Le programme des «bébés à vendre» choque l’Arménie

26 déc 2019

AFP / KAREN MINASYAN L’Arménie a lancé une enquête officielle sur ce qui semble être un réseau clandestin de vente de bébés dans l’ex-pays soviétique appauvri

Syuzan Patvakanyan cherche sa fille depuis que les médecins de l’Arménie post-soviétique l’ont forcée à l’abandonner en tant que bébé il y a près de deux décennies.

Maintenant âgée de 35 ans, elle a partagé son histoire avec l’AFP alors que les autorités arrêtaient ce mois-ci l’obstétricien-gynécologue en chef du pays, le chef d’un orphelinat et d’autres responsables dans le cadre d’une enquête sur un programme d’adoption présumé du marché noir qui aurait fonctionné pendant des années. .

Patvakanyan a accusé le gynécologue en chef détenu, Razmik Abramyan, et d’autres médecins d’avoir fait pression sur elle pour qu’elle abandonne sa fille Stella.

Elle n’avait que 16 ans lorsqu’elle « est tombée follement amoureuse » d’un homme de cinq ans son aîné, a-t-elle déclaré.

Après la naissance de Stella, les médecins arméniens ont menacé de dénoncer le père à la police et ont contraint Patvakanyan à signer un formulaire de consentement pour remettre le bébé.

« J’ai pleuré, je ne voulais pas le faire », a-t-elle déclaré dans une interview, des larmes coulant sur son visage.

Lorsqu’elle est retournée à la maternité trois jours plus tard pour la ramener à la maison, Stella n’était plus là.

Les médecins ont affirmé qu’elle avait été envoyée dans un orphelinat dans la deuxième plus grande ville du pays, Gyumri. Mais la maman adolescente n’a pas pu la localiser non plus.

AFP / KAREN MINASYANDans un rapport de 2017, Human Rights Watch a déclaré que des milliers d’enfants arméniens avaient été «inutilement» séparés de leurs parents en raison d’un handicap ou de la pauvreté et placés dans des institutions

« Nous avons réalisé que le bébé emmailloté avait été vendu dès la sortie de l’hôpital », a expliqué la femme désemparée.

Patvakanyan semble être l’une des dizaines de femmes prises dans un réseau clandestin de vente de bébés qui fait maintenant l’objet d’une enquête officielle dans l’ancien pays soviétique appauvri.

En décembre, les enquêteurs ont déclaré avoir détenu Abramyan, ainsi que les chefs d’une maternité et d’un orphelinat dans la capitale Erevan.

Le gynécologue en chef a été libéré quelques jours plus tard, suscitant l’indignation du public.

Selon son avocat, Abramyan rejette les allégations comme « non fondées et absurdes » et insiste sur le fait qu’il n’a rien à voir avec les adoptions.

L’avocat, Samvel Dilbandyan, a confirmé qu’Abramyan avait aidé à accoucher de Stella, mais qu’on ne pouvait pas s’attendre à ce qu’il se souvienne de chaque naissance dans laquelle il était impliqué.

« Cela fait 20 ans, comment peut-il se souvenir d’elle? » Dilbandyan a déclaré à l’AFP.

– «Plus puissant que la mafia de la drogue» –

Le leader arménien pro-réforme Nikol Pashinyan a ordonné une enquête approfondie sur le présumé stratagème qui, selon lui, aurait fonctionné « depuis de nombreuses années ».

« Comment un tel système pourrait-il exister en Arménie? » Pashinyan a demandé avec indignation lors d’une réunion du gouvernement ce mois-ci.

Marat Kostanyan, avocate qui représente Patvakanyan depuis 2013, affirme que le réseau était vaste et impliquait des hauts fonctionnaires et des policiers, ainsi que du personnel des maternités et des orphelinats.

AFP / KAREN MINASYAN Lavice-ministre du Travail, Zhanna Andreasyan, a déclaré que les responsables avaient commencé à examiner de plus près les adoptions après avoir remarqué que quatre fois plus d’enfants étaient allés à des étrangers qu’à des locaux.

« La mafia qui vend des enfants est plus puissante que la mafia de la drogue », a déclaré Kostanyan.

« Ce réseau criminel a transformé le pays en couvoir pour produire des bébés. »

Malgré tous ses efforts, il y a eu peu de progrès dans le cas de Patvakanyan, a déclaré l’avocat.

« Pour autant que je sache, personne n’a réussi à obtenir justice et à récupérer leurs bébés », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, le service de sécurité arménien a déclaré en novembre qu’il avait dénoncé un réseau criminel qui avait aidé les Italiens à adopter plus de 30 bébés ces dernières années.

Il a indiqué qu’entre 2016 et 2018, plusieurs jeunes femmes qui voulaient mettre fin à leur grossesse ont plutôt été forcées de porter les bébés à terme puis de les abandonner pour adoption.

« Dans certains cas, les mères effrayées ont été informées que leurs nouveau-nés étaient malades », a indiqué le service de sécurité.

La vice-ministre du Travail, Zhanna Andreasyan, a déclaré que les responsables avaient commencé à examiner de plus près les adoptions après avoir remarqué que quatre fois plus d’enfants étaient allés à des étrangers qu’à des locaux.

Toutes les adoptions ont depuis été suspendues pendant que l’enquête est en cours.

L’Arménie, pays du Caucase du Sud de moins de trois millions d’habitants, s’est également engagée à supprimer les orphelinats d’ici 2023, au lieu de réunir les enfants avec leurs parents biologiques ou de leur trouver de nouveaux foyers.

Dans un rapport de 2017, Human Rights Watch a déclaré que des milliers d’enfants arméniens ont été « inutilement » séparés de leurs parents en raison d’un handicap ou de la pauvreté et placés dans des institutions.

Plus de 90% des enfants dans les institutions résidentielles du pays ont au moins un parent vivant, selon le rapport.

Selon le ministère du Travail arménien, moins de 650 enfants vivent actuellement dans des orphelinats. Selon l’UNICEF, plus de 70% d’entre eux sont handicapés.

– ‘Je n’arrêterai jamais’ –

Patvakanyan a déclaré qu’elle espérait toujours retrouver sa fille.

AFP / KAREN MINASYANSelon le ministère du Travail arménien, moins de 650 enfants vivent actuellement dans des orphelinats, mais plus de 70% d’entre eux sont handicapés, selon l’UNICEF

« J’aime beaucoup ma Stella, elle me manque beaucoup, je la vois dans mes rêves. Elle vient vers moi et dit: » Maman, je vis à proximité, ne pleure pas si fort « . »

Elle a dit qu’elle ne se marierait pas ou n’aurait pas d’autre enfant jusqu’à ce qu’elle récupère sa fille.

Elle a acheté un petit terrain où elle souhaite cultiver un jardin pour son enfant perdu depuis longtemps. Elle achète ses cadeaux. Elle étudie attentivement les visages d’étrangers.

« Je n’arrêterai jamais de la chercher », dit-elle en pleurant. « Je la chercherai même lorsque mes cheveux deviendront blancs. »

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch