sénat, ont déclaré qu’il n’existait aucun motif légitime de contourner le Congrès, qui a le droit de désapprouver la vente d’armes.

Le mois dernier, la sénatrice Lindsey Graham a vivement réprimandé les ventes d’armes. Riyad a déclaré qu’il espérait que le vote «enverrait un message à l’Arabie saoudite pour lui dire que si vous agissez comme vous le faites, il n’y a pas de place pour une relation stratégique».

Le sénateur faisait allusion au meurtre brutal de Khashoggi en Turquie l’année dernière par des agents saoudiens, un incident qui a déclenché une crise grave dans les relations entre Riyad et l’Occident.

Mais Michael McCaul, le principal républicain de la commission des affaires étrangères de la Chambre, a qualifié les résolutions de « dangereuses », à un moment où l’Iran étend sa portée.

« L’Iran étend ses tentacules de terreur à travers le Moyen-Orient », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Si nous leur permettons de réussir, le terrorisme s’épanouira, l’instabilité régnera et la sécurité de nos alliés, comme Israël, sera menacée », at-il ajouté.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch