Une attaque à la roquette en Irak tue un entrepreneur américain et blesse des militaires

28 déc 2019

GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / AFP / File / Drew AngererLe secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a demandé à l’Irak de « prendre des mesures proactives » en réponse aux tirs de roquettes visant les intérêts américains dans le pays

Une attaque à la roquette dans le nord de l’Irak a tué un entrepreneur américain et blessé plusieurs militaires vendredi, les premières victimes américaines d’une série de frappes récentes, a déclaré la coalition internationale contre le groupe État islamique.

Bien que la coalition n’ait pas attribué la responsabilité de l’incident, elle menace d’intensifier les tensions déjà élevées entre Washington et Téhéran, qui soutiennent divers groupes paramilitaires en Irak que les États-Unis ont accusés d’être à l’origine d’attaques à la roquette contre leurs intérêts.

« Un entrepreneur civil américain a été tué et plusieurs militaires américains et du personnel irakien ont été blessés lors d’une attaque à la roquette contre une base militaire irakienne à Kirkouk », a indiqué la coalition dirigée par les États-Unis dans un communiqué.

Les forces de sécurité fédérales et les unités de la milice chiite – ainsi que les cellules dormantes du groupe État islamique (EI) – sont toutes présentes dans la province volatile de Kirkouk, qui est revendiquée à la fois par la minorité kurde d’Irak et la majorité arabe.

« Les forces de sécurité irakiennes mènent la riposte et l’enquête » sur l’attaque, qui a eu lieu à 19h20 (22h20 GMT), a indiqué la coalition.

Un responsable américain au courant de l’enquête a déclaré à l’AFP sous couvert d’anonymat qu’au moins 30 roquettes ont frappé la base, dont un dépôt de munitions, provoquant plus d’explosions, tandis que quatre autres roquettes ont été trouvées dans leurs tubes dans un camion au point de lancement.

Le responsable a décrit l’attaque comme la plus importante de la série de tirs de roquettes lancés contre les intérêts américains dans le pays depuis la fin octobre, tuant un soldat irakien et faisant d’autres blessés, et causant des dégâts matériels à proximité de l’ambassade américaine à Bagdad’s Green. Zone.

Une source américaine a déclaré que les factions pro-iraniennes en Irak sont désormais considérées comme une menace plus importante pour les soldats américains que l’EI – la menace qui a vu Washington déployer des milliers de troupes dans le pays pour aider Bagdad à contrer l’offensive radicale des jihadistes de 2014 .

– «Prendre des mesures proactives» –

Cinq roquettes ont touché la base aérienne d’Al-Asad le 3 décembre, quatre jours seulement après que le vice-président américain Mike Pence y ait rendu visite.

Plus d’une douzaine de roquettes ont touché la base aérienne de Qayyarah dans le nord de l’Irak en novembre, l’une des plus grandes attaques de ces derniers mois pour frapper une zone où sont basées les troupes américaines.

De multiples sources diplomatiques et militaires américaines ont fait part à l’AFP de leur frustration croissante face à de telles attaques.

Ils disent qu’ils comptent sur leurs partenaires irakiens pour jouer un rôle « sans conflit » entre les forces américaines et le Hashed al-Shaabi – une organisation parapluie pour les groupes paramilitaires qui est en grande partie composée de milices chiites soutenues par l’Iran – pour empêcher des affrontements.

C’est une tâche compliquée, car le Hashed a reçu l’ordre de s’intégrer aux forces de sécurité régulières, mais bon nombre de ses combattants continuent de fonctionner avec une certaine indépendance.

Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a déclaré aux journalistes plus tôt ce mois-ci qu’il avait exprimé « sa préoccupation au sujet de l’optique des attaques contre des bases en Irak où des troupes et du matériel américains pourraient se trouver », lors d’un appel au Premier ministre sortant Adel Abdel Mahdi.

Les Etats-Unis ont « un droit de légitime défense, que nous demandions à nos partenaires irakiens de prendre des mesures proactives … pour contrôler cela, car ce n’est bon pour personne », a-t-il dit.

Le bureau d’Abdel Mahdi a appelé tout le monde « à ne ménager aucun effort pour empêcher une escalade qui menacerait toutes les parties », avertissant que « les décisions unilatérales déclencheront des réactions négatives qui rendront plus difficile le contrôle de la situation ».

Les tensions entre l’Iran et les États-Unis ont monté en flèche depuis que Washington s’est retiré d’un accord nucléaire historique avec Téhéran l’an dernier et a imposé des sanctions paralysantes.

Bagdad – qui est proche des deux pays – craint d’être pris au milieu.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch