Près de 400 blessés au Liban s’affrontent samedi: des sauveteurs

19 Jan 2020

AFP / Anwar AMRODes manifestants anti-gouvernementaux utilisent un panneau routier pour bousculer les forces de sécurité lors des affrontements dans le centre-ville de Beyrouth, la capitale libanaise, près du siège du Parlement le 18 janvier 2020

Près de 400 personnes ont été blessées samedi lors de combats entre des manifestants anti-gouvernementaux libanais et les forces de sécurité à Beyrouth, ont annoncé les services de secours.

C’est le bilan le plus lourd depuis que les manifestations ont éclaté il y a trois mois, la Croix-Rouge et la défense civile ayant déclaré qu’au moins 377 personnes avaient été transportées d’urgence à l’hôpital ou traitées sur les lieux.

D’autres manifestations étaient attendues dimanche soir dans le cadre de la vague de protestations populaires qui a exigé l’éviction totale de la classe politique libanaise, que les militants condamnent comme inepte et corrompue.

Les manifestants avaient appelé samedi pour une semaine de « colère » alors que la crise économique s’intensifiait tandis que les efforts restaient dans l’impasse pour former un nouveau gouvernement pour remplacer celui qui avait démissionné sous la pression des rues à la fin de l’année dernière.

Les affrontements de samedi ont commencé après des dizaines de manifestants, certains dissimulant leur visage avec des écharpes, ont jeté des pierres, des pots de plantes et d’autres objets à la police anti-émeute qui gardait la route menant au Parlement.

D’autres ont tenté de franchir des barricades en fil de fer barbelé pour atteindre le Parlement ou ont chargé des lignes de police en utilisant des panneaux de signalisation comme armes.

Les forces de sécurité ont riposté avec des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour disperser la foule.

La défense civile a indiqué samedi soir que 43 personnes avaient été transportées à l’hôpital et qu’elle avait soigné sur les lieux 114 autres personnes « légèrement blessées ou souffrant de problèmes respiratoires ».

La Croix-Rouge a déclaré avoir précipité 80 personnes dans les hôpitaux de la ville, tandis que 140, dont des manifestants et des membres des forces de sécurité, ont reçu les premiers soins sur les lieux des affrontements.

L’agence nationale de presse nationale a indiqué qu’une trentaine de personnes avaient été arrêtées à la suite des violences, mais avaient ensuite été libérées.

Pendant ce temps, les forces de sécurité ont déclaré avoir ouvert une enquête après qu’une vidéo partagée en ligne ait montré que la police avait tabassé des personnes soupçonnées d’être des manifestants alors qu’elles étaient amenées au poste de police de Beyrouth.

Le mouvement de protestation qui a secoué le Liban depuis le 17 octobre exige qu’un nouveau gouvernement soit composé d’experts indépendants et exclue tous les partis politiques établis.

Le gouvernement précédent, dirigé par le Premier ministre vétéran Saad Hariri, a démissionné le 29 octobre sous la pression de la rue, mais est resté à titre de gardien.

Les manifestants dénoncent la corruption endémique au Liban et accusent les autorités d’être inefficaces et motivées par des gains personnels et partisans.

Les factions politiques ont convenu le 19 décembre de nommer l’ancien ministre de l’Éducation Hassan Diab comme nouveau Premier ministre, mais se sont depuis querellées sur les ministres proposés.

La Banque mondiale a mis en garde contre l’aggravation de l’impact sur l’économie, affirmant que le taux de pauvreté au Liban pourrait passer d’un tiers à la moitié de la population si la crise politique n’est pas résolue rapidement.

Dimanche, des appels ont été publiés en ligne pour de nouvelles manifestations près du Parlement.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch