Merkel exprime sa «honte profonde» lors de sa première visite à Auschwitz

déc. 2019

AFP / John MACDOUGALLAngela Merkel n’est que la troisième chancelière à visiter Auschitz-Birkenau

Angela Merkel s’est rendue pour la première fois dans l’ancien camp d’extermination nazi d’Auschwitz en tant que chancelière et a déclaré que l’admission des crimes nazis était un élément clé de l’identité allemande permettant de lutter contre l’antisémitisme croissant.

« Se souvenir des crimes … est une responsabilité qui ne finit jamais », a déclaré Mme Merkel lors de la visite dans un message destiné aux appels de l’extrême droite allemande à s’éloigner d’une culture du souvenir et de l’expiation.

« Prendre conscience de cette responsabilité fait partie de notre identité nationale, de notre compréhension de soi en tant que société éclairée et libre », a-t-elle ajouté.

Merkel n’est que la troisième chancelière à avoir visité un endroit qui symbolise l’Holocauste.

AFP / Sophie RAMISLe camp d’exterminationnazi d’Auschwitz-Birkenau

Elle a exprimé la « honte profonde » de l’Allemagne face à ce qui s’est passé à Auschwitz et à Birkenau, où un million de Juifs ont perdu la vie entre 1940 et 1945.

« J’incline la tête devant les victimes de la Shoah », a-t-elle déclaré, s’exprimant devant le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki et un survivant du camp, Bogdan Stanislaw Bartnikowski, 87 ans.

La chancelière de 65 ans, née neuf ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, a également évoqué la montée des crimes antisémites et autres crimes de haine en Allemagne ces dernières années, affirmant qu’ils avaient atteint un « niveau alarmant ».

« Pour lutter contre l’antisémitisme, l’histoire des camps d’extermination doit être partagée, il faut la raconter », a-t-elle déclaré.

Auschwitz « exige que nous gardions la mémoire vivante ».

– «Garder la mémoire de la Shoah» –

AFP / Dossier / JANEK SKARZYNSKIUn visiteur d’Auschwitz se tient devant les chaussures des victimes

Merkel a commencé sa visite en marchant sous le slogan nazi « Arbeit macht frei » (Le travail vous libérera) qui plane toujours au-dessus des portes du camp.

Elle a marqué une minute de silence près du mur de la mort où des milliers de prisonniers ont été abattus et a visité le site d’une chambre à gaz et d’un crématorium.

Au total, 1,1 million de personnes ont été tuées à Auschwitz-Birkenau, notamment des Polonais non juifs, des prisonniers de guerre soviétiques, des Roms et des combattants antinazis.

Beaucoup ont été tués le jour même de leur arrivée au camp.

AFP / JANEK SKARZYNSKIMerkel et le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki ont déposé des bougies vendredi au Monument international Auschwitz II-Birkenau

« Il n’y a pas d’autre lieu de mémoire qui démontre avec autant de précision ce qui s’est passé pendant la Shoah », a déclaré à l’AFP Josef Schuster, chef du Conseil central des Juifs en Allemagne, qui accompagnait Merkel.

À la veille de son voyage, l’État fédéral allemand a approuvé un nouveau don de 60 millions d’euros (66 millions de dollars) pour la Fondation Auschwitz-Birkenau, qui fête ses 10 ans d’existence.

« Il s’agit d’une étape importante et significative vers la conservation de la mémoire de la Shoah », a déclaré l’ambassade d’Israël en Allemagne sur Twitter.

– «Rompre avec la civilisation» –

Merkel suit les traces des précédents chanceliers allemands Helmut Schmidt, qui sont venus en 1977, et Helmut Kohl, qui a visité en 1989 et 1995.

Elle a déjà visité plusieurs anciens camps de concentration et d’extermination en Allemagne depuis de nombreuses années et s’est rendue cinq fois au centre commémoratif de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem.

AFP / JANEK SKARZYNSKIUn million de Juifs ont été tués à Auschwitz-Birkenau, ainsi que 100 000 Polonais non juifs, des prisonniers de guerre soviétiques, des Roms et des combattants antinazis

En 2008, elle est devenue la première dirigeante allemande à s’adresser au Parlement israélien.

Merkel a qualifié l’Holocauste de « rupture avec la civilisation » et a exprimé sa préoccupation face à la montée de l’antisémitisme en Allemagne.

Sa visite intervient deux mois après une attaque visant une synagogue dans la ville orientale de Halle au cours de laquelle deux personnes ont été tuées – ce qui s’inscrit dans une tendance croissante.

Les chiffres de la police montrent que les infractions antisémites ont augmenté de près de 10% en Allemagne l’année dernière par rapport à l’année précédente pour atteindre 1 646, le niveau le plus élevé depuis une décennie.

– «changement de 180 degrés» dans la mémoire –

Le parti allemand d’extrême droite Alternative fuer Deutschland (AfD), dont certains membres ont été accusés d’avoir utilisé une rhétorique antisémite, a appelé à repenser la façon dont l’Allemagne se souvient de son passé nazi.

Le principal législateur de l’AfD, Bjoern Hoecke, a appelé à un « changement à 180 degrés » dans la culture de l’expiation – une pierre angulaire de la vie politique allemande depuis des décennies.

Le moment de la visite est également important en raison de questions sur l’avenir politique de Merkel alors que les tensions persistent au sein de la coalition au pouvoir.

Les médias allemands ont indiqué qu’elle voulait faire le voyage avant toute crise politique potentielle.

Merkel a l’intention de se retirer à la fin de son mandat en 2021, mais il y a une chance que la date soit avancée si ses partenaires de la coalition junior, les sociaux-démocrates, se retirent du gouvernement.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch