L’Ougandais Wasswa John a été tué parce qu’il est homosexuel

Un homme gay meurt après que son crâne ait été transpercé par des coups de machettes en Ouganda.

Un jeune homosexuel a été tué après avoir été roué de coups à la barbarie chez lui et bombardé de pangas et de houes lors d’une attaque qui a assommé la communauté LGBT +.

Selon une source anonyme, Wasswa John, militant LGBT +, a été battu par un groupe d’habitants non identifiés dans le district de Jinja, une partie de l’est de l’Ouganda parsemée d’innombrables églises, marchands de poissons et rivières.

Il a passé deux jours à l’hôpital, où aucune de ses familles biologiques ne serait venue lui rendre visite. Des activistes ont déclaré que sa famille l’avait désavoué après avoir découvert qu’il était gay.

Une source anonyme a confirmé au journal PinkNews que John était décédé des suites de ses blessures un jour après l’attaque du 4 octobre. Ses obsèques ont eu lieu aujourd’hui à Lugazi, une ville du district de Buikwe au centre de l’Ouganda.

Membre de la Fondation des enfants du soleil (COSF), une organisation ougandaise qui soutient les personnes LGBT + et les travailleurs du sexe dans ce pays enclavé, John a été violemment agressé par des habitants de Jinjan à son domicile, selon des sources.

John a été sévèrement battu et poignardé. Les attaquants ont plongé des pangas, un outil africain à lames ressemblant beaucoup à une machette, pour lui percer la tête.

Dans sa chambre, il saignait avec une dizaine de blessures mortelles sur la tête, certaines assez profondes pour atteindre son crâne, ainsi que des coupures au cou, selon un rapport de médecins.

La source, un dirigeant communautaire en Ouganda, a déclaré au journal PinkNews que la famille de John « l’avait négligé dès le jour où ils ont découvert qu’il était gay ».

Ils ont poursuivi: «C’est un moment triste pour la communauté LGBT en Ouganda.»

Le personnel médical a désespérément travaillé pour faire revivre John à l’hôpital régional de référence de Jinja.

Il était dans un état critique et devait subir un scanner, un membre de la COSF le surveillant à son chevet, l’enveloppant dans des couvertures apportées à la maison.

Cependant, dans la soirée du 5 octobre, le FSOC a confirmé sur Facebook que John était décédé.

Les personnes LGBT + locales ont signalé l’incident aux autorités, mais les dirigeants communautaires ne sont pas optimistes: «Rien de positif ne sera atteint.

«Les forces de sécurité détestent les personnes LGBTIQ avec passion», a déclaré la source.

Droits des LGBT + en Ouganda.

Le décès de John survient la même semaine qu’un ministre ougandais très connu a qualifié les personnes LGBT + de « terroristes » diffusées dans les journaux locaux.

La ministre de la Sécurité, Elly Tumwine, s’est adressée à NBS TV et a ouvertement critiqué un mouvement de résistance contre le président actuel, Yoweri Museveni.

Le politicien a sauvé son épine la plus acerbe lorsqu’il a déclaré que le groupe People Power, notre groupe «s’associe» aux personnes LGBT +, une déclaration accablante dans un pays où être homosexuel est punissable de la prison à vie.

Les relations sexuelles non vaginales sont illégales en vertu du code pénal du pays et les personnes LGBT + ne possèdent que peu ou pas de droits légaux en Ouganda.

Une scène surréaliste considérant que les relations homosexuelles étaient monnaie courante et acceptées dans l’Ouganda précolonial.

Selon les activistes, les changements en Afrique ont été inégaux et lents, la législation pro-LGBT allant à l’encontre du courant dominant.

Source PinkNews

À propos Lahcen Hammouch