La Corée du Nord met fin aux moratoires sur les essais et menace une « nouvelle » arme

janv 2020, mise à jour par Almouwatin le 2/01 /2020 à 1h38

KCNA VIA KNS / AFP / KCNALe leader nord-coréen Kim Jong Un a déclaré que le monde allait bientôt «  être témoin d’une nouvelle arme stratégique  »

Le leader nord-coréen Kim Jong Un a déclaré la fin des moratoires sur les essais de missiles balistiques nucléaires et intercontinentaux et a menacé la démonstration d’une « nouvelle arme stratégique » bientôt.

Les analystes ont déclaré que l’annonce, rapportée mercredi par les médias d’État, équivalait à Kim mettant un missile « sur la tête de Donald Trump » – mais ont averti que l’escalade par Pyongyang se retournerait probablement contre lui.

Washington a été rapide à répondre, le secrétaire d’État Mike Pompeo exhortant Kim à « suivre une voie différente » et soulignant que les États-Unis voulaient « la paix et non la confrontation » avec le Nord, tandis que Trump minimisait le développement.

Pyongyang a déjà tiré des missiles capables d’atteindre l’ensemble du continent américain et a effectué six essais nucléaires, le dernier d’entre eux 16 fois plus puissant que l’explosion d’Hiroshima, selon les estimations les plus élevées.

Une interdiction auto-imposée de tels tests – Kim a déclaré qu’ils n’étaient plus nécessaires – a été une pièce maîtresse de la diplomatie nucléaire entre Pyongyang et Washington au cours des deux dernières années, qui a vu trois réunions entre Kim et le président américain, mais peu de progrès tangibles.

Tout test réel est susceptible de mettre en colère Trump, qui a maintes fois fait référence à la « promesse » de Kim de ne pas les exécuter, et a minimisé les lancements d’armes à courte portée.

Les négociations entre les deux parties sont en grande partie dans l’impasse depuis la rupture de leur sommet de Hanoi en février. Le Nord a fixé aux États-Unis une date butoir pour la fin de 2019 afin de leur offrir de nouvelles concessions sur l’allégement des sanctions, ou il adopterait une « nouvelle façon ».

KCNA VIA KNS / AFP / File / STRPyongyang a déjà tiré des missiles capables d’atteindre l’ensemble du continent américain

« Il n’y a plus de raison pour que nous soyons liés unilatéralement à cet engagement », a déclaré l’agence de presse officielle KCNA à Kim.

« Le monde sera témoin d’une nouvelle arme stratégique qui sera possédée par la RPDC dans un avenir proche », a-t-il ajouté, faisant référence au Nord par son nom officiel.

La réunion plénière du comité central du parti des travailleurs au pouvoir était une indication d’un changement de politique majeur.

La télévision d’État a montré un lecteur chevronné Ri Chun Hee lisant la dépêche de KCNA sur des images de Kim s’adressant aux officiels et à l’imagerie générale du pays.

L’émission semble remplacer le discours habituel du nouvel an de Kim – normalement un moment clé du calendrier politique nord-coréen.

Kim a reconnu l’impact des sanctions internationales imposées à Pyongyang sur ses programmes d’armement, mais a précisé que le Nord était prêt à payer le prix pour préserver sa capacité nucléaire.

« Les États-Unis soulèvent des demandes contraires aux intérêts fondamentaux de notre État et adoptent une attitude de brigand », a déclaré KCNA.

Washington a « mené des dizaines de petits et grands exercices militaires conjoints que son président a personnellement promis d’arrêter » et a envoyé du matériel militaire de haute technologie dans le Sud, a-t-il dit.

– «Poulet géopolitique» –

AFP / Gal ROMASites de missiles et nucléaires de Corée du Nord

Depuis des mois, Pyongyang réclame l’assouplissement des sanctions internationales imposées sur ses programmes de missiles nucléaires et balistiques, tandis que Washington insiste pour qu’il prenne des mesures plus tangibles pour y renoncer.

« La Corée du Nord a, en effet, mis un ICBM à la tête de Donald Trump afin d’obtenir les deux concessions qu’elle souhaite le plus: un allégement des sanctions et une sorte de garantie de sécurité », a déclaré Harry Kazianis du Center for the National Interest à Washington.

« Kim Jong-un joue un jeu dangereux de poulet géopolitique », a-t-il ajouté.

La stratégie était risquée, a-t-il dit, car Washington était susceptible de répondre par « plus de sanctions, une présence militaire accrue en Asie de l’Est et plus de menaces de style feu et fureur provenant du compte Twitter de Donald Trump ».

Les commentaires sur le moratoire de Kim étaient « inquiétants », a déclaré Leif-Eric Easley de l’Université Ewha à Séoul, mais a ajouté qu’il pourrait chercher à « obtenir des concessions en s’approchant de la ligne rouge de Trump sans la franchir ».

Les États-Unis ont déjà indiqué qu’ils réagiraient si le Nord procédait à un essai de missile à longue portée.

S’adressant à Fox News et à CBS après l’annonce de Kim, Pompeo a déclaré qu’une reprise des essais nucléaires et de missiles serait « profondément décevante ».

« Nous espérons que le président Kim suivra une voie différente … qu’il choisira la paix et la prospérité plutôt que les conflits et la guerre », a déclaré Pompeo.

« Nous voulons la paix, pas la confrontation », a-t-il ajouté, le ministère de l’unification de Séoul ajoutant qu’un test d’arme stratégique « n’aiderait pas les négociations de dénucléarisation ».

Trump lui-même était émollient, affirmant qu’il pensait que Kim était « un homme de parole » et qu’à leur sommet de Singapour, « nous avons signé un contrat, parlant de dénucléarisation ».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exprimé sa profonde préoccupation face à l’annonce de la Corée du Nord et « espère vivement que les tests ne reprendront pas », a déclaré son porte-parole.

« La non-prolifération reste un pilier fondamental de la sécurité nucléaire mondiale », a-t-il ajouté.

Un lancement de l’ICBM serait susceptible de frustrer la Chine, principal bailleur de fonds diplomatique et fournisseur de commerce et d’aide du Nord, qui met toujours l’accent sur la stabilité dans une région qu’elle considère comme sa propre arrière-cour.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch