Belkacem AMAROUCHE Membre de la Chancellerie diplomatique FFS Parlement Européen, « Qui menace la Paix Universelle ? »

« Face aux violences dans nos sociétés, Agissons pour une culture diplomatique de Paix »

Présentation de Belkacem AMAROUCHE
Membre de la Chancellerie diplomatique FFS
Parlement Européen, « Qui menace la Paix Universelle ? » Bruxelles le 6 septembre 2018

Introduction :
En mon nom et au nom de la délégation représentant la chancellerie diplomatique du Front des Forces Socialistes, F.F.S, parti membre de l’International socialiste, nous présentons nos remerciements aux organisateurs qui nous ont invité et à nos partenaires progressistes qui s’associent à réfléchir, à débattre, à échanger autour d’une thématique fort intéressante « Qui menace la Paix Universelle ? ».
Avant d’aborder ou de situer l’auteur de la menace, nous nous demandons si la Paix Universelle existe réellement dans notre vie quotidienne ? Et à quel niveau ? À quels degrés ? La Paix conjugué à l’Universel mobilise-t-elle un grand nombre de femmes et d’hommes, en chacun de nous, dans nos foyers, dans nos quartiers, dans nos cités, dans nos sociétés, dans nos écoles, dans nos Etats, dans nos Continents, dans notre planète Terre, dans notre grand Univers, le Cosmos… ? Les décideurs sont –ils conscients que l’état de non Paix crée plus de désastre, plus de déséquilibre, plus d’injustice, plus de non-sens…etc. Ou bien tout simplement, les décideurs dans nos Etats, nos institutions, nos organisations…Sont-ils conscients et ils veulent que cela persiste pour produire plus de facteurs qui désunis, plus d’obstacles pour ne pas fédérer les forces vives des nations, plus d’hypocrisie pour renforcer les flous et consolider les énigmes par conséquent pérenniser la loi du plus fort? Les enjeux d’hier sont-ils nécessairement les enjeux de nos jours ?

Les violences dans nos sociétés :
La question palestinienne qui ne trouve pas de solution à nos jour face aux plus grandes injustices commises à l’encontre du peuple palestinien, Jérusalem, ce lieu, cette capitale des Paix en principe, n’est-elle pas devenue un lieu des plus grands conflits de nos temps, un lieu de tensions, un lieu du désaccord, un lieu de violence, un lieu où des enfants sont assassinés à ciel ouvert, tout un peuple presque annihilé, il est anéanti à ciel ouvert sous les beaux yeux des lobbies et des plus grandes puissances économiques et politiques de notre Monde?
Les guerres provoquées en Afrique, au Moyen Orient, en Asie et ailleurs, l’identité squattée des Inuits et des Métisses, les populations autochtones d’Amérique du Nord, ceux d’Amérique Latine, les Rohingyas, les concitoyens de plusieurs Etats riches sous des régimes dictatoriaux ou ceux qui vivent sous des régimes de démocratie de façade, la vente ou le trafic des armes, les réfugiés qui ne trouvent pas d’issues, les alliances contre nature basées uniquement sur les intérêts, la crise multidimensionnelle que vit les femmes et les hommes de notre planète, la mère Terre, les religions qui deviennent de plus en plus des outils d’endormissement et sources de méfiance, l’exploitation malsaine, mafieuse même de la naïveté de beaucoup d’entre nous pour assoir d’autres formes de colonialismes et de dictats, des enfants forts exploités, endoctrinés, déracinés de leurs familles et des valeurs de l’Universel, des productions à outrance, une agriculture à la carte, l’esclavage, le racisme et la xénophobie. Un environnement où le CO2 est plus présent que l’O2, des forêts dévastées, des eaux détournées ou polluées, des populations entières qui immigrent et quittent leurs Etats d’origine, la question migratoire qui devienne problématique, source de débats conflictuels à ce jours, les déchets spécifiquement nucléaires, la gestion catastrophique des énergies, l’injustice dans la répartition des richesses, la guerre de pouvoirs entre les tendances religieuses des différentes religions, chiitessunnites chez les musulmans, les catholiques-les évangélistes chez les chrétiens, les loubavitch-les juifs libéraux chez les juifs, la politique étrangères des USA et de tous les gouvernements qui prônent le libéralisme sauvage n’est-elles pas une menace à l’encontre de la Paix etc.
Ce sont tant d’images et de situations qui révèlent le désastre dans lequel nous vivons, sans même prendre conscience des autres conséquences et aspects qui en découlent. Certainement, nous avons détruit le mur de Berlin en 1989 néanmoins les cicatrices humaines sont-elles guéries ? Très probablement nous avons même créé des murs de Berlin psychologique au pluriel. Comment pourrions-nous y remédier ? Comment pourrions-nous agir ? Quelles pistes de solutions pour entreprendre la diplomatie autrement.

Pour une culture diplomatique de Paix :
Pour nous, au FFS, nous prônons, nous empruntons le chemin de ceux et celles qui nous ont précédé, ceux qui se sont réunis à Bandung en 1956, nous sommes pour une culture diplomatique de PAIX basées sur de nouvelles valeurs, le respect de la souveraineté des peuples et des nations, le respect des droits de la personne humaine, une solidarité active, une justice sociale fiable et de nouvelles méthodes de fonctionnement et de gouvernance dans les différentes institutions nationales et internationales qui libèrent les énergies et les forces vives du dictat. Nous sommes pour un nouveau souffle qui renforcera l’espérance par une éducation interactive avec nos concitoyens.

Face à un nationalisme fermé sur lui-même, pour nous, progressistes du Front des Forces Socialistes, F.F.S, nous militons pour un nationalisme ouvert sur l’Universel.
Néanmoins, les chartes et les conventions internationales d’hier devraient être renégociées d’une façon équitable entre les Etats avec de très larges consultations populaires et participation interactive de nos concitoyens dans ce Monde.
Nous sommes dans les temps de la toile, du Net, des réseaux, des regroupements, cela impliquent le partage des connaissances, du savoir-faire, du savoir être et du respect de l’autre. Chacun de nous est appelé à assumer entièrement son rôle et ses missions d’un membre conscient du bien fait d’un cercle des qualités mais aussi et surtout des vertus.
Face aux différents constats et études alarmants où les conflits et les guerres nous coûtent plus chers que d’entamer un processus vers une Paix durable, ce genre de rencontre, la nôtre, celle d’hier et de ce jour, redonnera de la force, de la puissance à celles et à ceux qui œuvrent pour un lendemain meilleurs, donner naissance à d’autres paradigmes spécifiquement dans le Monde de l’action diplomatique où nous pourrions chacun à son niveau injecter de la sagesse, de l’éthique dans la pratique politique et l’action diplomatique. Selon l’institut pour l’économie et la paix basé en Australie, le niveau global de la Paix dans le Monde s’est amélioré. Certes la situation s’est dégradée dans 68 pays mais elle s’est améliorée dans 93 autres pays. Il a même mesuré le coût de la violence dans le Monde. Elle s’élève en 2016 à 12.6% du PIB mondial soit 12.800 milliards d’euros. Oui, une culture diplomatique de paix est possible et elle sera moins coûteuse que lorsque nous agissons autrement, ensemble dans le respect de la pluralité, se rassembler sans nécessairement se ressembler autour des valeurs du Vivant, de l’Humain. Toutes organisations confondues est appelés à être un partenaire de Paix pour refonder les relations internationales sur de nouveaux paradigmes où le degré de l’équité, de la justice, de la liberté, du respect de l’autre, de l’écoute et l’échange seront un baromètre pour mesurer le niveau de notre conscience, de notre développement, de notre épanouissement et de notre civilisation.
Pour notre part, comme exemple concret, les forces dominantes dans les centres de décisions dans les différents Etats et les organisations internationales, de nos jours, ne sont-elles pas une des sources de menace à l’encontre de la Paix Universelle ? Les majorités numériques dans les différentes institutions, dans les parlements par exemple, ne sont pas représentatives des majorités du terrain, un autre mode de gouvernance s’impose à tout niveau. Pourquoi ne pas inverser la pyramide. Recréons un autre équilibre et d’autres schémas de fonctionnement où la parité est garantie. Le fonctionnement en cercle, où chacun est à égal distance du centre peut être une alternative intéressante face au fonctionnement de la pyramide. Commons pourrions-nous attendre des institutions internationales spécifiquement de l’ONU qu’elle agisse pour la Paix alors que l’Afrique et l’Amérique Latine n’ont aucun représentant qui a le droit de véto à l’ONU, n’est-elle pas une injustice réelle dans la prise de décision dans la plus grande institution de notre planète qui est créer justement pour garantir la Paix ? Pour notre part, nous revendiquons, une autre vision, un autre fonctionnement, un autre mode de gouvernance, un autre équilibrage dans cette institution et d’autres. Donnons la chance à tous pour contribuer à cet œuvre qu’est la Paix Universelle, donnons-lui un corps ensemble, équitablement. L’expérience des ONG, via l’ONU, pour instaurer des journées internationales comme celle de la Paix le 21 septembre et celle du Vivre ensemble en paix le 16 mai de chaque année, celles des familles politiques pour passer des lois garantissant le minimum à chacun, les progressistes dans le Monde qui agissent en faveur de la dignité humaine bien que pas assez, sont appelés à redoubler les efforts et les fédérer envers nos enfants surtout pour injecter, cultiver dès le départ une nouvelle éducation basée sur la Paix pour préparer le lendemain, des femmes et des hommes de demain harmonieux avec euxmêmes, avec leurs semblables et avec leurs environnement, qui intègrent l’environnement comme partie prenante d’eux même. Débarrassons-nous de nos démons via une éducation de qualité, garantie, à toutes les filles et garçons de cette planète.

Donnons un sens à la place et à la participation de la femme comme un acteur principal de l’énergie féminine et de la culture de Paix. Faire participer de plus en plus de femmes dans les négociations des accords de paix, le processus de médiation…etc. Pour illustrer entre 1990 et 2000, 11% des accords de paix comprenaient au moins une référence aux femmes. Sur les 504 accords signés depuis l’adoption de la résolution 1325, seulement 138 mentionnaient les femmes, selon le rapport du SG au Conseil de Sécurité de l’ONU sur les femmes, la paix et la sécurité en 2015.

Débarrassons nous des séquelles psychologiques de la relation et des données historiques dominantdominé, colonisateur-colonisé. Agissons pour une relation de sincérité et d’équité. Définissons les priorités communes pour redéfinir les véritables enjeux communs et envisager par la même occasion les différentes pistes de solutions à proposer.

Travaillons ensemble pour imposer dans tout programme éducatif national de nos Etats respectifs sous l’angle d’une vision holistique résultat de large consultations et débats dans nos sociétés, une matière qui consiste à éduquer et à éveiller nos enfants pour être des acteurs et des diplomates de la Paix. Œuvrons et fédérons nos forces pour donner une personnalité juridique à l’Humain. Fédérons nos forces pour que l’Humanité devienne un héritage commun avec des conséquences juridiques pour toute atteinte à l’Humanité. Actionnons nos réseaux pour une coopération internationale en faveur d’une culture de paix et une citoyenneté agissante. Pourquoi existe-t-elle une académie de la guerre et il n’y a pas une académie de la Paix ?
Pour notre part, œuvrer pour la Paix spécifiquement si elle est qualifiée d’Universelle cela demande d’abord de situer les responsabilités des drames dans notre propre histoire qui continue, être franc et sincère.
Soyons comme le colibri, chacun fera sa part des choses. Pour quelques-uns c’est de l’Utopie, pour nous, c’est notre idéal, c’est notre démarche, c’est notre appel.

Belkacem AMAROUCHE

À propos Lahcen Hammouch