Le Brexit dans les limbes alors que le Premier ministre britannique fait pression pour l’élection

25 octobre 2019

AFP / Adrian DENNISLe Premier ministre britannique Boris Johnson peine à organiser des élections pour mettre fin à l’impasse sur le Brexit au Parlement

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré vendredi au chef de l’opposition, Jeremy Corbyn, de « se tenir debout » et d’accepter une élection anticipée car les membres de l’UE retardaient la décision de reporter la date butoir du Brexit de la semaine prochaine.

De hauts diplomates ont annoncé à l’AFP qu’ils prendraient leur décision lundi ou début mardi mardi, peu de temps avant la date prévue de la sortie de la Grande-Bretagne jeudi.

Dans son pays, Johnson souhaite déclencher des élections le 12 décembre. Il espère qu’il obtiendra une majorité pour faire aboutir l’accord de divorce qu’il a conclu avec les dirigeants européens la semaine dernière.

Mais son gouvernement peine à obtenir la majorité des deux tiers dont il a besoin lors d’un vote parlementaire, prévu lundi, pour forcer l’élection.

La confrontation prolonge l’incertitude qui perdure depuis le référendum de 2016, lors duquel la Grande-Bretagne a voté à 52% en faveur de la sortie de l’Union européenne.

Corbyn a déclaré que son parti travailliste allait suspendre son soutien jusqu’à ce qu’un Brexit sans accord soit définitivement retiré de la table, ce qui nécessiterait un remaniement majeur de l’accord conclu entre Johnson et l’UE.

« Le temps est venu pour Corbyn de se lever. Organisons les élections le 12 décembre », a déclaré Johnson à la télévision.

« Ce que je dis à Jeremy Corbyn et au Parti travailliste, c’est qu’ils ont maintenant la possibilité de faire avancer les choses. »

– Diapositives de livre –

Les hauts diplomates européens qui ont assisté à une réunion vendredi à Bruxelles ont confirmé que les États membres étaient convenus en principe qu’un retard quelconque était nécessaire.

Ils ont convenu que leurs capitales pourraient décider de sa longueur par une procédure écrite plutôt que par la tenue d’un sommet de crise des dirigeants à Bruxelles la semaine prochaine.

Mais, avec la France qui demande un délai plus court pour maintenir la pression sur Westminster, et l’Allemagne et l’Irlande soutenant une pause de trois mois jusqu’au 31 janvier, la décision n’est pas prise.

« En fonction de l’évolution de la situation au Royaume-Uni, nous nous sommes donnés jusqu’au début de la semaine prochaine », a déclaré un diplomate de haut rang.

« Il est clair que si une décision est prise au Royaume-Uni sur l’opportunité de tenir une élection – la date de l’élection pèsera sur les consultations », a-t-il déclaré.

Vendredi soir à Paris, la présidence a insisté pour que la position de la France reste inchangée – « qu’il doit exister une bonne raison de prolonger le délai, que cela ne peut être automatique et que les discussions se poursuivent ».

L’incertitude a pesé sur la livre sterling, qui a chuté vendredi face au dollar et à l’euro.

Dans l’intervalle, Johnson a suspendu ses efforts pour ratifier l’accord de retrait – après que les députés ont rejeté une offre visant à accélérer le processus en trois jours à peine – laissant le Brexit dans les limbes.

Les collègues du cabinet conservateur de Johnson, cependant, l’ont soutenu dans ses demandes de continuer à planifier avec un vote.

« Nous ne pouvons pas continuer à avoir des délais successifs », a déclaré à Sky News le ministre des Finances Sajid Javid.

Lors de la dernière réunion des ambassadeurs de l’Union européenne mercredi, l’Allemagne et l’Irlande ont soutenu le report du départ de la Grande-Bretagne jusqu’au 31 janvier. La France a demandé un délai plus court et d’autres se sont opposés.

Le gouvernement Johnson, quant à lui, a annulé son intention de présenter son nouveau budget le mois prochain. Javid a affirmé qu’il avait été prévu avec la date de départ du 31 octobre.

Son ministère des Finances a admis que le gouvernement échouait dans son plan de départ avant la date limite, annonçant qu’il avait également « suspendu » la production des nouvelles pièces de 50 pence du Brexit portant la date du 31 octobre.

« Nous avons suspendu la production de la pièce du Brexit et prendrons une décision finale en temps voulu », a déclaré une source du ministère au Daily Telegraph.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch