L’Arabie saoudite suspend l’entrée des pèlerins pour coronavirus

AFP / Abdulgani BASHEERLes pèlerins musulmans portent des masques à la Grande Mosquée de la ville sainte de La Mecque en Arabie saoudite

L’Arabie saoudite a suspendu jeudi les visas pour les visites des sites les plus sacrés de l’islam pour le pèlerinage de la « umrah », une mesure sans précédent déclenchée par les craintes des coronavirus qui soulève des questions sur le hadj annuel.

Le royaume, qui accueille chaque année des millions de pèlerins dans les villes de La Mecque et de Médine, a également suspendu les visas pour les touristes des pays touchés par le virus alors que les craintes d’une pandémie s’intensifient.

L’Arabie saoudite, qui n’a jusqu’à présent signalé aucun cas de virus mais s’est alarmée de sa propagation dans les pays voisins, a déclaré que les suspensions étaient temporaires.

Mais il n’a fourni aucun calendrier pour le moment où ils seront levés, et la décision a laissé des dizaines de milliers de pèlerins se préparer à visiter le royaume du monde entier dans les limbes.

« Le gouvernement du royaume a décidé de prendre les précautions suivantes: suspendre l’entrée dans le royaume pour la Omra et visiter temporairement la mosquée du Prophète », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Suspendre l’entrée dans le royaume avec des visas touristiques pour ceux qui viennent de pays où la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19) est un danger », a-t-il ajouté sans les nommer.

Ces mesures interviennent dans un contexte de flambée des infections à coronavirus au Moyen-Orient, alors même que le nombre de nouveaux cas a diminué en Chine, pays d’origine de la maladie.

Depuis son apparition, les Émirats arabes unis ont signalé 13 cas de coronavirus, le Koweït a enregistré 43 cas, Bahreïn 33 cas et Oman 4 cas.

L’Iran est devenu un hotspot majeur dans la région, avec 26 morts – le nombre de morts le plus élevé en dehors de la Chine.

Pour freiner la propagation de la maladie chez les personnes revenant de pèlerinages en Iran, les pays du Golfe ont mis en place une série de mesures, notamment des suspensions de vols et des fermetures d’écoles.

AFP / Dossier / Abdel Ghani BASHIRLes analystes ont exprimé de sérieux doutes quant à la capacité du gouvernement saoudien à gérer une épidémie virale majeure parmi les millions de pèlerins qui effectuent le hajj annuel

« C’est une grande préoccupation », a déclaré Ann Marie, une expatriée sud-africaine au Bahreïn, où de nombreuses personnes dans la rue portent des masques.

Au Koweït, les institutions gouvernementales ont suspendu l’utilisation de la reconnaissance des empreintes digitales pour entrer et sortir, tandis que le Qatar – qui n’a signalé aucun cas – a conseillé à ses citoyens d’éviter la salutation traditionnelle de se frotter le nez.

Bien qu’aucun cas n’ait été signalé en Arabie saoudite, un citoyen serait infecté au Koweït ainsi que quatre Saoudiennes à Bahreïn, toutes rentrées d’Iran.

– Mouvement «sans précédent» –

La Omra, le pèlerinage islamique à la Mecque qui peut être entrepris à tout moment de l’année, attire chaque année des millions de musulmans dévots du monde entier.

Une association de voyages du Hajj au Bangladesh a déclaré que plus de 1 000 pèlerins, dont beaucoup avec des billets non remboursables pour l’Arabie saoudite, ont été « bloqués à l’aéroport de Dacca » après s’être vu refuser l’autorisation d’embarquer à la suite de l’annonce brutale de Riyad.

AFP / Juni KRISWANTODans la nation musulmane la plus peuplée du monde, l’Indonésie, des dizaines de milliers de pèlerins potentiels ont été laissés dans les limbes par la décision saoudienne de suspendre l’accès aux lieux saints islamiques

L’incertitude se profile alors que quelque 10 000 visas ont été délivrés pour la umrah et que 137 000 personnes au Bangladesh se sont inscrites au hajj annuel, qui devrait commencer fin juillet, a-t-il ajouté.

En Indonésie, la nation musulmane la plus peuplée du monde, la décision de suspendre les visas pourrait affecter jusqu’à 200 000 pèlerins, a déclaré l’association locale pour le hajj et la umrah.

« Je suis contre le fait d’empêcher tous les musulmans de faire la Omra », a déclaré à l’AFP un pèlerin à La Mecque.

« Il vaut peut-être mieux arrêter uniquement ceux des pays … où la maladie s’est propagée. »

Il n’y a toujours pas de clarté sur la façon dont le coronavirus affectera le hajj.

Quelque 2,5 millions de fidèles du monde entier se sont rendus en Arabie saoudite pour participer au hajj de l’année dernière – l’un des cinq piliers de l’islam.

L’événement est un rite de passage clé pour les musulmans et un défi logistique massif pour les autorités saoudiennes, avec une foule colossale s’entassant dans des lieux saints relativement petits.

« Cette décision de l’Arabie saoudite est sans précédent », a déclaré à l’AFP Ghanem Nuseibeh, fondateur du cabinet de conseil en gestion des risques basé à Londres, Cornerstone Global Associates.

« La préoccupation des autorités saoudiennes serait le ramadan, qui commence fin avril, et le hadj par la suite, si le coronavirus devenait une pandémie ».

Le mois de jeûne sacré du Ramadan est considéré comme une période favorable par les pèlerins musulmans pour accomplir la Omra.

– «Un doute sérieux» –

AFP / File / STRLes scanners de température sont utilisés pour contrôler la fièvre des passagers arrivant à l’aéroport international du Koweït

La garde de l’Arabie saoudite à La Mecque et à Médine – les deux sites les plus sacrés de l’islam – est considérée comme la source la plus puissante de légitimité politique du royaume.

Mais une série de catastrophes meurtrières au fil des ans, y compris une bousculade en 2015, a incité la critique de la gestion du pèlerinage par le royaume sunnite.

« Alors que le coronavirus se propage, il y a de sérieux doutes que le hadj se déroulera comme prévu », a expliqué à l’AFP l’analyste du Golfe Ali Bakeer.

« Les calamités passées du hadj suggèrent que le royaume n’a pas la capacité de faire face à une épidémie de masse pendant le pèlerinage. »

Le pèlerinage constitue une source cruciale de revenus pour le gouvernement, qui cherche à diversifier son économie tributaire du pétrole et espère accueillir 30 millions de pèlerins par an d’ici 2030.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch