Les dirigeants mondiaux en Israël se souviendront des horreurs d’Auschwitz

23 Jan 2020

AFP / File / JANEK SKARZYNSKILes nazis ont tué plus de 1,1 million de personnes à Auschwitz, pour la plupart juives

Israël accueille des dizaines de dirigeants mondiaux jeudi pour marquer les 75 ans de la libération d’Auschwitz, le camp d’extermination de la Seconde Guerre mondiale où les nazis ont tué plus de 1,1 million de personnes, pour la plupart juives.

Les présidents de la Russie, de la France et de l’Allemagne, le vice-président américain Mike Pence et le prince britannique Charles devaient aborder le sombre événement au centre commémoratif de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem en présence des survivants d’Auschwitz.

Gardée par plus de 10 000 policiers, un tiers de la force nationale, la réunion de plus de 40 présidents, premiers ministres et monarques est le plus grand rassemblement diplomatique international jamais organisé en Israël.

Aux côtés du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, les dirigeants mettront en garde contre une résurgence de l’antisémitisme dans les discours au centre commémoratif des six millions de Juifs que l’Allemagne nazie a tués dans des chambres à gaz, des ghettos et des camps de travaux forcés.

AFP / Dossier /Le camp d’extermination d’Auschwitz en 1945 après sa libération par les troupes soviétiques

« Il s’agit d’un rassemblement historique, non seulement pour Israël et le peuple juif, mais pour toute l’humanité », a déclaré le président israélien Reuven Rivlin lors d’un dîner à la veille de la commémoration.

« Alors que nous nous souvenons des victimes de l’Holocauste et de la Seconde Guerre mondiale, nous marquons également la victoire de la liberté et de la dignité humaine », a-t-il déclaré, appelant à une action mondiale pour « rester unis dans la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’extrémisme ». « .

Les cérémonies se déroulent lundi prochain sur le site polonais du camp d’Auschwitz, libéré par l’Armée rouge soviétique le 27 janvier 1945.

Alors que Jérusalem se concentrera sur l’Holocauste et son héritage obsédant, la politique moderne a eu un impact sur l’événement, qui a eu lieu à un moment où les tensions américano-iraniennes montaient en flèche et avant les élections générales d’Israël en mars.

Netanyahu a établi cette semaine un lien direct entre la « solution finale » des nazis pour exterminer les juifs d’Europe et la menace qu’Israël dit faire face à son ennemi juré, l’Iran.

Alors que dans les camps de la mort nazis, « un tiers du peuple juif s’est enflammé », aujourd’hui « l’Iran déclare ouvertement chaque jour qu’il veut effacer Israël de la surface de la Terre », a-t-il dit.

« Je pense que la leçon d’Auschwitz est: premièrement, arrêtez les mauvaises choses quand elles sont petites. Et l’Iran est une très mauvaise chose, ce n’est pas si petit, mais il pourrait devenir beaucoup plus gros avec des armes nucléaires. »

Téhéran nie fermement toutes les accusations d’antisémitisme, insistant sur le fait que même s’il s’oppose à l’État juif et soutient la cause palestinienne, il n’a aucun problème avec le peuple juif, y compris sa propre minorité juive.

– «Mémoire des victimes» –

Netanyahu bénéficie du ferme soutien du président américain Donald Trump, qui en 2018 s’est retiré d’un accord nucléaire historique avec l’Iran et a imposé des sanctions et une « pression maximale » sur Téhéran et ordonné le meurtre ciblé d’un haut dirigeant iranien le 3 janvier.

AFP / Sophie RAMISLe camp d’Auschwitz-Birkenau tel qu’il était en 1944 en Pologne

Dans ses entretiens avec Pence, qui est arrivé tôt jeudi, Netanyahu devait chercher à réaffirmer le soutien de Washington à la politique de colonisation israélienne dans les territoires palestiniens occupés et sur d’autres questions litigieuses.

L’un des acteurs les plus puissants de Jérusalem sera Poutine, un acteur clé au Moyen-Orient depuis que ses forces, avec les combattants iraniens, ont commencé à soutenir le président syrien Bachar al-Assad en 2015.

Les commémorations ont été organisées par Moshe Kantor, un milliardaire proche du Kremlin qui est également une figure éminente de la communauté juive de Russie et le président du Congrès juif européen.

Poutine, qui voyage avec son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, prononcera un discours clé, mais le président polonais Andrzej Duda reste à l’écart après s’être vu refuser le droit de prendre la parole.

AFP / Ludovic MARINLe plafond de la salle des noms du musée Mémorial de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem

Les relations entre Moscou et Varsovie, son satellite de la guerre froide, ont été tendues depuis que la Russie a annexé la péninsule de Crimée en Ukraine en 2014, et se sont encore détériorées en raison de désaccords au cours de l’histoire.

Le mois dernier, Poutine a provoqué un tollé après avoir fait la fausse affirmation selon laquelle la Pologne avait été de connivence avec Adolf Hitler et avait contribué au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

La Pologne, qui considère Moscou comme réécrivant l’histoire et ignorant son propre pacte de non-agression de 1939 avec Hitler, a exhorté Poutine « à ne pas utiliser la mémoire des victimes de l’Holocauste pour des jeux politiques ».

À Jérusalem, Poutine inaugurera un monument en l’honneur des victimes du siège nazi de Leningrad, aujourd’hui Saint-Pétersbourg, qui a fait des centaines de milliers de morts, dont environ 70 000 soldats juifs.

Pour Israël, la commémoration survient à un moment de paralysie politique, lorsque les électeurs doivent faire face à une troisième élection générale en moins de 12 mois le 2 mars.

Les sondages indiquent que Netanyahu, le premier ministre intérimaire, et son rival centriste Benny Gantz sont toujours au coude à coude – laissant potentiellement les deux incapables, encore une fois, de former un gouvernement majoritaire.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch