Le haut commandant iranien Qasem Soleimani tué dans une frappe américaine sur Bagdad

janv 2020

KHAMENEI.IR/AFP/File / –Qasem Soleimani, commandant de la force d’élite Quds du Corps des gardiens de la révolution iraniens (IRGC), a été tué lors d’une frappe américaine sur l’aéroport international de Bagdad

Le haut commandant iranien Qasem Soleimani a été tué vendredi lors d’une frappe américaine sur l’aéroport international de Bagdad, ce qui a incité Téhéran à faire vœu de « vengeance », augmentant considérablement les enjeux de tensions amères entre Téhéran et Washington.

Le Pentagone a déclaré que le président américain Donald Trump avait ordonné le « meurtre » de Soleimani, après qu’une foule pro-iranienne ait assiégé cette semaine l’ambassade américaine.

L’ayatollah Ali Khamenei, le chef suprême de l’Iran, a rapidement promis de prendre « une vengeance sévère » pour la mort de Soleimani, la plus grande escalade à ce jour dans une guerre par procuration redoutée entre l’Iran et les États-Unis sur le sol irakien.

Alors que l’ambassade des États-Unis a exhorté tous les citoyens américains à quitter l’Irak « immédiatement », Trump a tweeté une photo du drapeau américain sans aucune explication.

Vendredi matin, une volée de missiles a frappé l’aéroport international de Bagdad, frappant un convoi appartenant à Hashed al-Shaabi, une force paramilitaire irakienne étroitement liée à l’Iran.

Quelques heures plus tard, le Corps des gardiens de la révolution a annoncé que Soleimani « avait été martyrisé dans une attaque des États-Unis contre l’aéroport de Bagdad ce matin ».

AFP / Jonathan WALTERAttaque contre l’Irak

Le Hashed a confirmé que Soleimani et son chef adjoint Abu Mahdi al-Muhandis ont été tués dans ce qu’il a qualifié de « grève américaine qui visait leur voiture sur la route de l’aéroport international de Bagdad ».

The Hashed est un réseau d’unités armées majoritairement chiites, dont beaucoup ont des liens étroits avec Téhéran mais qui ont été officiellement intégrés aux forces de sécurité de l’État irakien.

– «Grève de décapitation majeure» –

Muhandis était le chef adjoint du Hashed, mais était largement reconnu comme le véritable tireur au sein du groupe.

Soleimani a dirigé la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique et a également servi de pointeur iranien en Irak, visitant le pays en période de troubles.

Les deux ont été sanctionnés par les États-Unis.

IRAQI MILITARY / AFP / –Une photo publiée par le bureau des médias des forces d’opérations conjointes de l’armée irakienne montre un véhicule détruit en feu suite à une frappe américaine sur la route de l’aéroport international de Bagdad dans laquelle le commandant iranien Qasem Soleimani a été tué

Le Pentagone a déclaré que Soleimani avait « activement développé des plans pour attaquer les diplomates américains et les militaires en Irak et dans toute la région ».

Il a déclaré avoir pris « une action défensive décisive pour protéger le personnel américain à l’étranger en tuant Qasem Soleimani », mais n’a pas précisé comment.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a qualifié la frappe américaine de « extrêmement dangereuse et d’une escalade stupide », alors que Khamenei a déclaré trois jours de deuil.

Le Premier ministre irakien a déclaré que la grève était une « violation flagrante » d’un accord de sécurité avec les États-Unis, avertissant qu’elle « déclencherait une guerre dévastatrice en Irak ».

Et un groupe paramilitaire a exhorté ses combattants à être en état d’alerte.

« Tous les combattants de la résistance doivent être prêts, car une prochaine conquête et une grande victoire nous attendent », a déclaré Qais al-Khazali, le chef d’Asaib Ahl al-Haq, dans une note manuscrite vue par l’AFP.

Le milicien devenu religieux Moqtada Sadr a également réactivé son armée Mahdi, près d’une décennie après la dissolution de la force notoirement anti-américaine.

Mais il y a eu des célébrations audacieuses sur la place Tahrir, l’épicentre d’un mouvement de protestation de trois mois qui a dénoncé le gouvernement irakien comme corrompu et redevable à Téhéran.

« Oh Qasem Soleimani, c’est une victoire divine », ont scandé des manifestants alors que certains dansaient dans les rues.

– Trump a «  changé les règles  » –

Les analystes ont déclaré que la grève allait changer la donne entre les tensions entre l’Iran et les États-Unis.

« Trump a changé les règles – il voulait que (Soleimani) soit éliminé », a déclaré Ramzy Mardini, chercheur à l’Institut américain pour la paix.

Soleimani « n’a pas apprécié que ses actions de menace d’une nouvelle crise des otages à l’ambassade (US) aient changé la façon dont les choses allaient être faites », a déclaré Mardini.

Phillip Smyth, un spécialiste américain des groupes armés chiites, a décrit la grève comme « la grève de décapitation la plus importante que les États-Unis aient jamais déclenchée ».

Il a déclaré à l’AFP qu’il aurait des ramifications « plus importantes » que l’opération américaine de 2011 qui a tué le chef d’Al-Qaïda Oussama ben Laden et le raid américain de 2019 qui a tué le groupe État islamique Abu Bakr al-Baghdadi.

AFP / AHMAD AL-RUBAYE Despartisans de la force irakienne Hashed al-Shaabi ont manifesté devant l’ambassade américaine à Bagdad au début de la semaine

« Il n’y a pas de comparaison », a ajouté Smyth.

Mais d’autres ont déclaré qu’il n’était pas clair comment l’Iran pourrait répondre au coup.

« Une grande partie de l’accent est mis sur le prix que les États-Unis vont payer et comment l’Iran ripostera contre les États-Unis », a déclaré Fanar Haddad, du Middle East Institute de l’Université de Singapour.

Cette évolution intervient après une attaque sans précédent contre la mission américaine à Bagdad.

Une foule de partisans de Hashed a encerclé l’ambassade américaine mardi, irrité par les frappes aériennes américaines qui ont tué 25 combattants de la faction radicale du réseau Kataeb Hezbollah, soutenue par l’Iran.

Les États-Unis avaient réagi à une attaque à la roquette quelques jours plus tôt qui avait tué un entrepreneur américain travaillant en Irak.

Trump avait accusé l’Iran d’une série d’attaques à la roquette visant les forces américaines ainsi que du siège de l’ambassade, en disant: « Ils paieront un très GRAND PRIX! Ce n’est pas un avertissement, c’est une menace. »

Les législateurs américains n’ont toutefois pas été informés avant l’attaque de vendredi, a déclaré le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre, Eliot Engel, dans un communiqué.

Les liens entre les États-Unis et l’Iran se sont détériorés depuis que Washington s’est retiré de l’accord nucléaire historique avec Téhéran en 2018.

Il a ensuite réimposé des sanctions paralysantes contre l’Iran, dans le but d’étouffer ses exportations de pétrole.

Les prix du pétrole ont grimpé après l’attaque de vendredi, avec le Brent en hausse de 4,4% à 69,16 $ et le WTI en hausse de 4,3% à 63,84.

L’attaque menace de déstabiliser l’Irak, qui a des liens politiques et militaires étroits avec Téhéran et Washington.

Les États-Unis ont dirigé l’invasion de 2003 contre le dictateur de l’époque, Saddam Hussein, et ont depuis travaillé en étroite collaboration avec des responsables irakiens.

Mais son influence a diminué par rapport à celle de Téhéran, qui a soigneusement tissé des liens personnels avec les politiciens irakiens et les factions armées, même pendant le règne de Saddam.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch