Des enfants mexicains prennent les armes pour lutter contre les gangs de drogue

25 Jan 2020

AFP / Pedro PARDO Desenfants d’Ayahualtempa s’entraînent avec des fusils ou des fusils de fortune pour participer à la lutte contre les cartels de la drogue

Avec des casquettes de baseball et des foulards couvrant leurs visages, seuls leurs yeux sérieux sont visibles alors qu’une douzaine d’enfants se tiennent au garde-à-vous, fusils à côté.

Au cœur de l’État mexicain de Guerrero, en proie à la violence, l’apprentissage de l’utilisation des armes commence très tôt.

Dans le village d’Ayahualtempa, au pied d’une colline boisée, le terrain de basket sert de terrain d’entraînement à ces jeunes, âgés de cinq à 15 ans.

Les enfants s’entraînent avec des fusils et des armes de poing ou des armes de fortune dans diverses positions de forage pendant quelques heures chaque semaine.

« Position trois! » crie l’instructeur Bernardino Sanchez, membre de la milice responsable de la sécurité de 16 villages de la région de Guerrero, qui porte le nom de coordinateur régional des autorités communautaires (CRAC-PF).

Guerrero est l’une des régions les plus pauvres et les plus violentes du Mexique, avec l’un des taux de meurtres les plus élevés du pays en raison des guerres de gangs de drogue sur le commerce de l’opium et de la marijuana.

– Bataille contre les cartels –

Face à l’indifférence des autorités, 600 personnes ont volontairement rejoint la milice pour lutter contre le crime organisé. Ils comprenaient des enfants.

AFP / Pedro PARDOLes enfants s’entraînent quelques heures par semaine sous la supervision d’un milicien

Sur ordre de Sanchez, les jeunes effectuent un exercice et se jettent face contre terre dans un nuage de poussière, fusils dirigés vers un ennemi imaginaire.

Leur adversaire peut être imaginaire pour l’exercice mais la violence du cartel de la drogue qui sévit dans la région est bien trop réelle.

Il y a une semaine, neuf hommes et un enfant – des musiciens et leurs assistants – ont été enlevés et torturés, et leurs corps calcinés ont été retrouvés à l’intérieur de leurs deux camionnettes au fond d’un ravin.

Les autorités mexicaines ont immédiatement reconnu le travail manuel du cartel local de Los Ardillos, mais n’ont pris aucune mesure contre lui.

AFP / Pedro PARDOGuerrero est l’une des régions les plus pauvres et les plus violentes du Mexique, avec l’un des taux de meurtre les plus élevés du pays en raison des guerres des gangs de la drogue

Exaspérés par l’indifférence officielle, les dirigeants des communautés de la région, y compris Ayahualtempa, ont décidé de prendre les choses en main et d’apprendre à leurs enfants à tirer.

Trente enfants sont en formation. Les moins de 13 ans ne participent pas encore aux patrouilles mais sont prêts à se battre en cas d’attaque de Los Ardillos, comme cela s’est produit en mai 2015 lorsque le cartel est entré dans la mairie de Chilapa et a kidnappé plus de 30 personnes.

Depuis lors, les affrontements entre les milices et les trafiquants de drogue n’ont pas diminué.

Près du terrain d’entraînement se trouvent des huttes délabrées abandonnées.

À l’intérieur se trouvent des vêtements, des chaussures pour enfants et des sacs d’épis de maïs pourris – tout est resté tel qu’il était lorsque les occupants ont fui.

– «Ils doivent se défendre» –

La situation est devenue tellement intenable pour les habitants de la région que les parents ont accepté de laisser leurs enfants rejoindre la milice.

AFP / Pedro PARDOFace à l’indifférence des autorités, 600 personnes, dont des enfants, ont volontairement rejoint la milice régionale pour lutter contre le crime organisé

« Je voulais étudier, mais comme l’école est proche de la zone où Los Ardillos opère, j’ai préféré la police communautaire … Ils étaient sur le point de me capturer », a expliqué Gustavo, 13 ans.

Le garçon a dit qu’il « se sent bien » en tenant son fusil de chasse de calibre .22 et qu’il sait déjà comment l’utiliser et le nettoyer.

Le père de Gustavo, Luis, est membre de la milice depuis trois ans.

Son autre fils, Gerardo, 15 ans, apprend également à « se défendre et défendre sa famille », a-t-il déclaré lors de l’entraînement.

« Les enfants ont décidé de nous soutenir », a expliqué Luis, qui se souvient du jour où ses deux enfants lui ont dit qu’ils voulaient s’armer et quitter l’école.

AFP / Pedro PARDOLes enfants apprennent à se défendre en cas d’attaques des cartels de la drogue qui affligent la région

Luis, qui a dit s’être donné beaucoup de mal pour acheter des fusils de chasse pour ses enfants et sa propre arme, estime que le danger est le même pour les patrouilles que pour la police municipale qui va à l’école « sans armes, sans défense » à la merci de la drogue trafiquants.

Les enfants s’entraînent dans différentes positions de tir pendant deux heures par semaine.

L’idée est qu’ils apprennent aussi à se débrouiller seuls « au cas où ils seraient orphelins », a déclaré Luis sérieusement.

Tous portent des t-shirts de milice vert olive qui sont beaucoup trop grands pour certaines des jeunes recrues.

« Mes enfants ont maintenant plus de courage que de peur. Ils savent comment manipuler leurs armes. Lorsque des groupes armés pénètrent dans une communauté, ils doivent se lever et se défendre », a ajouté Luis.

Vendredi, le gouverneur de Guerrero, Hector Astudillo, a fait sa première apparition dans la région depuis son entrée en fonction il y a quatre ans.

Il en a profité pour critiquer la formation des enfants et négocier avec la milice la levée des barrages routiers.

De nombreux enfants « ont perdu leurs parents », a expliqué Bernardino, qui ne veut pas voir d’autres traumatisés par le meurtre de leurs proches.

Sur le terrain de basket, c’est la pause. Les enfants attrapent un ballon de basket et l’un vise le filet effiloché, un fusil trop large en bandoulière derrière le dos.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch