Un haut responsable du président de la République démocratique du Congo jugé pour corruption

12 mai 2020

AFP / File / FEDERICO SCOPPAVital Kamerhe est un acteur puissant sur la scène politique de la RD Congo depuis deux décennies

Un puissant haut responsable du président de la RDC, Felix Tshisekedi, a été jugé lundi pour corruption, un cas sans précédent dans le vaste pays africain.

Le chef de cabinet de Tshisekedi, Vital Kamerhe, qui est au cœur de la vie politique en RDC depuis deux décennies, est accusé d’avoir détourné plus de 50 millions de dollars.

Un Kamerhe à la barbe grise, 61 ans, est apparu dans une combinaison de prison devant un tribunal installé dans l’enceinte de la prison centrale de Kinshasa, où il est en détention depuis le 8 avril.

« J’ai une fonction majeure à remplir », a déclaré Kamerhe au tribunal. «J’ai toute la renommée qui accompagne ce travail, j’ai donc le devoir de me comporter en homme d’État … et d’honorer notre système judiciaire.»

Deux autres accusés dans l’affaire, un homme d’affaires libanais et un autre fonctionnaire présidentiel, ont également comparu lors de la première audience, qui a été diffusée par la chaîne publique RTNC.

Les partisans de Kamerhe accusent cette affaire de motifs politiques, une tentative possible de l’empêcher de se présenter aux prochaines élections présidentielles dans trois ans.

« Jamais dans l’histoire politique du Congo au cours des deux dernières décennies, un acteur aussi important sur la scène politique n’a été mis derrière les barreaux », a déclaré le Congo Study Group (CSG) de l’Université de New York dans une analyse.

L’affaire contre Kamerhe fait partie d’une vaste enquête censée marquer le « renouveau » du système judiciaire congolais dans la lutte contre la corruption parmi l’élite depuis l’indépendance du pays de la Belgique en 1960.

Kamerhe, autrefois pilier du régime de l’ancien président Joseph Kabila, est le chef de l’Union influente pour la nation congolaise et a précédemment été président du Parlement.

Il est devenu le principal allié de Tshisekedi après s’être retiré de la course présidentielle en décembre 2018, le premier transfert de pouvoir pacifique de l’histoire de la République démocratique du Congo.

– Plan d’action sur 100 jours –

Kamerhe, qui aurait été chargé d’autoriser les dépenses publiques, est accusé d’avoir détourné des fonds destinés à financer des travaux majeurs dans le cadre d’un plan d’action d’urgence « 100 jours » que Tshisekedi a lancé après sa prise de fonction en janvier de l’année dernière.

Les accusés sont accusés d’avoir détourné près de 49 millions de dollars de fonds pour la construction de 4500 maisons préfabriquées pour les pauvres et auraient détourné 2 millions de dollars supplémentaires d’un programme de construction de logements pour la police et l’armée à Kinshasa.

« J’ai agi au nom du président pour veiller à ce que le travail soit effectué », a déclaré Kamerhe, ajoutant qu’il faisait partie d’une équipe de neuf superviseurs.

AFP / File / John WESSELSFelix Tshisekedi est photographié avec Vital Kamerhe (à gauche) pendant la campagne électorale de 2018

Kamerhe, qui n’a pas démissionné ou n’a pas été limogé depuis son inculpation, a démenti ces allégations, affirmant que tous les contrats du secteur public étaient « hérités » des gouvernements précédents.

Bien que l’arrestation de Kamerhe soit considérée comme un signal fort dans la lutte anti-greffe, certains restent sceptiques, considérant l’affaire comme un éventuel règlement des comptes au sein de la coalition au pouvoir.

Des députés du parti de Kamerhe ont dénoncé « l’arrestation arbitraire » et l ‘ »humiliation » subis par leur chef, tandis que sur les réseaux sociaux, ses partisans disent que le procès est une tentative de le retirer de la course présidentielle de 2023, malgré un accord avec Tshisekedi.

Les avocats de Kamerhe ont déclaré lundi qu’ils avaient déposé une demande de libération provisoire, après qu’une demande antérieure avait été refusée le mois dernier.

Les accusés, les juges et les avocats portaient des masques lors de l’audience, car le bilan officiel des cas de coronavirus dans le pays a dépassé le cap des 1000, dont 41 décès, avec une épidémie majeure dans une prison de la capitale.

Le juge a ajourné le procès au 25 mai à la fin de l’audience de deux heures.

La session a été brièvement suspendue après que le co-accusé Samih Jammal, 79 ans, semble s’être évanoui dans son fauteuil roulant.

Plus grand pays d’Afrique subsaharienne, la République démocratique du Congo possède une abondance de ressources naturelles, mais la plupart de ses 80 millions d’habitants vivent dans la pauvreté.

Le pays est aux prises avec une longue histoire de conflits, de mauvaise gouvernance et de corruption.

Kamerhe a été président du Parlement de 2006 à 2009, mais a rejoint les rangs de l’opposition en 2011, se présentant aux élections cette année-là.

Il s’est initialement présenté au scrutin présidentiel de 2018, mais s’est incliné pour faire équipe avec Tshisekedi.

Les deux dirigeants ont signé un accord politique à Nairobi en novembre 2018 qui a donné naissance à une plateforme commune, Heading for Change, et qui a permis à Kamerhe de se présenter aux élections présidentielles en 2023.

L’UNC de Kamerhe a 16 sièges au Parlement et plusieurs ministres dans l’énorme gouvernement de coalition de Tshisekedi.

Source AFP

À propos Lahcen Hammouch