André Azoulay est le Juif le plus puissant du monde musulman

Republié par ALMOUWATIN le 12 septembre 2019 à 23h31

Peu de temps après la mort du rabbin Haim Pinto en 1845, son ancienne gardienne, nommée Malika, vit le rav Pinto dans un rêve. Le rabbin lui a demandé de s’occuper de sa tombe, perchée sur des falaises sous le vent à quelques centaines de mètres des murs d’Essaouira, dans le sud du Maroc.

« Je suis pauvre », répondit-elle. Qui va s’occuper de moi ?

» Ne t’inquiètes pas », lui dit Rav Pinto :  » les fidèles et les pèlerins qui se rendront sur la tombe s’assureront que tu vives avec abondance toi et ta famille .

Plus de 1 500 Juifs de France, des États-Unis, d’Israël, du Canada et d’Argentine s’étaient rassemblés autour de la tombe du rabbin, juste après minuit lors de son yahrzeit en août dernier.

La tombe de Rabbi Haim Pinto se trouve au milieu du cimetière juif d’Essaouira, à l’intérieur d’une chambre en forme de dôme avec un sol en marbre poli et une vue imprenable sur l’Atlantique. La tombe est remarquablement ornée, plus belle que les tombes du Ari, du  Rashbi ou d’une douzaine d’autres rabbins.

Il y a entre 2 000 et 3 000 Juifs au Maroc, alors que la communauté comptait plus de 250 000 personnes au début du XXe siècle. Parce que les Juifs marocains ne faisaient face à aucune forme de persécution et parce que le pays était souvent un refuge contre la persécution , le Maroc est devenu une fierté entre les deux peuples.

Plus tôt dans la journée, les prières de shabbat avaient eu lieu sous une grande tente à l’extérieur des remparts de la vieille ville. Quelques jours auparavant, le rabbin David Pinto avait récité le Birkat Hamelech en présence du roi Mohammed VI dans une ambiance qui semble sécuritaire.

Lors d’un après-midi en fin août, M. Azoulay a pris la parole devant la cinquantaine de participants à la toute première conférence de la Coalition inter-religieuse et un groupe de personnes de moins de 40 ans diversifié sur les plans religieux et géographique. Il se tenait devant un portrait de Mohammed VI. dans le hall central aux piliers de pierre du Dar Souiri, un centre culturel installé dans un hôtel particulier du XIXe siècle.

Mr Azoulay est officiellement conseiller économique du roi Mohammed VI, bien que ce titre masque la nature réelle de son travail, qui est beaucoup plus vaste. C’est un ministre des Affaires étrangères, le «bras droit du roi», ainsi que le responsable de la vie et de la mémoire juive qui demeure dans son pays.

Mr Azoulay, 77 ans, est né à Essaouira, qui selon lui, était de majorité juive au 19ème siècle, et reste une sorte de fief spirituel. Dans son discours, il s’est vanté des nombreux festivals de musique dans la ville, qui comprenaient des interprètes juifs qui mettait en valeur la diversité de l’histoire de la ville : la renaissance d’Essaouira en tant que destination culturelle est un projet de Mr Azoulay qui dure depuis plusieurs décennies.

Mr Azoulay est un homme qui fait bouger les choses grâce à une liste interminable de contacts de haut niveau qui n’oseraient pas ignorer ses appels vu ses connaissances.

Azoulay a commencé sa carrière au gouvernement en tant que conseiller auprès du roi Hassan II en 1990. À l’époque, Azoulay vivait en France depuis des décennies et occupait le poste de vice-président exécutif de la Banque Paribas responsable du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Il était également à la tête du département des affaires publiques de la banque. Pendant ce temps, le roi Hassan II entrait dans la dernière décennie d’un règne historique à Rabat – 39 ans sur le trône où il survivrait à de multiples tentatives de coup d’État .

Hassan II, décédé en 1999, n’est sans doute pas moins un géant de l’histoire que son ennemi de longue date, Mouammar Kadhafi.

L’héritage de Hassan II était suffisamment omniprésent pour que personne n’ait à rappeler à qui il appartenait réellement. «Son histoire personnelle n’est toujours pas écrite», a déclaré Mr Azoulay à propos de Hassan II lors de son entretien, sans le préciser.

Mr Azoulay a mis en contraste «l’ancienne génération qui parlait avec nostalgie des Juifs et une nouvelle génération qui ne sait rien». Il continue néanmoins de croire que les Arabes sont curieux des Juifs qui ont quitté ou qui ont été forcés de quitter leur société. « Nous sommes la majorité silencieuse dans le monde arabe », a-t-il déclaré.

À Essaouira, les Juifs sont largement présents à travers des manifestations culturelles, le forum interconfessionnel, le pèlerinage annuel de Rav Pinto, le melah reconstruit. Pour le reste de l’année, les Juifs portent des noms sur des lampes commémoratives dans des synagogues vides. L’absence presque totale de la communauté est incontournable, même si les Juifs marocains sont auto-déportés dans des circonstances plus heureuses que leurs homologues égyptiens ou espagnols.

Pour certains Juifs de descendance marocaine, la dissonance est impossible à éviter. Rachel Benaim, la jeune écrivaine qui a lancé la Coalition interreligieuse entre juifs et musulmans, a trouvé le nom de son arrière-grand-père gravé quelque part dans la shul de la ville et elle sait exactement où il est enterré dans le cimetière juif d’Essaouira. Quand elle a visité le cimetière pour la première fois quelques mois avant la conférence, elle a été «frappée par le sentiment profond qu’il n’y avait pas de paix, qu’il y avait quelque chose qui attendait de se produire ici. Je ne savais pas ce que ça voulait dire… Je me suis assis dans un coin et j’ai pleuré longtemps.

Le forum et le processus d’organisation d’une semaine intensive dans la ville que la famille de son père a finalement quitté, ont répondu à certaines questions et en ont soulevé d’autres, auxquelles on ne pourrait jamais vraiment répondre. «Je pense que le malaise est toujours là», a-t-elle déclaré. « Je ne sais pas si ce malaise vient de pénétrer dans un endroit à la fois familier et étranger. »

Source anglaise de cet article

https://www.tabletmag.com/jewish-news-and-politics/274963/most-powerful-jew-in-the-muslim-world

Ecrit par Armin Rosen

À propos Lahcen Hammouch