BLACK-OUT EN ITALIE DU NORD, SOUS QUARANTAINE CORONAVIRUS

AURORA MARY COLOMBO, JOURNALISTE D’INVESTIGATION, correspondante officielle pour l’Italie, BXL Media – ALMOUWATIN TV

CHRISTINE ELISABETH DESCHRIJVER, JOURNALISTE, Assistante correspondante pour l’Italie, BXL Media – ALMOUWATIN TV

ITALIE SOUS HAUTE TENSION SUITE Á L’ARRIVÉE DE LA PANDÉMIE DE CORONAVIRUS. CES DERNIÈRES VINGT-QUATRE HEURES, LA SITUATION EST DEVENUE PRESQUE INCONTRÔLABLE SELON LES AUTORITÉS LOCALES QUI ONT ÉTÉ CONTRAINTES DE PRENDRE DES MESURES SANITAIRES HISTORIQUES. MAIS QU’EN EST-IL VRAIMENT ?

Nous, journalistes pour BXL Media – ALMOUWATIN TV avons assisté, ces dernières vingt-quatre heures, à un chaos indescriptibles. L’une d’entre nous, Aurora Mary COLOMBO, vit depuis près de trois ans sur le territoire italien, à moins de cinquante kilomètres du potentiel foyer de propagation du virus de souche COVID-19.

Nous désirons préciser que nous exprimerons toujours au conditionnel dans le cadre de cet article, car au moment où nous rédigeons cet celui-ci, le Ministère de la Santé italien recherche toujours avec précision les causes de la propagation de la contagion sur le territoire italien. Mais il nous semblait essentiel de faire la clarté sur une situation qui, depuis l’étranger, pourrait sembler incontrôlable ou du moins, incontrôlée.

Ce vendredi 21 février 2020 en fin d’après-midi, l’information commence à nous arriver au travers de confrères de la presse italienne qu’un foyer de contagion du CORONAVIRUS se serait développé précisément dans le Nord de l’Italie.

Jusque là, l’Italie aurait été relativement préservée de la contagion sur l’ensemble de son territoire.

En effet, déjà le 31 janvier dernier, suite à la confirmation officielle par les autorités compétentes de deux premiers potentiels cas d’infection au CORONAVIRUS, un couple de touristes chinois à peine rentrés d’un séjour à Wuhan, dans la province de Hubei en Chine, le Palazzo Chigi, siège de la présidence du Conseil des ministres italien situé à Rome, a immédiatement pris la mesure de bloquer tous les vols, aller et retour, en provenance de la Chine, et ce, pour tous les aéroports italiens. Cinq avions, déjà en cours de vol ont cependant, pu atterrir sur le territoire.
La décision précautionelle drastique, adoptée par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi DI MAIO (M5S), et approuvée par le Président du Conseil des ministres, Giuseppe CONTE (Indépendant), a provoqué de fortes tensions diplomatiques entre Rome et Péquin, mais fût également la source de nombreuses polémiques, principalement sur les réseaux sociaux, où de nombreux citoyens italiens – majoritairement de sensibilité politique de gauche – ont accusé le gouvernement de prendre des mesures autoritaires et abusives.

Ladite décision de circonspection a, en effet, provoqué un tollé politique, conduisant encore à une plus grande césure entre la gauche et la droite italienne.

Le gouvernement CONTE, qualifié ces dernières par cette même gauche de  »facho-raciste », et incriminé de se comporter de façon discriminatoire à l’égard des personnes de nationalité et/ou d’origine chinoises.

Dans les faits, il apparaîtrait qu’un homme, âgé de 38 ans et résidant à Codogno en Province de Lodi, serait à l’origine du premier important foyer de contagion du virus sur le territoire italien. L’homme se serait présenté jeudi dernier aux urgences de l’hôpital de Codogno, où il serait toujours actuellement hospitalisé aux soins intensifs, et dont le pronostic vital est engagé.

Cet homme, un employé de la multinationale UNILEVER a Casalpusterlengo (Lodi), aurait partagé plusieurs repas, début février, avec un collègue tout juste rentré d’un séjour professionnel en Chine, précisément le 21 janvier dernier. Le collègue ayant voyagé en Chine s’était pourtant soumis à un prélèvement afin d’écarter tout risque d’une éventuelle contagion et résultait négatif au frottis de dépistage du virus.

Entre le 21 janvier et ce jeudi 20 février où l’homme de trente-huit ans s’est présenté aux urgences de Codogno, est passé tout juste un mois et l’on apprend aujourd’hui au travers d’un communiqué de l’OMS que le temps d’incubation n’est point de quatorze jours, comme déclaré au départ, mais pourrait bien dépasser un délai estimé de plus de vingt-et-un jours.

Au moment où nous vous écrivons ces quelques lignes, le contage atteint déjà le 142 potentiels patients infectés du COVID-19 dans le Nord de l’Italie et 3 décès sont à déplorer. Et les chiffres ne font qu’augmenter au cours des dernières heures.

En effet, le PATIENT N°1, comme établit par les autorités sanitaires italiennes, aurait également contaminé son épouse enceinte, elle aussi hospitalisée dans une structure spécialisée de la Région de Milan.

Ce même patient n°1 aurait également contaminé un ami avec lequel il aurait partagé des activités sportives qui, à son tour aurait pu infecter de nombreuses personnes croisées de près ou de loin au cours des dernières semaines. Le virus aurait ainsi voyagé durant plusieurs semaines provoquant deux importants foyers de contaminations situés respectivement en Lombardie, a Codogno dans le Sud Ouest de Milan et en Vénétie, dans la Province de Padoue.

Il est en effet important de souligner que l’homme de 38 ans s’est déplacé durant plus d’un mois, que ce soit dans le cadre de ses activités professionnelles ou bien dans le cadre privé, sans soupçonner qu’il était en pleine période d’incubation du CORONAVIRUS et donc, lui-même, extrêmement contagieux.

On sait en effet aujourd’hui que les principaux foyers de contagion du COVID-19 ont été listés comme suit, par les autorités sanitaires internationales :

Le COVID-19 se transmet de personne à personne et ce même si l’évidence médicale a déterminé aujourd’hui que le foyer initial du virus serait parti d’une contagion de l’animal à l’homme qui aurait eu lieu sur le marché de Wuhan, en Chine. L’animal à l’origine de la contagion pourrait être la chauve-souris ou le pangolin, mais persistent encore des doutes au niveau des recherches entreprises à ce sujet.

La transmission d’homme à homme se fait principalement par les sécrétions, le fait de tousser et/ou d’éternuer est le principal facteur de contagion du virus. Il est donc vivement conseillé de se laver les mains régulièrement à l’eau avec du savon, encore mieux si le savon est un savon antibactérien, la procédure de lavage des mains doit se poursuivre durant au moins 30 secondes, allant jusqu’aux poignets. A défaut de pouvoir se laver les mains l’utilisation de gels désinfectants à l’alcool sont vivement recommandés, surtout lorsque l’on est amené à utiliser les transports en commun ou à être exposé à des lieux d’affluence comme les centres commerciaux et/ou supermarchés.

A propos de la vente de matériel de première urgence sanitaire, entendu masques à usage unique et/ou gel désinfectant pour les mains, de nombreuses personnes ont aussi dénoncé le fait que certains sites de vente en ligne, que nous ne citerons pas ici, ou bien encore certaines pharmacies, auraient augmenté les prix de ventes de ces produits de prévention, pouvant arriver parfois à des sommes astronomiques. Il est donc clair qu’un certain business se soit développé sur le compte de la panique générale et ce, nonobstant que de nombreux produits d’hygiène soient actuellement épuisés, comme c’est le cas des masques à usage unique dans une majorité des pharmacies européennes.

En outre, la transmission peut se faire également par contact direct, cela signifie que le risque existe en serrant la main de quelqu’un, en faisant la bise, en ayant des contacts intimes et rapprochés. Le virus peut voyager sur les surfaces et muqueuses pour une durée limitée, il faut donc éviter de porter les mains à la bouche, au nez et aux yeux.

Il est ainsi conseillé de se moucher dans des mouchoirs à usage unique et de les jeter immédiatement. Il est vivement recommandé d’éternuer dans le coude, plutôt que dans la main. Les autorités sanitaires recommandent également de désinfecter régulièrement les surfaces avec des produits à haute teneur en alcool ou bien hygiénisants à base de chlore.

L’utilisation de masques à usage unique est actuellement réservée au personnel sanitaire pouvant être en contact direct avec l’infection et/ou au patients infectés. Bien que nous ayons pu noter que dans les dernières vingt-quatre heures, si bien les officiers de police locale que les gendarmes italiens et/ou l’armée italienne, protection civile et autres autorités amenées à gérer la crise sanitaire italienne ont été équipées de masques et de gants pour limiter le risque de contagion.

En revanche, la persistance du virus étant d’une durée limitée sur les surfaces, les autorités ont confirmé l’absence totale de risque quant à la réception de marchandises et/ou colis en provenance de la Chine.

Quant à l’éventuelle contagion par voie sexuelle, aucune évidence n’a, en revanche, pu être établie jusqu’à aujourd’hui, comme ce fût au contraire le cas pour le virus ZIKA.

Au stade actuel des choses, les autorités italiennes, représentées par le COMITATO OPERATIVO SUL CORONAVIRUS, comité opératif sur le coronovirus, et assistées logistiquement par la protection civile italienne ont décrété, ce samedi soir, plusieurs mesures officielles et restrictives qui seront immédiatement applicables et appliquées sur tout le territoire italien, et plus particulièrement sur le territoire des deux foyers de contagion déclarés, en Région Lombardie et Vénétie.
Le Comitato Operativo sul Coronavirus s’était déjà réuni une première fois vendredi soir, en présence du chef du Département de la protection civile et commissaire extraordinaire, Angelo BORRELLI, du ministre de la Santé, Roberto SPERANZA, du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi DI MAIO, et enfin les Présidents respectifs des deux Régions touchées par la contagion, Luca ZAIA pour la Région Vénétie, Attilio FONTANA pour la Région Lombardie.
Parmi les mesures prises en l’urgence sanitaire, le Président du Conseil Giuseppe CONTE, a déjà adopté un Décret-Loi visant à empêcher tout déplacement, d’entrée et de sortie, des deux zones touchées par le foyer de contamination.
La mesure touche également les voyages scolaires à l’étranger dans le sens où, momentanément et pour une durée non encore précisée, seront suspendus vers l’Italie mais également tous départs depuis l’Italie dans un cadre strictement scolaire.
L’environnement sportif sera également amplement touché, sur les territoires de Lombardie et de Vénétie, où sont prévues l’arrêt total des activités sportives, en ce compris les matchs de foot de la Série A.
Giuseppe CONTE a expliqué qu’il avait adopté ce Décret-Loi afin de contenir les foyers de contagion et de pouvoir gérer au mieux l’urgence U9épidémiologique. L’objectif étant, toujours selon CONTE, de protéger la santé du peuple Italien, répétant d’ailleurs plusieurs fois durant la conférence de presse, que les citoyens italiens doivent faire confiance à la politique et aux institutions scientifiques, qui font actuellement tout leur possible.
En résumé, dans les zones épidémiques, aucun déplacement ne sera autorisé, sauf exceptions, évaluées au cas par cas. Dans ces deux même régions, toutes les activités professionnelles et commerciales sont suspendues jusqu’à nouvel ordre et tous les événements prévus au calendrier, en cette période de carnaval, ont tous été annulés.
Les zones touchées par l’épidémie sont actuellement sous tutelle opérative des Forces de l’Ordre et de l’armée. Et, pour toute infraction à l’interdiction de circulation dans les zones d’exclusion, des sanctions pénales seront sévèrement appliquées, en vertu de l’article 650 du Code pénal, qui prévoit une amende et une privation de liberté pouvant pouvant aller jusqu’à 3 mois.
La mise en quarantaine sous SURVEILLANCE ACTIVE, pour toute personne ayant été en contact avec une personne potentiellement infectée.
La fermeture des écoles, des magasins et des musées, l’arrêts total des concours ou autres manifestations sportives, des activités liées au travail privées et des bureaux publics, limitant au maximum l’éventuel préjudice pour la population, causé par la limitation de circulation des biens et des personnes.
La République italienne à donc réagi ces dernières heures, dans l’urgence, appliquant des mesures sanitaires conséquentes qui, selon l’évolution de la pandémie, pourrait être étendues à d’autres domaines si cela devient nécessaire. Le gouvernement italien se veut flexible et surtout rassurant, insistant sur le fait que les mesures prises aujourd’hui, ne seront plus nécessairement utiles demain.
Il est aussi utile de préciser qu’il n’y aura cependant pas de suspension du traité de Schengen, comme en avait pourtant exprimé le souhait publiquement Matteo SALVINI (LN).
Le Premier, Giuseppe CONTE, d’ajouter à ce propos:  »Nous prendrons toujours des mesures sous le signe de l’adéquation et de la proportionnalité. Désormais, il n’y a plus de conditions préalables pour pouvoir imposer la suspension de la libre circulation des personnes. C’est une mesure draconienne proportionnelle à la nécessité de contenir la poursuite de la contagion, affirmant que l’ensemble du gouvernement assumait l’entière responsabilité politique des choix effectués. »
Le Président du Conseil italien a enfin annoncé que dans les prochains jours, le gouvernement allait adopter un autre décret, celui-ci contenant les mesures économiques qui seront mises en place pour faire face à la suspension de toutes les activités privées et publiques dans principales zones touchées par la pandémie.
L’Europe a, une fois encore, les yeux rivés sur l’Italie. Christine Elisabeth DESCHRIJVER, ma collaboratrice et moi-même, avons voulu par le biais de cet article rendre à César ce qui appartient à César.
M5S : Il MOVIMENTO 5 STELLE, littéralement le mouvement cinq étoiles, créé en 2009 par l’humoriste Beppe GRILLO, est l’un des principaux partis de coalition du dix-huitième gouvernement de la République italienne, en fonction depuis le 23 mars 2018.

INDÉPENDANT : lndépendant désigne une personnalité politique ne se réclamant d’aucun parti politique ou affirmant son indépendance par rapport aux clivages politique habituels et proposant un programme électoral personnel.

OMS : ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ, L’Organisation mondiale de la santé est une institution spécialisée de l’Organisation des Nations unies pour la santé publique créée en 1948. Elle dépend directement du Conseil économique et social des Nations unies et son siège se situe à Genève en Suisse.

PATIENT N°1 : Le PATIENT N°1, est le premier patient infecté qui serait à l’origine du foyer de contagion dans le Nord de l’Italie.

LN : La LEGA NORD, ou Ligue du Nord, est un parti d’extrême-droite italien fondé le 08 janvier 1991 par Umberto BOSSI et dont l’actuel leader et Secrétaire fédéral est Matteo SALVINI et dont le surnom est Il Capitano, le capitaine.

Tous droits et contenus du présent article réservés @ BXL Media – ALMOUWATIN TV.

À propos Lahcen Hammouch