Le PM de l’ère Bouteflika élu président de l’Algérie frappée par les protestations

 

13 déc 2019

AFP / RYAD KRAMDIAbdelmadjid Tebboune, vu ici en train de voter aux élections de jeudi, a cherché à prendre ses distances avec ses années de service sous Bouteflika

Un ancien Premier ministre algérien qui a servi sous le dirigeant déchu Abdelaziz Bouteflika a été élu président du pays ravagé par les protestations après un vote marqué par des troubles et une faible participation, ont révélé les résultats vendredi.

Abdelmadjid Tebboune, 74 ans, a recueilli 58,15% des voix, battant ses quatre concurrents sans avoir besoin d’un second tour, a annoncé le président de la commission électorale Mohamed Charfi.

Comme lui, ils ont tous servi sous le régime de deux décennies de Bouteflika, 82 ans, qui a démissionné face aux manifestations de masse en avril.

L’élection profondément impopulaire avait été défendue par l’armée comme un moyen de restaurer la stabilité après près de 10 mois de manifestations de rue.

Mais le jour du scrutin jeudi, les manifestants ont bravé une forte présence policière pour organiser un rassemblement de masse au cœur d’Alger, la capitale, et de petites manifestations dans les villes de province.

AFP / Vincent LEFAILes cinq candidats aux élections présidentielles en Algérie

Les cinq candidats – dont un autre ancien Premier ministre, Ali Benflis, 75 ans, et un ex-ministre, Azzedine Mihoubi – ont été largement rejetés par les manifestants en tant qu ‘ »enfants du régime ».

– Colère électorale –

Un record de six Algériens sur 10 s’est abstenu lors du vote, a déclaré Charfi, le taux le plus élevé pour une élection multipartite depuis l’indépendance de la France en 1962.

AFP / Yacine BENRABIELes forces de sécurité algériennesarrêtentdes manifestants le jour du scrutin à Alger, la capitale

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées dans le centre d’Alger, où des policiers armés de canons à eau et d’hélicoptères ont tenté de disperser les manifestants.

Vendredi, les manifestants se sont préparés à redescendre dans les rues en réponse aux appels sur les réseaux sociaux sous le slogan « Tebboune n’est pas mon président ».

Said, un ingénieur de 32 ans originaire de Bouira, a déclaré qu’il avait parcouru les 100 kilomètres de la capitale pour participer à la manifestation de jeudi.

« J’ai passé la nuit ici afin de pouvoir manifester à nouveau aujourd’hui (vendredi) et dire que nous ne reconnaissons pas leur élection ou leur président. »

La pensionnée Farida s’est moquée des chiffres officiels de la commission électorale. « Quelqu’un leur a ajouté de la levure pour les faire lever », a-t-elle déclaré.

Jeudi, des journalistes de l’AFP ont vu un groupe de manifestants prendre d’assaut un bureau de vote dans la capitale, y suspendant le vote pendant environ une demi-heure avant que la police ne les repousse.

AFP / STRINGERAlors que seul un filet d’électeurs a voté dans certains quartiers, la télévision nationale algérienne a montré des files d’attente plus longues ailleurs

Dans la région montagneuse de Kabylie, qui abrite une grande partie de la minorité berbère du pays et historiquement opposée au gouvernement central, les manifestants ont saccagé les bureaux de vote et se sont affrontés avec la police, ont déclaré des habitants.

– «Enlisé dans la crise» –

Dans le centre d’Alger, de jeunes manifestants ont critiqué ceux qui votaient comme « traîtres de la nation ».

COURTOISIE D’OUSSAMA BELKACEMI / AFP / DocumentPlusieurs attaques contre les bureaux de vote ont été signalées en Kabylie, une région montagneuse à l’est d’Alger qui abrite une grande partie de la minorité berbère du pays et historiquement opposée au gouvernement central

Cela a valu une sévère réprimande à un homme dans les années 80: « J’ai combattu pour le droit de vote, donc je vote pour mon pays. »

D’autres électeurs ont déclaré qu’ils s’étaient révélés parce qu’après près d’un an de troubles, il était temps de revenir à la stabilité.

« Je vote parce que je crains que le pays ne s’embourbe dans la crise », a déclaré Karim, un fonctionnaire de 28 ans.

Sid Ali, un marchand d’Alger âgé de 48 ans, a déclaré: « Je soutiens le mouvement Hirak (protestation) mais il doit cesser. J’ai perdu 70% de mon chiffre d’affaires et de nombreux commerçants sont dans ma situation. »

– «Non au système» –

Tebboune fait face à une tâche difficile à accepter par l’électorat du pays d’Afrique du Nord, où de nombreux citoyens considèrent le gouvernement comme incompétent, corrompu et incapable de gérer l’économie en déclin.

AFP / STRINGERDes manifestantsréclament lafin du système politique soutenu par l’armée

Il a servi dans le gouvernement de Bouteflika de 1999 à 2002 en tant que ministre des communications puis du logement. Il est revenu en tant que ministre du Logement de 2012 à 2017 lorsqu’il a été brièvement nommé Premier ministre.

Mais il a été limogé par Bouteflika après seulement trois mois pour avoir critiqué certains membres du cercle restreint du président, dont beaucoup sont maintenant en prison pour corruption.

Depuis le début de la campagne, Tebboune a cherché à se distancier de ses années de service sous Bouteflika.

Au siège de sa campagne, l’annonce de sa victoire a été accueillie par des cris de « Le peuple et l’armée à Tebboune ».

Le mouvement de rue « Hirak » a démarré lorsque Bouteflika a annoncé en février qu’il briguerait un cinquième mandat.

Les manifestants sont restés dans la rue depuis lors, exigeant le démantèlement total du système qui a gouverné l’Algérie depuis l’indépendance.

Le haut commandement militaire, qui détenait depuis longtemps le pouvoir de l’ombre, a été contraint de jouer un rôle plus visible et a poussé à l’élection comme moyen de se retirer à nouveau dans les coulisses.

Les manifestants ont exprimé leur colère contre le chef de l’armée Ahmed Gaid Salah, qui est devenu l’homme fort de facto de l’Algérie depuis le départ de Bouteflika.

Un précédent scrutin prévu pour juillet a été abandonné faute de candidats viables et le mandat du président par intérim Abdelkader Bensalah a techniquement pris fin il y a cinq mois.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch