Tous les regards sont tournés vers une «nouvelle façon» dans le discours du Nouvel An de Kim Jong Un

30 déc 2019

KCNA VIA KNS / AFP / KCNA VIA KNSKim a déclaré lors d’une réunion des hauts responsables du parti au pouvoir que « des mesures positives et offensives pour garantir pleinement la souveraineté et la sécurité du pays »

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a appelé à des « mesures offensives » pour renforcer la sécurité avant un discours du Nouvel An qui pourrait étoffer la menace de la nation nucléaire de chercher une « nouvelle voie » vers l’avant après l’expiration de son délai de fin d’année pour Allégement des sanctions américaines.

Les derniers commentaires de Kim, faits lors d’une réunion des hauts responsables du parti au pouvoir à Pyongyang, sont venus au milieu des craintes que le Nord pourrait officiellement fermer le dialogue avec Washington et reprendre les essais nucléaires et de missiles à longue portée.

S’adressant aux responsables, Kim a souligné la nécessité « de prendre des mesures positives et offensives pour garantir pleinement la souveraineté et la sécurité du pays », a rapporté lundi l’agence de presse d’Etat KCNA.

Les pourparlers nucléaires entre le Nord et les États-Unis sont en grande partie au point mort depuis l’effondrement du sommet de février entre Kim et le président américain Donald Trump à Hanoi.

Pyongyang a réclamé l’assouplissement des sanctions internationales imposées sur ses programmes de missiles nucléaires et balistiques, tandis que Washington insiste sur le fait qu’il prend des mesures plus tangibles pour les abandonner.

Le Nord n’a jusqu’à présent pas précisé la « nouvelle façon » qu’il adopterait si les États-Unis n’offraient pas de nouvelles concessions d’ici la fin de l’année, et Kim devrait le faire plus clairement mercredi.

Ce mois-ci, la Chine et la Russie – les principaux partenaires économiques du Nord – ont proposé de desserrer les sanctions de l’ONU contre Pyongyang, et les analystes affirment que Kim chercherait probablement à exploiter les rivalités entre Washington, Pékin et Moscou.

KCNA VIA KNS / AFP / KCNA VIA KNSLa spéculation a monté que Pyongyang pourrait abandonner son moratoire sur les tests de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM)

La « nouvelle façon » était plus susceptible d’être une ancienne manière avec la dénucléarisation fermement sur la table, a déclaré Henri Feron, Senior Fellow au Center for International Policy aux États-Unis.

« Ce que la Corée du Nord appelle une nouvelle voie est nouveau dans le sens où elle différera de sa position relativement engageante des deux dernières années, mais sera en fait un retour à la position qu’elle a maintenue notamment à l’époque d’Obama », a-t-il déclaré à l’AFP. .

« Il se concentrera sur le développement de son influence militaire et de sa résistance économique aux sanctions, tout en exigeant une paix et une normalisation inconditionnelles avant que l’on puisse parler de dénucléarisation ».

La spéculation a monté que Pyongyang pourrait abandonner son moratoire sur les tests de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) – bien que sa menace inquiétante d’un « cadeau de Noël » aux États-Unis semble avoir échoué.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Robert O’Brien, a déclaré que Washington serait « extraordinairement déçu et nous démontrerons cette déception » si Pyongyang effectue un test de missile à longue portée.

« Mais nous avons beaucoup d’outils dans notre boîte à outils, et une pression supplémentaire peut être exercée sur les Nord-Coréens. »

– «Fire and Fury 2.0»? –

Le discours de mercredi sera le huitième discours de Kim pour le nouvel an, après qu’il ait ravivé la tradition commencée par son grand-père – le leader fondateur de la Corée du Nord, Kim Il Sung – mais abandonnée sous le règne de son père.

Il s’agit d’un moment clé du calendrier politique nord-coréen, passant en revue le passé et fixant des objectifs pour l’avenir, et imprimé dans son intégralité dans le journal Rodong Sinmun.

AFP / Dossier / Brendan SmialowskiLes pourparlers nucléaires entre le Nord et les Etats-Unis sont largement bloqués

« La remise des discours du Nouvel An par Kim a évolué au fil du temps, depuis se tenir devant une chaire en uniforme de fête dans ses premières années, jusqu’à s’asseoir dans un bureau dans un costume et une cravate de style occidental en 2019 », a déclaré Rachel Minyoung Lee, analyste principale sur le site spécialisé NK News.

Pyongyang a augmenté la pression avec des tests statiques dans son usine de roquettes Sohae et une série de lancements d’armes, certains décrits comme des missiles balistiques par le Japon et d’autres – qui sont interdits par les résolutions de l’ONU.

Lee a déclaré à l’AFP que la Corée du Nord était susceptible de reprendre les essais de missiles à plus longue portée, y compris les ICBM en 2020, et potentiellement même des explosions nucléaires, et pourrait également mener des « provocations militaires contre la Corée du Sud ».

Mais un lancement de l’ICBM représenterait une escalade rapide et risquerait de mettre la Chine en colère – ce qui met toujours l’accent sur la stabilité dans une région qu’elle considère comme sa propre arrière-cour.

Et Trump ne voudrait pas revenir à sa rhétorique précédente « feu et fureur », préférant conclure un accord avec Pyongyang, a déclaré Joseph Yun, un ancien représentant spécial américain pour la Corée du Nord sous le républicain et son prédécesseur Barack Obama.

« Sans aucun doute, la plus haute priorité du président Trump est d’être réélu », a-t-il déclaré.

En tant que tel, revenir aux affrontements passés « ternirait sa réputation de négociateur, d’autant plus qu’il a peu de contrats à montrer, après s’être retiré de l’accord nucléaire iranien et de l’accord de Paris sur le climat ».

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch