Une fuite de gaz dans une usine chimique indienne fait 11 morts

7 mai 2020

AFP / –Une fuite de gaz dans une usine de produits chimiques dans l’est de l’Inde a laissé les gens gisant inconscients dans les rues

Onze personnes ont été tuées et des centaines hospitalisées après une fuite de gaz avant l’aube dans une usine chimique de l’est de l’Inde jeudi, qui a laissé des victimes inconscientes gisant dans les rues, ont annoncé les autorités.

La crainte que le nombre de morts suite à l’incident à la périphérie de Visakhapatnam, une ville portuaire industrielle de l’État d’Andhra Pradesh, n’augmente considérablement n’a toutefois pas été confirmée.

Le gaz s’est échappé des réservoirs d’un complexe appartenant à la Corée du Sud, LG Chem, qui avait suspendu ses opérations en raison de la fermeture du coronavirus en Inde.

Des images diffusées sur les chaînes de télévision indiennes ont montré que des gens, y compris des femmes et des enfants, se sont effondrés immobiles dans les rues après que les habitants ont sonné l’alarme au petit matin.

« Il y avait une confusion et une panique absolues. Les gens étaient incapables de respirer, ils étaient à bout de souffle. Ceux qui tentaient de s’échapper se sont effondrés sur les routes – des enfants, des femmes et tout », a déclaré aux habitants Kumar Reddy, 24 ans.

Le commissaire de police local, RK Meena, a déclaré que jeudi après-midi, 11 personnes avaient été confirmées mortes.

BK Naik, coordinateur des hôpitaux de district, a déclaré que 1 000 personnes avaient été initialement hospitalisées, mais dans l’après-midi, environ 600 étaient encore en traitement, aucun dans un état critique.

« C’est une calamité », a expliqué Naik à l’AFP.

Des photos prises par l’AFP à l’hôpital King George de la ville en début de journée ont montré deux ou trois patients sur chaque lit, dont beaucoup d’enfants et plusieurs inconscients.

– Prières –

L’incident a fait écho à l’une des pires catastrophes industrielles de l’histoire lorsque du gaz s’est échappé d’une usine de pesticides dans la ville indienne centrale de Bhopal en 1984.

Environ 3 500 personnes, principalement dans des baraques autour de l’usine exploitée par Union Carbide, sont décédées dans les jours qui ont suivi et des milliers d’autres dans les années suivantes. Les gens en souffrent encore aujourd’hui.

« Je prie pour la sécurité et le bien-être de tous à Visakhapatnam », a déclaré le Premier ministre Narendra Modi sur Twitter.

AFP / –Au moins 1 000 personnes ont été hospitalisées suite à la fuite de gaz

L’usine, exploitée par LG Polymers, une filiale de LG Chem, est située à la périphérie de Visakhapatnam.

La ville et ses environs abritent environ cinq millions de personnes.

LG Chem a déclaré dans un communiqué publié en Corée du Sud que « la situation des fuites de gaz est désormais sous contrôle ».

Dans une déclaration ultérieure, la branche locale de l’entreprise a exprimé ses « plus sincères condoléances aux défunts et à leurs familles ».

Il a déclaré que sa « priorité absolue » était de travailler avec les autorités pour obtenir une aide médicale aux victimes, et qu’il aidait à enquêter sur l’incident.

Selon Swaroop Rani, commissaire de police adjoint à Visakhapatnam, l’usine était restée inactive en raison de la fermeture du coronavirus.

« (Le gaz) a été laissé là à cause du verrouillage. Il a provoqué une réaction chimique et de la chaleur a été produite à l’intérieur des réservoirs, et le gaz a fui à cause de cela », a expliqué Rani à l’AFP.

Elle a dit que les villageois locaux ont sonné l’alarme vers 3h30 du matin, disant qu’il y avait du gaz dans l’air, et que la police qui s’est précipitée sur les lieux a dû se retirer rapidement de peur d’être empoisonnée.

« On pouvait sentir le gaz dans l’air et il n’était possible pour aucun de nous de rester là plus de quelques minutes », a-t-elle expliqué.

LG Chem a confirmé que l’usine, qui fabrique des produits en polystyrène, ne fonctionnait pas en raison du verrouillage, mais il y avait du personnel de maintenance dans l’installation, a déclaré à l’AFP un porte-parole de Séoul.

– Éruptions cutanées, yeux douloureux –

Selon le Times of India, parmi les morts figurait une fillette de huit ans et 5 000 personnes étaient tombées malades.

AFP / – Despoliciers montent la garde devant l’usine LG Polymers dans l’est de l’Inde suite à une fuite de gaz mortelle

Les résidents se sont plaints de problèmes respiratoires, d’éruptions cutanées et de douleurs aux yeux, a-t-il ajouté.

Les autorités ont conseillé aux gens de porter des vêtements et des masques mouillés, d’éviter de manger des aliments non couverts et de consommer des bananes et du lait pour « neutraliser l’effet du gaz ».

Selon le Center for Science and Environment (CSE), le gaz était du styrène, qui est probablement cancérigène et combiné avec l’oxygène de l’air qui forme le dioxyde de styrène le plus mortel.

La fuite s’est produite parce que le gaz n’était pas stocké à la température appropriée, provoquant une accumulation de pression et une rupture de la valve, a déclaré le CSE.

Le conteneur était également « vieux et mal entretenu » et aucun mécanisme de surveillance n’était installé pour détecter spécifiquement le styrène, selon le communiqué.

L’incident « nous montre qu’il y a des bombes à retardement alors que le verrouillage se termine et que les industries reprennent leurs activités », a-t-il ajouté.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch