La princesse saoudienne plaide pour la libération de la prison de haute sécurité

17 avr 2020

AFP / Dossier / MANDEL NGAN Laprincesse Basmah bint Saud a été arrêtée en mars de l’année dernière

Une éminente princesse saoudienne emprisonnée sans inculpation a fait un appel public rare au roi et au prince héritier jeudi pour sa libération d’une prison de haute sécurité, citant sa « détérioration » de la santé.

La princesse Basmah bint Saud, une femme d’affaires de 56 ans et un membre ouvert de la famille royale, a été arrêtée en mars de l’année dernière juste avant qu’elle ne se rende en Suisse pour des soins médicaux, selon une source proche de sa famille.

L’appel public à sa libération est le dernier signe d’agitation au sein de la famille royale secrète du royaume après la détention, le mois dernier, du frère et du neveu du roi Salman dans une tentative apparente d’éradiquer la dissidence interne.

« Comme vous le savez peut-être (?), Je suis actuellement détenue arbitrairement à la prison d’Al-Ha’ir sans aucune accusation criminelle ou autre », a écrit la princesse dans une lettre publiée sur son compte Twitter vérifié.

« Ma santé se détériore dans une mesure qui est (grave), ce qui pourrait entraîner ma mort.

« Je n’ai pas reçu de soins médicaux ni même (a) de réponse aux lettres que j’ai envoyées de prison à la Cour royale. »

Les autorités saoudiennes n’ont pas révélé les raisons de sa détention.

La princesse a affirmé qu’elle avait été « jetée en prison » après avoir été « enlevée sans explication » avec l’une de ses filles.

– ‘Très critique’ –

Elle a lancé un appel à son oncle, le roi Salman et à son cousin – le prince héritier de facto, le prince Mohammed bin Salman – pour sa libération car elle n’avait « pas fait de mal » et a ajouté que son état de santé était « très critique ».

AFP / Dossier / BANDAR ALDANDANILa princesse a fait appel à son oncle le roi Salman

La princesse n’a pas précisé sa maladie mais sa lettre arrive alors que le royaume est aux prises avec la pandémie de coronavirus à propagation rapide.

Le gouvernement a imposé un couvre-feu 24h / 24 dans une grande partie du pays pour limiter la propagation du virus. L’Arabie saoudite a signalé à ce jour 6 380 infections et 83 décès dus à la maladie.

On ne sait pas comment la princesse a pu tweeter de l’intérieur d’Al-Ha’ir, une prison de haute sécurité près de Riyad connue pour détenir des prisonniers politiques.

Son plaidoyer public représente une décision inhabituellement audacieuse de la part d’une famille royale tentaculaire du royaume, comprenant des milliers de membres, qui s’abstiennent généralement de soulever publiquement des griefs internes.

Il survient après la détention, le mois dernier, du prince Ahmed bin Abdulaziz al-Saud, le frère du roi, et du neveu du monarque, le prince Mohammed bin Nayef, qui était auparavant prince héritier.

Le gouvernement n’a pas encore officiellement commenté la répression, qui a fait craindre l’instabilité du gouvernement.

Mais une source proche de la cour royale a rejeté ces préoccupations et a déclaré que les détentions étaient destinées à envoyer un avertissement sévère au sein de la famille royale de ne pas s’opposer au prince héritier.

Le prince Mohammed, héritier du trône le plus puissant du monde arabe, a poursuivi une vaste répression de la dissidence depuis son ascension fulgurante au poste de prince héritier en 2017.

Plusieurs militantes, ecclésiastiques, blogueurs et journalistes ont été emprisonnées dans ce que les observateurs appellent une répression et un autoritarisme croissants sous la domination de facto du prince alors qu’il renforce son emprise sur le pouvoir.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch