La Ligue Salvini ne parvient pas à renverser le gouvernement italien lors d’un vote régional: les sondages à la sortie

27 Jan 2020

AFP / File / Andreas SOLAROLa Ligue d’extrême droite de Matteo Salvini avait espéré marquer un bouleversement historique et forcer des élections anticipées lors du vote régional en Émilie-Romagne

Le leader populiste italien Matteo Salvini semble avoir échoué dans sa tentative de remporter une élection régionale clé et de renverser le gouvernement de coalition fragile du pays, selon des sondages de sortie dimanche soir.

La Ligue d’extrême droite avait espéré marquer un bouleversement historique et forcer des élections anticipées lors du vote régional en Émilie-Romagne, mais un taux de participation élevé semblait avoir favorisé le candidat sortant de centre-gauche.

Stefano Bonaccini, du Parti démocrate (PD), avait remporté environ 50% des voix contre les 43% de la candidate anti-immigration Lucia Borgonzoni, selon les projections faites à 01h00 GMT, après le décompte des voix.

La région riche du centre-nord de l’Émilie-Romagne est un bastion de la gauche italienne depuis plus de 70 ans, mais si les valeurs de gauche dominent toujours dans ses villes, la droite a rallié un soutien sérieux dans les villes et les campagnes.

Les sondages publiés avant le black-out médiatique préélectoral ont montré la Ligue au coude à coude avec le PD, qui gouverne l’Italie en coalition avec le mouvement anti-établissement cinq étoiles (M5S).

Le taux de participation dans la région clé a presque doublé, à environ 67% contre 37% en 2014, potentiellement grâce au soutien du mouvement anti-populiste des Sardines, dirigé par les jeunes.

Quelque 3,5 millions de citoyens avaient le droit de voter pour élire le président de la région.

« Après 70 ans, il y a eu un match en Émilie-Romagne », a déclaré Salvini aux journalistes après la publication des premiers sondages, sans concéder la défaite.

AFP / File / Andreas SOLAROLemouvement desjeunes Sardines est né dans la région et est devenu un symbole de protestation contre l’extrême droite

Le candidat de l’ancien Premier ministre de Silvio Berlusconi, Forza Italia, Jole Santelli, semble avoir gagné comme prévu dans la plus petite région du sud de la Calbrie, selon des sondages de sortie.

La Ligue espérait une répétition de sa victoire historique en octobre en Ombrie, qui était un fief de gauche depuis 50 ans.

Le candidat à la ligue Borgonzoni, 43 ans, a été éclipsé par Salvini, qui a organisé des rassemblements quotidiens et inondé les médias sociaux avec des clichés de lui en dégustant des spécialités dans le jambon de Parme et le cœur du fromage parmesan.

Salvini a exaspéré la gauche samedi lorsqu’il a rompu le silence préélectoral – ce qui en vertu de la loi italienne signifie que les candidats ne peuvent pas faire campagne la veille d’un vote – en tweetant au sujet de « l’avis d’expulsion » qu’il devait remettre au gouvernement.

Le candidat PD Bonaccini espérait gagner sur son palmarès dans la région, qui affiche de faibles taux de chômage et abrite des histoires de réussite « Made in Italy » telles que Ferrari et Lamborghini.

Il a également bénéficié du mouvement des Sardines, né dans la région il y a quelques mois à peine mais qui est rapidement devenu un symbole national de protestation contre l’extrême droite.

Mais les analystes ont déclaré que de nombreuses entreprises artisanales locales étaient mécontentes et se sentaient laissées pour compte par la marche de la mondialisation.

– «Accrochez-vous au pouvoir» –

La Ligue a triomphé en Émilie-Romagne aux élections du Parlement européen en mai, devenant le principal parti avec près de 34% des voix, dépassant les 31% du PD.

AFP / Dossier / Andreas SOLARO LePremier ministre Giuseppe Conte adissipé lescraintes d’une crise gouvernementale en cas de victoire du parti de Salvini

À peine cinq ans plus tôt, il n’avait remporté que cinq pour cent, contre 53 pour cent pour le PD.

L’électeur Andrea Setti, un employé de banque de 34 ans, a déclaré à l’AFP qu’il estimait qu’il était encore plus important que d’habitude de voter, car la « couleur » politique ou allégeance politique de la région était loin d’être aussi claire qu’elle ne l’était auparavant. être.

« Maintenant, vous ne pouvez pas vraiment savoir dans quelle direction ça va aller », a-t-il dit.

La députée Lisa Zanarini, 31 ans, a déclaré qu’elle espérait que les gens ne seraient pas séduits par « des mots faciles et des promesses faciles ».

GETTY IMAGES AMÉRIQUE DU NORD / AFP / File / Roger KisbyLa région compte peu de chômeurs et abrite des succès «Made in Italy» comme Ferrari et Lamborghini

Le Premier ministre Giuseppe Conte a rejeté les craintes d’une crise gouvernementale si le parti de Salvini l’emportait, affirmant que les élections ne concernaient que la région et n’avaient aucune incidence sur la politique nationale.

Le principal facteur stabilisateur de la coalition est la crainte conjointe d’élections anticipées qui donneraient probablement le pouvoir à Salvini, dont le parti est bien en avance dans les sondages nationaux.

Les analystes avaient averti qu’une victoire de la Ligue pourrait provoquer l’effondrement du M5S, qui est déchiré par des luttes intestines et qui a fait des hémorragies.

Le chef contesté du M5S, Luigi Di Maio, a démissionné mercredi dans le but d’empêcher une crise – mais les observateurs politiques ont averti que cela pourrait ne pas être suffisant.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch