Ne vous inquiétez pas, Modi dit aux musulmans d’Inde

22 déc 2019

AFP / Prakash SINGHLe Premier ministre indien Narendra Modi a déclaré lors d’un rassemblement à New Delhi que si les musulmans sont « les fils du sol », ils n’ont pas à s’inquiéter de la nouvelle loi sur la citoyenneté

Le Premier ministre Narendra Modi a cherché dimanche à rassurer les musulmans indiens sur une nouvelle loi sur la citoyenneté qui a déclenché des protestations meurtrières et mis son gouvernement nationaliste hindou sous pression comme jamais auparavant.

Au moins 25 personnes sont mortes en près de deux semaines de manifestations et de violence après que le gouvernement de Modi a adopté la loi critiquée comme anti-musulmane.

D’autres manifestations ont eu lieu dimanche dans la nation à majorité hindoue.

S’adressant aux partisans du parti à New Delhi – qui a crié « Modi! Modi! » à la mention de la loi – le Premier ministre a déclaré que les musulmans « n’ont pas du tout à s’inquiéter » à condition qu’ils soient de véritables Indiens.

« Les musulmans qui sont les fils du sol et dont les ancêtres sont les enfants de la mère l’Inde n’ont pas à s’inquiéter », a déclaré Modi, 69 ans, à la foule de milliers de personnes.

Accusant le principal parti d’opposition du Congrès de tolérer la violence en ne la condamnant pas, Modi a déclaré que les opposants « répandaient des rumeurs selon lesquelles tous les musulmans seraient envoyés dans des camps de détention ».

« Il n’y a pas de centres de détention. Toutes ces histoires sur les centres de détention sont des mensonges, des mensonges et des mensonges », a-t-il dit.

AFP / Manjunath KiranLes manifestants de Bangalore, opposés à une nouvelle loi sur la citoyenneté promue par le gouvernement du Premier ministre indien Narendra Modi, tiennent des pancartes avec une couverture de magazine vieille de plusieurs années avec sa photo

Malgré l’affirmation du Premier ministre, l’État d’Assam, dans le nord-est du pays, compte six centres de détention où sont détenus plus de 1 000 migrants illégaux présumés, et en prévoit 11 autres.

Le ministre indien de l’Intérieur a déclaré au Parlement que 28 détenus étaient morts dans les camps ces dernières années.

En juin, le ministère de l’Intérieur a publié un «Manuel de détention modèle 2019» à l’intention des États, leur demandant d’installer des camps dans les principaux points d’entrée.

Deux centres étaient prévus près des villes de Mumbai et Bangalore.

Modi a également déclaré qu’il n’y avait eu « aucune discussion » sur un « registre national des citoyens », dont de nombreux musulmans en Inde craignent qu’ils visent principalement ces derniers.

Le ministre de l’Intérieur, Amit Shah, le bras droit de Modi, a déclaré à plusieurs reprises qu’un tel exercice aurait lieu dans le but d’éliminer tous les « infiltrés » de l’Inde.

Le parti au pouvoir a également promis dans son manifeste pour les élections nationales de 2019 de mettre en œuvre le NRC de «manière progressive dans d’autres parties du pays».

Cette année, un tel registre dans l’État d’Assam a laissé 1,9 million de personnes incapables de prouver que leurs ancêtres ou eux étaient là avant 1971. Ils risquent désormais l’apatridie.

– Largement paisible –

Les manifestations contre la loi sur la citoyenneté ont été largement pacifiques, mais les manifestants ont également lancé des pierres et incendié des véhicules, tandis que des tactiques policières musclées, notamment l’assaut d’une université de Delhi il y a une semaine, ont alimenté la colère.

Des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés samedi soir dans la ville méridionale de Hyderabad. D’autres manifestations importantes ont eu lieu dimanche, notamment à Jaipur et à Mumbai.

À Bangalore, d’autres manifestants se sont rassemblés pour soutenir la loi.

Il donne aux membres des minorités religieuses – hindous, sikhs, jaïns, parsis, chrétiens et bouddhistes – de trois pays islamiques voisins un chemin plus facile vers la citoyenneté, mais pas s’ils sont musulmans.

AFP / Manjunath Kiran Desgens manifestent à Bangalore pour soutenir la nouvelle loi indienne sur la citoyenneté, qui est critiquée comme anti-musulmane

Les groupes islamiques, l’opposition et d’autres au pays et à l’étranger craignent que cela fasse partie de l’objectif de Modi de marginaliser les 200 millions de musulmans de l’Inde et de remodeler le pays en tant que nation hindoue.

Les autorités ont imposé des lois d’urgence et bloqué l’accès à Internet à travers le pays dans le but de contenir les troubles.

Plus de 7 500 personnes ont été détenues en vertu de lois d’urgence ou arrêtées pour émeute, selon des responsables de l’État.

Cinq mille d’entre eux sont détenus dans l’État du nord de l’État d’Uttar Pradesh, où 17 personnes ont été tuées.

Le gouvernement de l’État a déclaré qu’il confisquerait et mettrait aux enchères les propriétés des personnes impliquées dans un incendie criminel et la destruction de propriétés publiques afin de recouvrer les dommages.

La police a déclaré avoir scellé 70 magasins appartenant à des émeutiers accusés dans le district de Muzaffarnagar, où deux manifestants ont été tués vendredi.

AFP / Manjunath KiranUn manifestant à Bangalore déguisé en Mahatma Gandhi pour s’opposer à la nouvelle loi indienne sur la citoyenneté, qui a mis le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi sous une pression sans précédent

Environ 500 personnes, dont plus de la moitié sont des policiers, ont également été blessées dans l’Uttar Pradesh.

Deux personnes ont été abattues dans l’État du Karnataka, dans le sud du pays, et six sont décédées la semaine dernière à Assam, dans le nord-est.

En Assam, les opposants à la législation sur la citoyenneté craignent qu’elle ne permette à un grand nombre d’immigrants hindous de langue bengali de s’y installer.

Mais ailleurs, les opposants affirment que la loi a fait de la religion un test de citoyenneté avant un registre national que Modi souhaite réaliser d’ici 2024 pour éliminer tous les « infiltrés ».

Le gouvernement de Modi, réélu en mai, a défendu la loi en disant qu’elle était destinée à aider les minorités « persécutées » du Pakistan à majorité musulmane, du Bangladesh et de l’Afghanistan.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch