Campagne de désinformation en Russie ciblée sur l’Afrique: Facebook

 

AFP / File / LOIC VENANCEFacebook a déclaré qu’une campagne de désinformation ciblant les pays africains était liée à un allié du président russe Vladimir Poutine

Facebook a annoncé mercredi avoir découvert des comptes liés à l’allié russe du président Vladimir Poutine cherchant à répandre la désinformation sur le réseau social de huit pays africains.

Les opérations qui se cachaient derrière de fausses identités étaient liées à Yevgeny Prigozhin, qui a été inculpé aux États-Unis dans le cadre d’une campagne d’influence visant les élections américaines de 2016.

« Chacune de ces opérations a créé des réseaux de comptes afin d’induire en erreur les autres sur qui ils étaient et ce qu’ils faisaient », a déclaré le chef de la cybersécurité de Facebook, Nathaniel Gleicher, dans un communiqué.

« Nous avons partagé des informations sur nos conclusions avec les forces de l’ordre, les décideurs et les partenaires de l’industrie. »

Les comptes ont pour origine la Russie et ciblent Madagascar, la République centrafricaine, le Mozambique, la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Soudan et la Libye, selon Facebook.

Il s’agit de la dernière initiative du géant des médias sociaux visant à mettre fin aux efforts d’influence étrangère aux États-Unis et dans d’autres parties du monde.

La société a décrit trois opérations distinctes ciblant à la fois les utilisateurs de Facebook et Instagram.

Une opération comprenait 35 comptes et 53 pages centrés sur la République centrafricaine, le Mozambique, la République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire et le Cameroun.

L’effort a attiré quelque 475 000 adeptes et a déboursé 77 000 $ pour la publication d’annonces sur des actualités politiques mondiales et locales, notamment la politique russe en Afrique et la critique des politiques française et américaine.

Une opération distincte visant le Soudan comprenait 20 comptes différents et 18 pages, certains se faisant passer pour des agences de presse.

Le troisième réseau, axé sur la Libye, comprenait 15 comptes et 12 pages de messages sur l’actualité locale et les questions géopolitiques.

« Nous travaillons constamment à détecter et à arrêter ce type d’activité, car nous ne voulons pas que nos services soient utilisés pour manipuler des personnes », a déclaré Gleicher.

« Dans chacun de ces cas, les responsables de cette activité se sont coordonnés et ont utilisé de faux comptes pour se présenter sous un faux jour. C’est ce qui a motivé notre action. »

– Lien vers un groupe de mercenaires –

Des chercheurs de l’université de Stanford qui ont travaillé en parallèle sur Facebook dans le cadre de l’enquête ont indiqué qu’au moins une partie des comptes de Facebook provenait du groupe russe Wagner, une armée privée ténébreuse soupçonnée d’avoir été active dans des conflits en Syrie et en Ukraine, et d’envoyer des mercenaires dans la région centrale. République africaine et Soudan.

On pense que Prigozhin est à l’origine de l’Internet Research Agency, qui a été liée à l’ingérence électorale américaine, ainsi que du groupe Wagner.

POOL / AFP / File / Sergei CHIRIKOVLe président russe Vladimir Poutine est vu ici avec le président de la République centrafricaine Faustin Archangel Touadera; une enquête sur une campagne de désinformation sur Facebook a permis de relier cet effort à Yevgeny Prigozhin, un allié clé du dirigeant russe

Un communiqué du Cyber ​​Policy Center de Stanford a déclaré que les opérations semblaient être « au moins en partie à la demande d’un acteur d’Etat », mais s’appuyaient également sur des sous-traitants qui sont des locuteurs natifs ou des habitants de la région, ce qui rend la détection plus difficile.

« En plus des plateformes de médias sociaux bien connues telles que Twitter et Facebook, les acteurs ont tiré parti des groupes publics WhatsApp et Telegram », a déclaré l’équipe de Stanford.

« L’opération a utilisé des tactiques d’engagement sur les réseaux sociaux conçues pour développer une relation étroite avec le public, notamment des vidéos Facebook Live, Google Forms pour obtenir des commentaires et un concours. »

Les chercheurs ont déclaré que l’opération semblait faire partie de « la stratégie globale de la Russie pour se réaffirmer en tant que superpuissance géopolitique » et suivrait le déploiement de groupes paramilitaires en Libye et en République centrafricaine.

L’année dernière, Poutine a surpris l’Occident par une série de démarches très médiatisées qui ont renforcé l’influence de la Russie en RCA, un pays extrêmement pauvre mais d’une importance stratégique qui entretient des liens étroits avec la France, l’ancienne puissance coloniale.

La Russie a envoyé des formateurs militaires dans les forces armées assiégées de la République centrafricaine, un conseiller principal chargé de conseiller le président et des mercenaires d’assurer sa sécurité, et a proposé une médiation entre le gouvernement et les nombreux groupes rebelles du pays.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch