Les puissances mondiales promettent de mettre fin à la Libye de s’immiscer au sommet de Berlin

19 Jan 2020

AFP / Mahmud TURKIE Lescraintes grandissent que la Libye devienne le théâtre d’une guerre par procuration menée par plusieurs puissances internationales

Les dirigeants mondiaux étaient sur le point de s’engager à mettre fin à toute ingérence étrangère dans la guerre de Libye lors d’un sommet à Berlin dimanche, mais les appels se multipliaient pour une force internationale pour garantir que les engagements soient mis en œuvre.

Les présidents de la Russie, de la Turquie et de la France faisaient partie des chefs de file mondiaux lors des pourparlers tenus sous les auspices des Nations Unies, qui veulent que les puissances étrangères exerçant une influence dans la région cessent de s’immiscer dans la guerre – que ce soit par le biais d’armes, de troupes ou de financement.

Les dirigeants des deux factions en conflit – l’homme fort Khalifa Haftar et le chef du gouvernement de Tripoli, Fayez al-Sarraj, reconnu par l’ONU – étaient également à Berlin pour la première réunion de ce type depuis 2018.

Mais les forces pro-Haftar ont fait monter les enchères à la veille des pourparlers en bloquant les exportations de pétrole dans les principaux ports de la Libye, paralysant la principale source de revenus du pays pour protester contre la décision de la Turquie d’envoyer des troupes pour étayer le gouvernement de l’accord national (GNA) basé à Tripoli à Sarraj ).

Avant les pourparlers, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est déchaîné contre Haftar, affirmant qu’il devait abandonner son « attitude hostile » pour que la Libye ait une chance de gagner la paix.

La crise pétrolière flamboyante a souligné l’impact dévastateur de l’influence étrangère dans le conflit, dans lequel le GNA de Sarraj est soutenu par la Turquie et le Qatar tandis que Haftar a le soutien de la Russie, de l’Égypte et des Émirats arabes unis.

AFP / Christian SPICKERHaftar, montré en train de sortir de sa voiture à son arrivée pour les pourparlers, a le soutien de la Russie, de l’Égypte et des Émirats arabes unis

Exprimant ses « inquiétudes aiguës concernant l’arrivée de combattants syriens et étrangers dans la ville de Tripoli », le président français Emmanuel Macron a déclaré lors de l’ouverture du sommet de Berlin que « cela devait prendre fin ».

Si tout se passe comme prévu, toutes les parties signeront un plan pour s’abstenir de toute ingérence et s’engageront à une trêve qui conduira à une fin durable des hostilités, selon un projet de communiqué final vu par l’AFP.

Ce document exhorte également toutes les parties à se réengager dans un embargo sur les armes de l’ONU très violé et ouvre la perspective de pourparlers politiques intra-libyens à Genève à la fin du mois.

Mais avec la multiplication des avertissements selon lesquels les promesses sont souvent peu respectées dans la réalité, les appels se multiplient pour que des observateurs internationaux contrôlent les promesses.

– «Des troupes de protection? –

La Libye est déchirée par les combats entre factions armées rivales depuis qu’un soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011 a tué le dictateur Moamer Kadhafi.

Plus récemment, les troupes de Sarraj à Tripoli sont attaquées depuis avril par les forces de Haftar.

SERVICE DE PRESSE PRESIDENTIEL TURQUE / AFP / Murat CETINMUHURDARLes présidents de la Russie, de la Turquie et de la France étaient parmi les chefs mondiaux lors des pourparlers tenus sous les auspices de l’ONU

Les affrontements depuis avril ont tué plus de 280 civils et 2 000 combattants et déplacé des dizaines de milliers, jusqu’à ce qu’un cessez-le-feu fragile soutenu par Ankara et Moscou soit mis en place le 12 janvier.

Dans la dernière violation apparente du cessez-le-feu, les forces du GNA ont accusé dimanche les milices de Haftar d’avoir ouvert le feu sur elles dans le sud de Tripoli.

Sarraj a lancé un appel aux « troupes de protection » internationales si Haftar devait poursuivre son offensive, faisant écho à un appel similaire du diplomate en chef de l’UE, Josep Borrell, qui a souligné que des observateurs doivent être présents pour vérifier que tout cessez-le-feu et embargo sur les armes sont respectés.

Alors que l’idée s’accélère, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que Londres serait prête à envoyer « des personnes et des experts » pour aider à surveiller le cessez-le-feu en Libye.

Le Premier ministre italien Giuseppe Conte a également déclaré que son pays « est prêt à apporter sa contribution ».

La Russie est également apparue ouverte à l’idée, le représentant spécial du président Vladimir Poutine, Mikhaïl Bogdanov, déclarant que « l’idée doit être discutée sur la base d’un consensus ».

– «Deuxième Syrie» –

Bien que le gouvernement de Sarraj soit reconnu par l’ONU, des acteurs puissants se sont séparés pour soutenir Haftar – transformant un conflit interne en ce que certains ont décrit comme une guerre par procuration dans laquelle des puissances internationales se bousculent pour défendre leurs propres intérêts.

La Russie a été accusée d’avoir envoyé des mercenaires pour aider Haftar alors que Moscou cherche à étendre son influence dans la région, des allégations qu’elle nie.

Pour la Turquie, la chute du GNA de Sarraj pourrait compromettre un accord de frontière maritime signé par les parties. Il confère à Ankara des droits étendus sur la Méditerranée orientale où la récente découverte de réserves de gaz sous-marines a déclenché une ruée des États littoraux.

Erdogan a exhorté à plusieurs reprises l’Europe à rester unie au gouvernement de Sarraj, avertissant que la chute de Tripoli pourrait permettre à des groupes djihadistes comme l’État islamique ou Al-Qaïda de se regrouper.

Il a également averti que de nouveaux troubles pourraient inciter une nouvelle vague de migrants à se diriger vers l’Europe.

Soulignant les enjeux, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré « nous devons nous assurer que la Libye ne devienne pas une deuxième Syrie ».

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch