Les exorcismes forcés présentés comme un «remède» pour les Indonésiens LGBT

7 mai 2020

AFP / BAY ISMOYOL’exorcisme forcé est une histoire courante pour de nombreux homosexuels et transgenres dans la plus grande nation à majorité musulmane du monde, où un changement conservateur a vu la communauté de plus en plus ciblée ces dernières années

Andin est hantée par des souvenirs d’avoir été forcée à un exorcisme pour la « sauver » de la transgenre – un rituel qui pourrait devenir obligatoire pour la communauté LGBT d’Indonésie si une nouvelle loi controversée était adoptée.

Pendant deux décennies, elle a subi du harcèlement et des abus alors que sa famille tentait désespérément de la « guérir ». Les traitements allaient du bombardement de versets coraniques enfermés dans une pièce fermée à clé pendant des jours, à l’arrosage avec de l’eau glacée par un imam promettant de purger la « maladie du genre ».

Mais c’est l’exorcisme qui lui brise le cœur.

Elle a été emmenée contre son gré chez un étrange gourou religieux près de sa ville natale de Medan à Sumatra. Il lui a montré un linceul funéraire couramment utilisé pour couvrir les morts et a prié pour elle.

Il a ensuite donné un choix brutal: renoncer à la vie de femme ou aller en enfer.

« Rien n’a changé après l’exorcisme. Je suis toujours LGBT, mais ma famille n’a pas abandonné facilement », explique Andin, 31 ans, qui a demandé que son vrai nom ne soit pas utilisé.

« C’est traumatisant – l’horreur de ce souvenir reste dans ma tête. »

L’exorcisme forcé est une histoire courante pour les homosexuels et les transgenres dans la plus grande nation à majorité musulmane du monde, où un changement conservateur a vu la communauté de plus en plus ciblée ces dernières années.

L’homosexualité est légale partout en Indonésie à l’exception de la province conservatrice d’Aceh qui adhère aux lois islamiques strictes.

Mais il est encore largement admis qu’être gay ou transgenre est le résultat d’une personne possédée par des esprits mauvais – et que ceux-ci peuvent être expulsés par des cérémonies religieuses et des prières.

Maintenant, les législateurs islamiques conservateurs ont déposé un projet de loi sur la «résilience familiale», que les critiques qualifient de sexiste et anti-LGBT.

Les homosexuels et les transgenres seraient contraints de subir une « réhabilitation » – un terme générique susceptible d’inclure des exorcismes et d’autres « traitements de conversion » – pour purger ce que les défenseurs du projet de loi disent être une déviance sexuelle.

– «Expulser les mauvais esprits» –

Bien que maintenant une nation à majorité musulmane, les croyances tribales animistes et chamanistes traditionnelles ont été incorporées dans l’identité culturelle et religieuse de l’archipel de l’Asie du Sud-Est, qui abrite plus de 260 millions d’habitants.

Les exorcismes sont utilisés depuis longtemps pour tout, de la lutte contre la maladie mentale au nettoyage des villages des apparentes apparitions.

Cela signifie que cette pratique jouera un rôle clé si la nouvelle loi est adoptée, prévient Usman Hamid, directeur exécutif d’Amnesty International Indonésie.

« (C’est) l’option la plus susceptible d’être choisie par les autorités indonésiennes lors de la » réhabilitation «  », ajoute-t-il.

Pour Aris Fatoni, qui effectue des exorcismes pour débarrasser les patients d’une myriade de problèmes médicaux et personnels, la thérapie de conversion obligatoire apportera un boom commercial.

AFP / BAY ISMOYOL’homosexualité est légale partout en Indonésie à l’exception de la province conservatrice d’Aceh qui adhère aux lois islamiques strictes, mais beaucoup croient qu’être gay ou transgenre est le résultat d’une personne possédée par de mauvais esprits

Il affirme avoir « guéri » environ 10 de ces clients au cours de la dernière décennie.

Lors d’un exorcisme, Fatoni lit le Coran en posant ses mains sur les clients, puis surveille les signes qui, selon lui, suggèrent que les mauvais esprits sont expulsés.

« C’est généralement une réaction forte, mais cela signifie qu’ils seront guéris plus rapidement », explique-t-il, ajoutant qu’il a été témoin de vomissements et de cris au cours du processus.

« Cependant, si quelqu’un aime être LGBT et qu’il n’est venu ici que par curiosité, il n’y a pas de réaction. Ces cas sont plus difficiles à résoudre. »

Son collègue, Ahmad Sadzali, se vante également de conversions réussies.

« Un gars que j’ai traité n’a fait que deux exorcismes et il est guéri maintenant. Il a épousé une femme un mois plus tard », se souvient-il.

Six cliniques de Jakarta ont déclaré à l’AFP qu’elles avaient effectué des exorcismes qui permettraient de « guérir » les clients LGBT, bien qu’aucune n’ait ouvertement annoncé le traitement.

« Depuis combien de temps souffrez-vous de la maladie? » un propriétaire de magasin demande par téléphone, avant de rappeler à l’appelant qu’il ne peut pas traiter les personnes vivant avec le VIH.

« Si Dieu le veut, je peux vous aider tant que vous vous rendez à Allah. »

– «Actes coupables» –

Les enquêtes menées ces dernières années indiquent que l’intolérance et le radicalisme sont à la hausse, avec une étude de 2017 suggérant que plus de 80% des Indonésiens soutiennent que le pays adopte une loi islamique stricte.

Dinda dit que sa mère, qui est profondément religieuse, l’a amenée à lui rendre visite pour une réunion de famille – mais lorsque la lesbienne de 34 ans est arrivée, elle y a trouvé un religieux musulman qui a fait un exorcisme contre sa volonté.

« Ma mère croyait que j’étais possédée par des fantômes et que si je n’avais pas d’exorcisme, les mauvais esprits resteraient avec moi », se souvient Dinda, qui a demandé que son vrai nom ne soit pas utilisé.

Sa sexualité reste la même mais elle ne fait plus confiance à sa mère.

« Je frissonne à chaque fois que ma mère m’appelle. Et je vois l’exorciste dans mes rêves. Cela m’a fait très peur », révèle-t-elle.

AFP / BAY ISMOYOLes enquêtes de ces dernières années indiquent que l’intolérance et le radicalisme sont à la hausse, une étude de 2017 suggérant que plus de 80% des Indonésiens soutiennent le pays dans l’adoption d’une loi islamique stricte

À Aceh, les relations homosexuelles peuvent entraîner un fouet public en vertu de la loi islamique locale et, en 2018, la police a arrêté un groupe de femmes transsexuelles et les a humiliées publiquement en leur coupant les cheveux et les forçant à s’habiller avec des vêtements masculins.

La même année, les autorités de la ville de Padang à Sumatra ont ordonné aux résidents LGBT de recevoir un traitement pour mettre fin à leurs « actes de péché » à la suite de manifestations de masse.

Mais il y a toujours une minorité vocale qui s’oppose aux modifications draconiennes de la législation.

L’année dernière, les législateurs ont tenté de pousser à travers une refonte du droit pénal qui aurait fait des relations sexuelles avant le mariage une infraction pénale, mais l’offre a été suspendue après une forte réaction.

De même, les propositions du nouveau projet de loi sont combattues par des militants des droits.

« La thérapie de conversion, comme les exorcismes, équivaut à de la violence contre les personnes LGBT », a déclaré Budi Wahyuni, ancienne commissaire à la commission des femmes indonésiennes.

Andin reste incertain, les choses iront mieux.

Sa famille persiste à essayer de la guérir – plus récemment, elle a sacrifié une chèvre pour le faire.

Elle dit: « Vingt ans plus tard, ils veulent toujours que je sois différent. »

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch