Menaces contre Van Quickenborne : les quatre suspects néerlandais refusent leur remise à la Belgique

Quatre néerlandais ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir voulu enlever le ministre de la Justice belge jeudi soir dernier. Ils ont comparu devant le parquet d’Amsterdam ce lundi.

Menaces contre Van Quickenborne : les quatre suspects néerlandais refusent leur remise à la Belgique
©AP

Les quatre suspects néerlandais arrêtés dans le cadre de l’enquête sur les menaces à l’encontre du ministre belge de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) ont comparu comparaissent ce lundi devant le procureur du Roi à Amsterdam, a indiqué VRT NWS. Le ministère public amstellodamois a confirmé l’information à Belga.

Les quatre hommes restent détenus aux Pays-Bas, a tranché lundi le procureur du Roi d’Amsterdam. Ils ont par contre tous les quatre refusé la procédure accélérée de remise à la Belgique. Le tribunal d’Amsterdam devra donc se prononcer dans les 60 jours sur une remise éventuelle.

Vincent Van Quickenborne a été placé sous sécurité renforcée samedi et il limitera fortement ses sorties ces prochains jours, voire semaines. Le parquet fédéral a été informé au cours de la semaine dernière d’une possible menace sur sa personne. Une enquête a été ouverte et confiée à un juge d’instruction de l’arrondissement judiciaire de Flandre occidentale.

Trois hommes, âgés de 20, 29 et 48 ans, ont été privés de liberté aux Pays-Bas dans la nuit de vendredi à samedi. Ces interpellations ont eu lieu à La Haye, selon le parquet néerlandais. Le parquet fédéral belge a demandé leur transfèrement. Un quatrième suspect identifié, âgé de 21 ans, était activement recherché. Il a été arrêté à son tour dimanche. Tous les quatre ont vu leur détention prolongée lundi, aux mêmes conditions c’est-à-dire qu’ils ne peuvent entrer en contact qu’avec leurs avocats.

Source Belga

À propos Lahcen Hammouch