Trump se déchaîne alors que House s’apprête à le destituer

18 déc 2019

AFP / Dossier / Leprésident deNicholas Kamm, Donald Trump, fait face à un vote de destitution à la Chambre des représentants pour abus de pouvoir

Mercredi, Donald Trump a été appelé à devenir le troisième président destitué de l’histoire des États-Unis alors qu’une Chambre des représentants amèrement divisée se dirigeait vers un vote pour savoir s’il abusait de son pouvoir.

Trump, âgé de 73 ans, a accusé les démocrates de mener une « attaque contre l’Amérique » alors que les législateurs prononçaient des discours passionnés pour et contre la destitution du président.

La Chambre, où les démocrates détiennent 233 sièges contre 197 pour les républicains, devrait approuver deux articles de destitution – abus de pouvoir et obstruction au Congrès – après un débat qui a duré une bonne partie de la journée.

Cela mettrait en place un procès en janvier au Sénat, où les républicains de Trump détiennent un avantage de 53 à 47 sièges, ce qui rend son retrait de ses fonctions peu probable.

La nette dissidence partisane sur la destitution du chef de la direction qui a fait échouer la convention était exposée dès le début de la procédure solennelle à la Chambre.

« Il est tragique que les actions imprudentes du président rendent la destitution nécessaire », a déclaré la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, dans ses remarques liminaires, saluées par les applaudissements de ses collègues démocrates.

« Il ne nous a pas laissé le choix », a déclaré Pelosi. « Le président est une menace permanente pour notre sécurité nationale et l’intégrité de nos élections, fondement de notre démocratie ».

La démocrate du Massachusetts Lori Trahan a déclaré que l’affaire contre Trump était claire.

GETTY IMAGES / AFP / WIN MCNAMEEDes manifestants soutiennent la destitution du président Donald Trump devant le Capitole américain

« Les faits sont en noir et blanc », a déclaré Trahan. « Le président Trump a abusé du pouvoir de son bureau à des fins personnelles et politiques, puis il s’est caché. »

Doug Collins, un législateur républicain de Géorgie, a répliqué que « le président n’a rien fait de mal ».

Les démocrates cherchent à destituer Trump parce qu’ils ont peur de lui faire face lors de l’élection présidentielle de novembre 2020, a déclaré Collins.

« Ils ont dit que nous ne pouvons pas le battre si nous ne le destituons pas », a-t-il dit. « Le peuple américain verra à travers cela. »

Debbie Lesko, républicaine de l’Arizona, a déclaré que Trump était la victime « du processus truqué le plus injuste et le plus politiquement biaisé que j’ai vu de toute ma vie ».

« Il n’y a aucune preuve, aucune, que le président ait commis une infraction impénétrable », a déclaré Lesko.

– «Assaut contre l’Amérique» –

La polarisation amère de la Chambre se reflète dans les récents sondages d’opinion.

L’AFP / Saul LOEBHouse speaker Nancy Pelosi (C) arrive pour le débat sur la destitution du président Donald Trump

Cinquante pour cent des personnes interrogées dans un sondage Fox News ont déclaré qu’elles soutenaient la destitution et la révocation de Trump de ses fonctions. Quarante et un pour cent se sont opposés à la destitution.

Dans un sondage CNN, 45% ont déclaré que Trump devrait être destitué et renvoyé, tandis que 47% ont déclaré qu’il ne devait pas l’être.

Trump est accusé de refuser l’aide militaire pour tenter de forcer l’Ukraine à ouvrir une enquête sur la corruption de l’un de ses rivaux de 2020, le démocrate Joe Biden, et de son fils Hunter Biden, qui a siégé au conseil d’administration d’une compagnie de gaz ukrainienne.

Le président est également accusé d’entraver le Congrès en refusant de coopérer à l’enquête de mise en accusation, en empêchant le personnel de témoigner et en retenant des preuves documentaires.

Face à la plus grande crise politique de ses trois années tumultueuses au pouvoir, Trump a adopté son ton habituel de défi ardent.

Sans doute le leader américain le plus polarisant de mémoire d’homme, Trump a passé la première partie de la journée à la Maison Blanche, envoyant des tweets reflétant sa frustration, sa colère et ses prédictions de vengeance lors des élections de 2020.

GETTY IMAGES / AFP / Drew AngererUn partisan du président Donald Trump à l’extérieur du Capitole américain

« C’EST UNE AGRESSION SUR L’AMÉRIQUE ET UNE AGRESSION SUR LE PARTI RÉPUBLICAIN !!!! » A écrit Trump.

« Pouvez-vous croire que je serai mis en accusation aujourd’hui par la gauche radicale, ne faites rien aux démocrates, ET JE N’AI RIEN RIEN FAIT! Une chose terrible. »

La porte-parole de la Maison Blanche, Stephanie Grisham, a déclaré à l’AFP que Trump « travaillerait toute la journée ».

« Il sera informé par le personnel tout au long de la journée et pourrait suivre une partie des débats entre les réunions. »

Plus tard, Trump s’envolait vers l’État du swing électoral du Michigan pour un rassemblement avec des milliers de ses partisans les plus fidèles – peut-être juste au moment du vote à la Chambre.

– ‘Vraiment malade’ –

AFP / Gal ROMAPrésidents américains mis en accusation ou menacés de mise en accusation par la Chambre des représentants

Bien que la destitution mettra un horrible astérisque du nom de Trump dans les livres d’histoire – aux côtés d’Andrew Johnson en 1868 et de Bill Clinton en 1998 – il prévoit que le scandale galvanisera sa base lors des élections de l’année prochaine.

À la veille de la destitution, il a écrit une lettre extraordinaire de six pages à Pelosi l’accusant de « tentative de coup d’Etat », de « mascarade » et le traitant moins équitablement que lors d’un procès pour sorcières.

Pelosi a essayé de montrer qu’elle prenait la route dans une saga qui a vu les deux parties, et en particulier Trump lui-même, accuser à plusieurs reprises ses opposants de tout, de la trahison à la stupidité.

Mais elle a abandonné son attitude glaciale après que Trump ait publié sa longue lettre, dont une grande partie se lisait comme une version étendue de ses tweets de courant de conscience.

La lettre était « vraiment malade », a déclaré Pelosi.

Des protestations en faveur de la destitution ont eu lieu dans plusieurs villes, notamment à New York, Boston, La Nouvelle-Orléans et Los Angeles et, alors que le débat à la Chambre commençait, les manifestants se sont rassemblés à l’extérieur pour exprimer clairement leur point de vue dans des lettres rouges géantes épelant le mot « IMPEACH ».

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch