Plusieurs années de guerre au Yémen.. Quelle est la situation aujourd’hui?

Les Houthis ont pris l’initiative, sont passés de la défense à l’attaque, et ont repris le contrôle de sites stratégiques qu’ils avaient perdus pendant les années de guerre, et ils sont sur le point de contrôler la ville de Ma’rib.

L’ Iran fournit les Houthis avec des armes, du carburant et de l’ argent par la mer puis par terre et par la contrebande clandestine en plus des réseaux de financement
– généreux soutien saoudien pour le gouvernement, les chefs tribaux et les militants se fait par plusieurs canaux, mais il a diminué depuis 2017 et s’est limité au financement de la guerre
– le soutien des Émirats arabes unis est assuré par un seul canal et se concentre sur le Conseil de transition du Sud et ses pertes ont été exploitées pour contrôler les zones vitales du Yémen

Six années de guerre acharnée au Yémen entre le gouvernement internationalement reconnu et le mouvement armé Houthi (Ansar Allah), et derrière eux l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis d’un côté, et l’Iran de l’autre.

L’Arabie saoudite est intervenue directement dans la guerre fin mars 2015, dans le but de mettre fin au coup d’État des Houthis contre le gouvernement du président Abd Rabbu Mansour Hadi, et de ramener ce dernier au pouvoir.

Alors que l’Iran a fermement soutenu le mouvement Houthi, depuis lors, Téhéran a réussi ce que Riyad semble avoir échoué.

Au cours des deux dernières années, les Houthis ont pris l’initiative, sont passés de la défense à l’attaque, et ont repris le contrôle de sites stratégiques qu’ils avaient perdus pendant les années de guerre, et ils sont sur le point de contrôler la ville de Marib (à l’est de la capitale , Sanaa), la source de pétrole et de gaz du pays.

Les observateurs attribuent le changement dans l’équation du conflit au Yémen en grande partie aux partisans régionaux des deux côtés du conflit, car Téhéran a intensément soutenu le groupe Houthi à plusieurs niveaux, tandis que le soutien de l’autre côté semblait dispersé.

 Soutien iranien

La diplomatie iranienne a déclaré à plusieurs reprises que Téhéran n’avait pas de main directe dans la guerre au Yémen, mais ses chefs militaires ont été plus francs, comme l’a indiqué le général de division Gholam Rashid, un chef des Gardiens de la révolution, que les forces houthies font partie des six armées à l’extérieur. les frontières iraniennes qui se battront pour Téhéran.

Rashid a déclaré que le général de division Qassem Soleimani, commandant de la Force Quds des gardiens de la révolution, avait déclaré au commandement militaire conjoint iranien, avant d’être tué par un raid américain, qu’il avait établi six armées en dehors du territoire iranien, dont le groupe Houthi au Yémen. .

L’Iran s’appuie sur de vastes réseaux financiers pour soutenir les Houthis, étant donné l’embargo sur les armes imposé au Yémen.

La coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite contrôle les ports yéménites, et l’arrivée de l’ambassadeur iranien auprès des Houthis, Hassan Erlo, à Sanaa a été un événement important, qui a renforcé les accusations du gouvernement de Téhéran faisant passer en contrebande des experts des Gardiens de la révolution et du « Hezbollah » libanais.  » pour combattre au Yémen.

L’assistant économique du commandant de la « Force Qods », le général Rostom Qasemi, a déclaré lors de son entretien avec la chaîne « Russia Today », en avril dernier, que des conseillers militaires iraniens sont présents aux côtés des Houthis.

Au cours des six dernières années, les forces gouvernementales yéménites, la coalition arabe et la marine américaine ont intercepté des cargaisons d’armes de contrebande, notamment des drones et des missiles de qualité.

Qassemi a déclaré que toutes les armes dont disposent les Houthis sont dues à l’aide de l’Iran.

Les Iraniens font passer du carburant aux Houthis, et dans une moindre mesure de l’argent.Récemment, les Houthis ont d’énormes retours financiers sur les redevances des Yéménites, le pillage de l’aide humanitaire et plus de 4 milliards de dollars à la banque centrale.

L’étape marine est divisée en trois étapes; La première part des ports iraniens et se termine à un point précis entre la mer d’Oman et l’Iran, d’où commence la deuxième phase, et se termine soit au large des côtes d’Oman et du Yémen, soit elle emprunte un autre itinéraire via le transport maritime depuis l’Iran. vers la Thaïlande, puis de la Thaïlande vers le Yémen, car il n’y a pas d’accent sur les marchandises à venir De la Thaïlande vers les ports yéménites.

De la Thaïlande aux côtes de la Somalie et de Djibouti en passant par les sociétés écrans, et là commence la troisième phase, qui se termine toute à cinq milles des côtes du Yémen, alors qu’elle débarque sur de petits bateaux marins.

Quant à la phase terrestre, l’enquête d’Al-Masdar Online, basée sur des sources anonymes, indique que « la contrebande à travers le Sultanat d’Oman vers le Gouvernorat d’Al-Mahra (Yémen oriental) est l’une des principales voies, malgré les protestations de la coalition et de la gouvernement yéménite aux autorités omanaises. »

Selon le rapport du Groupe d’experts international des Nations Unies, un nombre croissant de preuves indique que des individus ou des entités en Iran fournissent aux Houthis de grandes quantités d’armes et de composants, et ont documenté plusieurs routes d’approvisionnement vers les Houthis dans la mer d’Oman, à l’aide de voiliers conventionnels.

Le rapport indique que « les armes et l’équipement sont transférés dans les eaux omanaises et somaliennes vers des bateaux plus petits, et ces envois sont livrés aux ports situés sur la côte sud du Yémen et acheminés clandestinement par voie terrestre vers les Houthis et, dans certains cas, via Bab al- Mandab directement dans les zones contrôlées par les Houthis. »

Soutien saoudien

Pendant les trois années de la guerre, Riyad a apporté un soutien généreux à la guerre et au gouvernement yéménite, qui était représenté dans le financement de la guerre en déboursant des armes spécifiques pour la résistance populaire, en formant des camps et en participant à des opérations de combat aérien, terrestre et maritime, en plus de recevoir la présidence, le gouvernement et les représentants du gouvernement à Riyad.

Il n’y a pas de données claires sur l’étendue du soutien saoudien, mais une source bien informée a déclaré à l’Anatolie que le soutien avait été accordé par l’intermédiaire de la Cour royale, du comité spécial, des services de renseignement, de la direction de la coalition arabe, de l’ambassadeur saoudien et du roi Salmane. Center for Relief, qui a laissé un état de chaos, qui s’est reflété sur le déroulement de la guerre jusqu’à présent.

Selon la même source, l’Arabie saoudite a embauché le président Hadi, son adjoint, le gouvernement yéménite, des politiciens, des diplomates, des militaires, des chefs de parti, des dirigeants, des membres de la tribu, des militants et des blogueurs sur les réseaux sociaux, et leur a fait de généreuses offres financières.

Les chefs de tribus étaient parmi les agences les plus financées de Riyad, car il leur offrait des cadeaux directement, pour les transformer en seigneurs de guerre.

En raison du coût élevé et de la baisse des revenus pétroliers, l’Arabie saoudite a réduit ses subventions depuis 2017 et s’est limitée à couvrir les coûts liés à la guerre, ce qui a incité des milliers de politiciens, militants, journalistes et chefs de parti affiliés au gouvernement à quitter le Royaume pour le Caire. et Istanbul.

Actuellement, le soutien saoudien vise à couvrir les dépenses du président Hadi, de son personnel résidant à Riyad, et du gouvernement et de ses forces, qui livrent des batailles contre les Houthis, selon la même source.

Une source militaire a déclaré à l’agence Anadolu que l’Arabie saoudite s’est appuyée sur des réseaux de transfert d’argent, des banques commerciales et des sous-traitants pour fournir aux forces gouvernementales des salaires et un soutien logistique.

Récemment, les salaires des forces gouvernementales ont été interrompus et les livraisons d’armes en provenance d’Arabie saoudite ont diminué.

Riyad est réticent à divulguer le montant de l’aide apportée à ses alliés et ne parle que d’aide humanitaire.

Selon Abdullah Al-Rabiah, conseiller à la Cour royale et superviseur général du Roi Salman, l’aide saoudienne fournie au Yémen a dépassé la barre des 17,3 milliards de dollars.

Prise en charge des EAU

Les Émirats arabes unis étaient le parti le plus intelligent dans l’équation de la guerre yéménite, car ils avaient tendance dès les premiers mois à soutenir les factions qui leur étaient fidèles, et soutenaient fortement les formations militaires qu’ils avaient créées, et le soutien financier allait selon un canal, contrairement à l’Arabie saoudite.

Abu Dhabi a investi ses pertes dans la guerre en contrôlant d’importants sites stratégiques du pays, notamment l’île de Socotra et les ports yéménites, et l’installation gazière de Balhaf, le plus grand projet yéménite, et ses fidèles contrôlent désormais la capitale temporaire, Aden, et les gouvernorats du sud.

Les Émirats arabes unis sont devenus le contrôleur du corridor yéménite par l’intermédiaire du Conseil de transition du Sud et des forces conjointes sur la côte ouest, lors de la création de ces deux entités, et ils sont devenus une force efficace sur le terrain.

Actuellement, le soutien émirati a lieu directement, car les Émirats arabes unis paient le coût des salaires pour plus de 200 000 éléments qu’ils ont dit plus tôt avoir mis en place, et chacun d’eux reçoit environ 400 dollars par mois, soit l’équivalent de 80 millions de dollars dépensés en salaires. seul.

Comme Riyad, Abou Dhabi offre des subventions et des cadeaux aux chefs tribaux de Hadramawt et de Shabwa en échange de leur fidélité.

La non-résolution du conflit laisse un vide politique et ainsi un champ libre aux groupes terroristes tels que AQPA (Al-Qaïda dans la péninsule arabique) et l’organisation Etat islamique au Yémen. Doit-on craindre l’émergence d’une structure islamique sur le territoire yéménite si la situation politique ne se règle pas ?

Lahcen Hammouch

 

À propos Lahcen Hammouch