Trump gèle les fonds de l’OMS alors que le monde pèse sur l’assouplissement du verrouillage

15 avr 2020

AFP / Arun SANKAR Destechniciens médicaux recueillent un échantillon d’une femme sur un site de test de coronavirus à Chennai, en Inde

Donald Trump a ordonné un gel du financement de l’Organisation mondiale de la santé pour « mauvaise gestion » de la crise des coronavirus, alors que les dirigeants mondiaux soupçonnaient d’assouplir les verrouillages qui menacent de faire basculer l’économie mondiale dans une deuxième grande dépression.

Le nombre de morts de la pandémie a dépassé 125 000, avec près de deux millions de personnes infectées par la maladie qui a bouleversé la société et changé la vie de milliards de personnes confinées dans leurs foyers à travers le monde.

AFP / Oli SCARFFUn homme regarde une peinture murale représentant l’insigne d’un super-héros sous un uniforme d’infirmière et de médecin en hommage aux efforts du personnel du NHS à Pontefract, dans le nord de l’Angleterre

Les dirigeants mondiaux sont angoissés de savoir quand lever les mesures de verrouillage pour relancer les économies dévastées tout en évitant une deuxième vague d’infections.

Et alors que le monde se bat pour surmonter la pandémie, le président américain a tiré à flanc sur l’OMS et a suspendu les paiements qui s’élevaient à 400 millions de dollars l’année dernière.

AFP / OSCAR DEL POZO Dessoignants soignent un patient COVID-19 dans une unité de soins intensifs de l’hôpital Ramon y Cajal de Madrid, Espagne

Le financement serait gelé dans l’attente d’un examen du rôle de l’OMS dans « une grave mauvaise gestion et la dissimulation de la propagation du coronavirus », a déclaré Trump, qui a accusé l’organisme genevois de mettre « l’exactitude politique au-dessus des mesures vitales ».

L’épidémie aurait pu être contenue « avec très peu de morts » si l’OMS avait évalué avec précision la situation en Chine, où la maladie a éclaté à la fin de l’année dernière, a accusé Trump.

Pékin a riposté, affirmant que cette décision était mauvaise pour la lutte mondiale.

« La situation épidémique mondiale actuelle est sombre. Elle se trouve à un moment critique. Cette décision américaine affaiblira les capacités de l’OMS et sapera la coopération internationale contre l’épidémie », a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian.

Trump a également mérité une réprimande du chef de l’ONU et de l’entrepreneur Bill Gates qui a tweeté que la réduction du financement était « aussi dangereuse que cela puisse paraître ».

AFP / Joseph Prezioso Delongues files d’attentepour les dons de nourriture se forment à Chelsea, Massachusetts

L’attaque controversée du président est survenue alors que les États-Unis comptaient un record de 2 228 victimes au cours des dernières 24 heures, selon l’Université Johns Hopkins.

Néanmoins, Trump a promis de redémarrer de très grandes parties de l’économie mondiale « très bientôt », affirmant que les États-Unis rouvriraient « en petits morceaux magnifiques », les zones les plus durement touchées comme New York prenant un peu plus de temps.

AFP / RODGER BOSCH Desaffrontements entre la police sud-africaine et des habitants de Tafelsig, une banlieue appauvrie près du Cap, après que certaines personnes n’ont pas reçu de cadeaux alimentaires

Le Fonds monétaire international a dévoilé l’ampleur de la catastrophe économique, affirmant que le «grand verrouillage» pourrait effacer 9 billions de dollars de l’économie mondiale dans sa pire récession depuis la Grande Dépression des années 1930.

Soulignant le fait, la puissance de l’Europe, l’Allemagne, est en récession depuis mars, a annoncé mercredi le gouvernement.

L’économie chinoise touchée par le virus, juste derrière les États-Unis, s’est probablement contractée pour la première fois depuis environ trois décennies au premier trimestre, selon un sondage AFP auprès d’économistes.

– «Ouvert dans un désert? –

Dans l’espoir que la pandémie pourrait avoir atteint son apogée dans certains points chauds européens, de nombreux pays lèvent progressivement les restrictions – à un accueil mitigé.

AFP / KARIM SAHIBUn employé du ministère émirati de la Santé s’installe pour recevoir des patients dans un immense hôpital de campagne à Dubaï

L’Italie, l’une des nations les plus touchées, a autorisé la réouverture des librairies, des laveries, des papeteries et des magasins de vêtements pour enfants, mais de nombreux propriétaires d’entreprises ont choisi de rester fermés.

« Ouvrir dans un désert? Pourquoi? Ouvrir une entreprise où personne ne passe est dangereux à tous points de vue », a déclaré Cristina Di Caio, propriétaire d’une librairie à Milan.

L’Espagne a autorisé le redémarrage des travaux dans certaines usines et chantiers de construction, le Danemark a ouvert des écoles mercredi après une fermeture d’un mois tandis que l’Allemagne devrait assouplir certaines mesures de verrouillage.

Mercredi également, l’Union européenne est sur le point de suggérer une « feuille de route » coordonnée pour que les États membres puissent sortir du verrouillage.

– «Inapplicable et non durable» –

Les citoyens ailleurs, cependant, se sont préparés à plusieurs semaines de restrictions – y compris en Inde, dont 1,3 milliard de personnes resteront en détention jusqu’au 3 mai malgré le tollé de millions de pauvres sans soutien.

AFP / YAMIL LAGEUn homme dans un masque se tient sur son balcon à La Havane, Cuba

Alors que le virus semblait en retrait dans certaines parties de l’Europe plus riche, il s’installe lentement en Afrique, qui a enregistré 15000 cas et 800 décès à travers le continent – avec des craintes d’une faim croissante et d’éventuels troubles sociaux.

« Un verrouillage est inapplicable et insoutenable dans une grande partie de l’Afrique », a déclaré Jakkie Cilliers à l’Institut d’études de sécurité (ISS) de Pretoria.

AFP / Tiziana FABICertains magasins ont rouvert en Italie comme celui-ci à Rome, mais tous les propriétaires d’entreprises n’étaient pas à bord, s’inquiétant des conséquences sur la santé

« Vous essayez de faire quelque chose qui n’est pas possible et vous condamnez les gens à choisir entre mourir de faim et tomber malade », a-t-il déclaré.

« Il n’est pas possible pour 10 personnes vivant dans une cabane en fer blanc … de ne pas sortir pendant trois semaines. »

Une crise similaire émerge en Équateur, où la faim l’emporte sur la peur du virus pour les habitants des quartiers délabrés de la ville gravement touchée de Guayaquil.

« La police vient avec un fouet pour envoyer les gens courir, mais comment dire à un pauvre ‘Restez à la maison’ si vous n’avez pas assez à manger? » a déclaré Carlos Valencia, un enseignant de 35 ans.

AFP / FRANCK FIFEUne affiche à Paris remercie les personnels de santé, les commerçants, la police, le personnel de la poste et les agriculteurs

Cependant, dans certaines parties du monde qui ont connu des épidémies précoces, les choses revenaient progressivement à un semblant de normal – la Corée du Sud s’est rendue aux urnes mercredi avec une forte participation attendue malgré la maladie.

Des exemples de résilience et de générosité humaines ont continué de remonter le moral.

Alors qu’un vétéran britannique de 99 ans de la Seconde Guerre mondiale a collecté des millions pour les agents de santé en parcourant le jardin de 25 mètres à l’aide d’un cadre de marche, un homme du même âge a vaincu le virus au Brésil.

« Ce fut un combat énorme pour moi, plus grand que pendant la guerre. Dans la guerre, vous tuez ou vivez. Ici, vous devez vous battre pour vivre, et vous laissez ce combat gagnant », a déclaré Ermando Piveta.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch